Janvier 20, 2021
Par Actualités Sur Les CRA
188 visites


Le Centre de Rétention Administrative de Rouen Oissel est en quarantaine.
L’École Nationale de Police Rouen Oissel qui l’héberge aussi.

C’est en appelant à la cabine jeudi 14 janvier que nous prenons connaissance de plusieurs cas de Covid 19 au sein du CRA, des agents de la PAF et un retenu tout juste arrivé.

L’administration du centre nous indique que la personne a été mise en isolement thérapeutique puis transférée au CRA Covid à Plaisir dans les Yvelines. Il n’y aurait aucun lien entre les cas positifs côté police qui seraient liés au retour des fêtes, et celui de la personne transférée. Les visites au parloir sont suspendues pour 7 jours. Tests prévus pour toutes les personnes retenues à J+7, mardi 19 janvier. Plus d’entrée en rétention malgré la volonté du préfet de la Seine Maritime.

Nos appels successifs à la cabine témoignent de plusieurs manquements de la part de l’administration policière.
À son arrivée, l’homme a été placé dans une chambre de 6 personnes où il a passé sa première nuit sans aller en isolement thérapeutique, sans être testé. C’est uniquement lorsque l’administration a vu le nombre de cas augmenter dans ses rangs que des relevés de température auprès des retenu.es ont été effectués révélant une personne fiévreuse. Finalement testée positive, celle-ci a été placée en isolement thérapeutique puis transférée au CRA Covid de Plaisir.

Le non respect du protocole sanitaire accentue encore le climat anxiogène dans le CRA où plusieurs personnes avaient décidé il y a deux semaines de ne plus s’alimenter pour protester contre les comportements racistes d’une brigade, la mauvaise nourriture, le non accès aux soins et à la cour de promenade. Les retenus ont peur de tomber malades d’autant plus qu’il est difficile d’avoir un suivi médical plus approfondi qu’un traitement au Doliprane.

«Tout le monde a peur, la police aussi. Ils ont donné des masques, juste un par jour mais le masque après 3 heures il est plus valable. Y’a pas de promenade. Y’a un seul briquet ici et tout le monde le touche, on est trop à le toucher. La femme de ménage elle est venue ce matin, elle a pris le gel, y’en n’a plus. Y’en avait un dans le couloir et un dans la salle de jeux. On est comme des animaux ici. »

Ce manque de précaution est dénoncé par les retenus depuis plusieurs semaines. Les nouveaux et nouvelles arrivantes ne sont pas systématiquement testé.es et nouvelles arrivantes ne sont pas systématiquement testé.es et mis en isolement thérapeutique, les masques et gels hydroalcooliques sont insuffisants, l’entretien n’est pas fait régulièrement et l’accès aux soins est limité.

Nous dénonçons la mise en danger de la vie des retenu.es au sein du CRA de Rouen-Oissel et demandons :

  • la mise en place et le respect du protocole sanitaire mis en place et exécuté dans toutes les structures collectives,
  • le respect du règlement intérieur rédigé par l’administration elle-même concernant les temps d’ouverture de la cours de promenade (tous les jours de 10h à 11h30 et 14h à 17h), ainsi que l’accès à l’infirmerie (tous les jours de 9h30 à 17h30) et à un médecin 5 demi-journées par semaine.

Nous dénonçons l’existence de ces lieux de privation de liberté qui enferment des femmes et des hommes, et parfois des enfants, pour causes administratives et à la demande des préfectures.
L’enfermement est d’autant plus absurde aujourd’hui en période de pandémie mondiale où la troisième vague ferme de nouveau les aéroports rendant impossible les reconduites aux frontières vers les pays d’origine ou autres pays européens (procédure Dublin).
Nous demandons la fermeture du centre de rétention administrative de Rouen-Oissel.

 
FERMETURE DES CRA !
RÉGULARISATION DES SANS-PAPIERS !

Réseau de visiteurs et observatoire citoyen du centre de rétention pour étrangers de Oissel – Ligue des Droits de l’Homme de Rouen – Maison des associations et de la solidarité – 22b rue Dumont d’Urville – 76000 Rouen – Tél. : 07 83 76 53 45

Auteur: Région Normandie




Source: Lacimade.org