Comme d’habitude, il sera question d’actualitĂ© ! L’expulsion de l’amphi Z, l’affaire Balkany, les drones en Arabie Saoudite, les extra-terrestres… ce qui n’exclut pas vos propositions ! Mardi 17 septembre de 19h00 Ă  22h30 au bar fĂ©dĂ©ratif les Clameurs.

Causeuses, causx, causeurs

Cette semaine, aprÚs les petites annonces, nous débuterons les causeries en parlant local.

Local parce que ça se passe ici, Local parce que l’Amphi Z en est un.

L’Amphi Z, c’est un squat ouvert en dĂ©cembre 2017 Ă  Villeurbanne, en rĂ©action au manque de places d’hĂ©bergement pendant l’hiver.

https://radar.squat.net/fr/lyon/amphi-z

Ancien centre de formation pour pompiers, autogĂ©rĂ© par une centaine d’habitants, “sans aucun trouble Ă  l’ordre publique” argumentait l’avocat de la dĂ©fense lors de leur procĂšs, le bĂątiment, qui appartenait Ă  la SDMIS (Service dĂ©partemental et mĂ©tropolitain de l’incendie et du service) est sur un terrain qui appartient Ă  la MĂ©tropole et qui a pour projet d’y ouvrir un collĂšge en 2022.

Le 11 mai 2019, et aprĂšs plusieurs tentatives judiciaires ratĂ©es, le verdict est annoncĂ© : l’Amphi Z est expulsable dĂšs le 1er septembre.

https://fr.squat.net/2019/05/11/villeurbanne-lamphi-z-est-expulsable-a-partir-du-1er-septembre/

L’expulsion a eu lieu cette semaine. A la rue, des dizaines de personnes en situation de prĂ©caritĂ©, parmi eux des mineurs sans papiers.

C’est avec le souvenir Ă©mu d’une dĂ©claration de E.Macron qui nous chantait :

« La premiĂšre bataille, c’est de loger tout le monde dignement. Je ne veux plus, d’ici la fin de l’annĂ©e, avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois ou perdus. C’est une question de dignitĂ©, c’est une question d’humanitĂ© et d’efficacitĂ© lĂ  aussi. Â»

https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/26/macron-avait-il-promis-qu-il-n-y-aurait-plus-de-sdf_1705325

Que nous nous demanderons : quel est ce pays qui fout les gens, et a fortiori les mineurs isolĂ©s, dehors ? Politique d’immigration nationale, dĂ©cret mĂ©tropolitain, enjeux politiques, Macron, Collomb, Kimelfeld, sur fond d’élections municipales Ă  venir, creusons les textes, parlons en, aidons.

https://www.rue89lyon.fr/2018/01/09/villeurbanne-squat-ultime-asile-migrants/

https://npa2009.org/arguments/antiracisme/lyon-villeurbanne-lamphi-z-solidarites-en-actes

https://www.lyonmag.com/article/103143/amphi-z-le-plus-grand-squat-de-migrants-de-l-8217-agglomeration-lyonnaise-evacue

https://rebellyon.info/Rendu-du-proces-de-l-amphi-Z-20654

On continuera avec un moment de poésie

Isabelle Ă  la mairie

4 ans sans faire de zĂšle

Condamné Patrick B.

Elle en sort avec trois

Mais ils ont fait appel

Isabelle, condamnée

dirig’ra Levallois.

https://www.francetvinfo.fr/politique/affaire/affaire-balkany/patrick-balkany-en-prison-qui-dirigera-la-mairie-de-levallois-perret_3615555.html

Mais on est pas lĂ  pour se rĂ©jouir du malheur des gens…

On pourra terminer soit :

- sur un peu de gĂ©opolitique !

Les Drones contre attaquent

L’Arabie saoudite, frappĂ©e par des drones, est contrainte de diminuer de moitiĂ© sa production de pĂ©trole. L’attaque a Ă©tĂ© revendiquĂ©e par les Houthis, une faction yĂ©mĂ©nite. Les États-Unis accusent l’Iran d’ĂȘtre derriĂšre l’attaque.

Sur fond de tensions autour de la question nuclĂ©aire Ă  TĂ©hĂ©ran, quelles peuvent ĂȘtre les consĂ©quences ici d’une baisse des approvisionnement en “or noir”, pic pĂ©trolier, collapsologie, dĂ©pendance aux Ă©nergies fossiles…

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20190915-arabie-saoudite-production-petroliere-reduite-attaque-drones

https://www.rtbf.be/info/economie/detail_la-production-de-petrole-de-l-arabie-fortement-reduite-apres-une-attaque-de-drones?id=10315586

- Sur un peu de science-fiction !

Les aliens, c’était (mieux) avant.

Le paradoxe de Fermi est nĂ© dans les annĂ©es 50 et peut se formuler ainsi :

« S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs reprĂ©sentants devraient ĂȘtre dĂ©jĂ  chez nous. OĂč sont-ils donc ? Â»

Et la rĂ©ponse la plus rĂ©cemment apportĂ©e est : sous nos pieds !

Enfin, pour ĂȘtre plus exact, (et si on a bien tout compris, parce que lĂ , ça dĂ©passe pas mal nos domaines d’expertise) la terre aurait Ă©tĂ© colonisĂ©e potentiellement il y a trĂšs longtemps, tellement longtemps que les traces auraient depuis disparues :

O mouvements tectoniques

O Ă©ruptions volcaniques

O englouties par les mers

O autres (cochez la réponse de votre choix).

https://www.20minutes.fr/sciences/2603491-20190914-espace-extraterrestres-peut-etre-visite-terre-voie-lactee-selon-etude

https://iopscience.iop.org/article/10.3847/1538-3881/ab31a3#ajab31a3s5

C’est donc la tĂȘte levĂ©e vers le ciel, l’Ɠil Ă©bloui par une lune gibbeuse dĂ©croissante que nous terminerons ces causeries.

Pour le reste, ramenez vos ragots, vos coupures de journaux, votre vĂ©lo avec E.T. dessus…

Et comme toujours, un petit truc Ă  grignoter pour accompagner un verre !

Dans l’épisode prĂ©cĂ©dent des causerieS :

Tout d’abord, on me signale, en lien avec la causerie du 3 sur les fĂ©minicides / violences faites aux femmes l’existence de l’association Filactions : http://www.filactions.org/ Association de lutte contre les violences conjugales et les violences sexistes

Avec un rendez-vous ce lundi 16 septembre Ă  18h30 place du marĂ©chal Lyautey : La rentrĂ©e des femmes battantes.

Et pour le rĂ©sumĂ© de la semaine derniĂšre : sur une proposition de discussion philo pratique au quotidien ayant pour thĂšme le consentement, nous avons parlĂ© de sexisme, de domination, de systĂšme patriarcal, de victimes trop sidĂ©rĂ©es pour prendre la parole, de cette peur qui vous paralyse, de la nĂ©cessaire intervention pour aider, du nĂ©cessaire questionnement de l’aide, de ce qu’on voit chez l’autre, de ce qu’on croit voir chez les autres, de libre arbitre, de dĂ©cision, de confiance avant mĂ©fiance.

On a creusĂ© les injonctions Ă  la fĂ©minitĂ© mais aussi celles Ă  la virilitĂ©, l’indispensable Ă©ducation des jeunes garçons aux questions fĂ©ministes, le besoin que les hommes s’emparent aussi de ces sujets qui les concernent tout autant, Ă  d’autres endroits, d’un fĂ©minisme par les femmes pour les hommes, des diffĂ©rentes formes possibles de masculinitĂ©.

On s’est dit que qui ne disait mot consentait, on a parlĂ© du consentement comme une dĂ©mission face Ă  ces propres convictions, on a parlĂ© de l’origine juridique du consentement, de la nature de l’objet du consentement. On a constatĂ© qu’il Ă©tait difficile de consentir quand les deux parties ne sont pas Ă©gales, que la domination Ă©tait insidieuse et bien ancrĂ©e. On a parlĂ© de “se mettre Ă  la place de” et de l’impossibilitĂ© d’y ĂȘtre tout Ă  fait.

On s’est dit que rompre le consentement, c’est accepter la possibilitĂ© d’ĂȘtre seul. A quel prix fait-on groupe ?

Enfin on a parlĂ© de pouvoir, de pouvoir domestique, de l’invisibilisation de la dĂ©pendance au profit d’un loisir fabriquĂ©, de satisfaction de dĂ©sirs, d’Éthique et de Morale, de sociĂ©tĂ© dĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e, de la FNSEA et du suicide des paysans, dont le son parvient rarement Ă  nos oreilles.

Sur ce, bonne journée et

À Mardi !

RĂ©mi pour les Clameurs


Article publié le 16 Sep 2019 sur Rebellyon.info