Novembre 13, 2019
Par Renversé (Suisse Romande)
339 visites


CASERNE DES VERNETS (GE) : POUR UN PROJET A TAILLE HUMAINE

POINT DE DÉPART : un beau terrain, en pleine ville, au bord de l’Arve, totalement en mains publics. Libre immĂ©diatement moyennant le dĂ©placement en pĂ©riphĂ©rie de la caserne : coĂ»t 76 millions.

PERSPECTIVE : un projet monstrueux, rĂ©alisĂ© par une filiale de Bouygues, qui fait en plus payer la nouvelle caserne aux futur.e.s locataires. Les images – mĂȘme trĂšs arrangĂ©es – sont parlantes.

Oubliez : le quartier sympa et ensoleillĂ©, les larges espaces verts et les lieux de rencontre, les nombreux logements bon marchĂ©, les appartements et l’école de qualitĂ©, les mesures contre le rĂ©chauffement climatique.

Ici POUVOIRS PUBLICS = ENTASSEMENT DES LOCATAIRES.



Programme (pour qui ?) :


- certes un nombre important de logements (env. 1300) : super-attractif en pĂ©riode de crise aigĂŒe ! Quelle rĂ©partition ? Logements d’utilitĂ© publique (LUP), coopĂ©ratives (SCHG, CODHA), 300 logements Ă©tudiants (CIGUE), 
 mais 50% de logements non-subventionnĂ©s ou en loyers libres et seulement 22% d’habitations rĂ©ellement bon marchĂ© (HBM).

- un gros bĂątiment d’activitĂ©s (11’000 m2) : quelle utilitĂ©, dans ce quartier industriel et administratif, quand la pĂ©nurie de logements abordables est criante ?

Urbanisme (quel quartier ?) :

- des hauteurs hors normes :

33 m. pour 2 blocs de logements (rez+10 étages) formant des quadrilatÚres fermés,

86 m. pour une tour de logements (+22 m. que la tour TSR avec son antenne),

33 et 51 m. pour le bĂątiment d’activitĂ©s, qui met Ă  l’ombre les logements voisins.

- des espaces publics Ă©troits, assombris par les bĂątiments hauts

- la totalitĂ© des 108 arbres existants supprimĂ©e (sauf ceux au bord de l’Arve)

- pas de parc, pas d’espaces avec des arbres en pleine terre

- pas de lieu extĂ©rieur oĂč les habitant.e.s peuvent se retrouver

- pas de prise en compte des critĂšres bioclimatiques (ventilation naturelle, espaces vĂ©gĂ©talisĂ©s
).

- pas d’ouvertures sur l’Arve dont la promenade devient Ă  l’ombre de bĂątiments hauts

- une Ă©cole primaire coincĂ©e entre des immeubles de 86 et 33 mĂštres

- une circulation des vĂ©hicules fortement augmentĂ©e

- 2 blocs fermĂ©s de logement oĂč l’ombre dominera, avec des bĂątiments profonds (env. 20 m.) crĂ©ant une majoritĂ© d’appartements orientĂ©s sur une seule façade, des piĂšces Ă©troites, mal Ă©clairĂ©es et mal ventilĂ©es, des balcons sans vues et sans soleil.

Des images trĂšs trompeuses produites par l’entreprise pilote du projet Losinger-Marazzi, filiale de Bouygues :

JPEG - 214.6 ko

un quartier avec des bĂątiments de 33, 51 et 86 mĂštres, oĂč tous les arbres seront rasĂ©s mais qui atteignent (sur l’image) 15 mĂštres malgrĂ© l’emprise des parkings souterrains et face Ă  un jardin, de l’autre cĂŽtĂ© de la route, qui n’existera jamais

JPEG

des cours fermĂ©es avec des bĂątiments de 33 m. de haut (bonjour les parties Ă  l’ombre !) totalement occupĂ©es par des parkings en sous-sol dans lesquelles la vĂ©gĂ©tation est de fait condamnĂ©e Ă  rester basse et limitĂ©e

JPEG

l’espace public le moins Ă©triquĂ© du quartier, situĂ© entre des bĂątiments de 33 et 51 m., pas de parc, pas de place publique, pas d’ouvertures sur l’Arve

DONC UN QUARTIER CONÇU CONTRE LES HABITANT.E.S

Ce projet crĂ©e un prĂ©cĂ©dent nĂ©faste et dangereux. Il s’ajoute aux rĂ©centes rĂ©alisations trop denses (Artamis, Pont-Rouge, quartier de l’Etang Ă  Vernier,
) et Ă  celles prĂ©vues notamment au PAV.

STOP !

LancĂ©e par le Collectif d’associations d’habitant.e.s et de quartiers et appuyĂ©e par le Rassemblement pour une politique sociale du logement, une pĂ©tition rĂ©clame un autre projet sur le terrain de la Caserne qui appartient Ă  la collectivitĂ©. Elle est adressĂ©e au Grand-Conseil et au Conseil municipal de la Ville de GenĂšve.

Elle vient tard puisque le projet est sur le point d’ĂȘtre autorisĂ©.

Et alors ?

IL N’EST PAS TROP TARD POUR PROTESTER :

SIGNEZ CETTE PETITION !

PDF - 446.2 ko



Source: Renverse.co