FĂ©vrier 18, 2021
Par Union Syndicale Solidaires
325 visites


Vous avez Ă©tĂ© nombreux et nombreuses Ă  regarder le dernier reportage Cash investigation « nos trĂšs chĂšres banques Â» (Ă  voir ou Ă  revoir en replay) qui met en lumiĂšre des pratiques pour le moins contestables des Ă©tablissements bancaires et de ses dirigeants. VoilĂ  plus d’une dĂ©cennie que SUD-Solidaires BPCE dĂ©nonce ces pratiques scandaleuses :

- Pantouflage (aller/retour des hauts fonctionnaires entre le public et le privĂ© pouvant entraĂźner des conflits d’intĂ©rĂȘts).

- Facturation abusive au dĂ©triment des client-es les plus modestes engendrant une rĂ©elle injustice sociale.

- Pratiques commerciales agressives (engendrĂ©es par des organisations du travail fondĂ©es exclusivement sur les challenges et la compĂ©tition entre salariĂ©-es).

Ce systĂšme hautement cynique n’a plus de limite. Vendre toujours plus, pour espĂ©rer un instant ĂȘtre sur le podium des meilleur-es vendeurs/euses en Ă©vacuant souvent l’obligation de conseil et l’intĂ©rĂȘt du/de la client-e. VoilĂ  une vĂ©ritĂ© qui dĂ©range les dirigeants. Ceux-lĂ  mĂȘmes qui revendiquent le slogan « vous ĂȘtre utile Â» bien Ă©loignĂ© de la rĂ©alitĂ©.

L’émission Cash investigation met le doigt sur les incohĂ©rences d’un systĂšme qui dĂ©raille socialement. Et cela doit nous interroger, et nous pousser Ă  agir :

- A quel niveau d’acceptabilitĂ© Ă©thique et morale commence-t-on Ă  s’inquiĂ©ter et Ă  rĂ©agir ?

- A quel moment dit-on stop aux suppressions d’emplois ?

- A quel moment dit-on stop aux externalisations de services ?

- A quel moment dit-on stop aux fermetures d’agences ?

Comme si cela ne suffisait pas, BPCE sonne la fin de l’ùre de “gloire” de Natixis par le biais d’une OPA (Offre Public d’Achat avec pour objectif son retrait de la cote. Aux petits porteurs de la 1Ăšre heure, rentrĂ©s au prix de 19,60 € sous couvert d’un « placement sĂ»r Â», BPCE propose 4 € pour solde de tout compte !

GangrĂ©nĂ© par des scandales Ă  rĂ©pĂ©tition (frais cachĂ©s, risques inconsidĂ©rĂ©s, H2O
), Natixis est le symbole d’une finance aveuglĂ©e par le profit. Cette opĂ©ration risque de coĂ»ter 800 millions aux Caisses d’Épargne et Banques Populaires (ce qui reprĂ©sente 30 millions en moyenne par entreprise).

Difficile alors, d’accepter pour le personnel, Ă  qui on en demande toujours plus, de constater le mĂ©pris des directions lorsqu’il s’agit de rĂ©partir justement la richesse. Les rĂ©sultats des NAO 2020 sont dĂ©plorables et indigents tant ils ne rĂ©pondent pas aux efforts rĂ©alisĂ©s par l’ensemble des travailleurs et des travailleuses dans ce contexte de crise sanitaire.

Pour un groupe oĂč la RSE (ResponsabilitĂ© Sociale des Entreprises) est prĂŽnĂ©e Ă  tout bout de champ, on sait dĂ©jĂ  sur qui va retomber la colĂšre lĂ©gitime de notre clientĂšle qui nous avait fait confiance en 2006 en investissant quelques « sous Â» en actions Natixis vantĂ©es comme une opportunitĂ© « Ă  ne surtout pas louper Â».

Pour SUD-Solidaires le bilan est sans appel : gestion humaine calamiteuse, placements financiers hasardeux, politique tarifaire injuste, organisation du travail pathogĂšne, etc


Ce modĂšle bancaire a vĂ©cu et se doit d’ĂȘtre remis en cause par l’ensemble des acteurs, Ă  commencer par les salariĂ©-es, pour faire Ă©merger une banque rĂ©solument au service de l’humain !

Pour dire stop et agir, rejoignez SUD-Solidaires BPCE

L’équipe SUD-Solidaires BPCE




Source: Solidaires.org