Janvier 17, 2023
Par Indymedia Lille
231 visites

UNE QUINZAINE DE NOUVELLES CAMÉRAS SUR LE PARCOURS DES MANIFS À LILLE

La situation a bien changé depuis le mouvement contre les réformes des retraites de 2019. À l’époque, Lille était encore dirigée par un Parti Socialiste frileux à l’idée d’installer massivement des caméras de vidéo-surveillance. Les jeux olympiques approchant, et sur pression des lobbys de la cyber-sécurité, la capitale des Flandres a capitulé. Un “centre de supervision” a été mis en place, relié à une cinquantaine de caméras… dont une quinzaine sur les parcours de manifs en centre-ville.

◾ INSTALLATION EN 2021-2022

Avant 2022, une quarantaine de caméras de la ville surveillait déjà les grands axes, la rocade, ou les places importantes (République, Wazemmes…). Mais surtout, les images de vidéosurveillance étaient simplement stockées pendant 15 à 30 jours – supprimées si elles ne sont pas demandées – et les caméras n’étaient pas reliées en direct à ce “centre de supervision” qui n’existait pas encore. Annoncé en conseil municipal en 2021, sa fabrication s’est accompagnée de l’installation d’une cinquantaine de caméras connectées pour surveiller la population lilloise. Concrètement, c’est une dizaine de policiers municipaux qui se relaient constamment pour regarder la ville, ambiance « panoptique ». Ils peuvent être en lien avec des équipes de terrain pour accompagner des interventions sur la voie publique, et sont aussi assermentés à faire de la vidéo-verbalisation. Entre délire sécuritaire et voyeurisme éhonté.

◾ CENTRE-VILLE : FLICAGE DES MANIFS ET DE LA FÊTE

Si on se penche uniquement sur le vidéo-flicage du centre-ville, c’est une vingtaine de caméras qui a été plantée depuis 2021. 4 autour de la Gare Lille-Flandres, 2 sur la rue Faidherbe, 1 sur la Grand-Place, 1 sur Rihour, 1 sur la rue de Béthune, 6 sur la rue Nationale tout de même, 5 sur la rue Masséna et devant le Match de Solférino, et 1 place Richebé qui observe ostensiblement la Place de la République (en bleu sur la carte). Ça correspond à toute la partie commerçante des parcours des manifestations (souvent déplacés hors de ce secteur d’ailleurs). Une vingtaine de banques et d’assurances ou une dizaine d’agences immobilières, des magasins symboles du capitalisme outrancier (Apple, Sephora, Starbucks, McDonalds…), souvent cibles du black bloc depuis les mouvements altermondialistes du début des années 2000 et particulièrement depuis la “Loi Travail” en 2016.

Il faut dire que les banques et les assurances se frottent les mains des réformes des retraites ou de la libéralisation sécuritaire. Fonds de pension (retraite par capitalisation), prêts étudiants (augmentation des frais de scolarité) et autres endettements sur 20 ans (prix de l’immobilier excessifs), pas besoin d’être franchement anticapitaliste pour comprendre que tout ça pue la merde. Donc il faut protéger les hauts lieux de ces utopies libérales, voire les “vidéo-protéger”.

◾ 3/4 DU PARCOURS EST DÉSORMAIS VIDÉO-SURVEILLÉ

Révolté·es du quotidien, habitué·es des manifs ou des flâneries urbaines, acrochez-vous pour la nouvelle émission de téléréalité géante (les flics aiment aussi le “riot porn”). Le grand parcours de manif, (1) sur la carte, est désormais surveillé sur deux tiers de ses 4 km de long. Le petit parcours de manif (3) est surveillé aux trois quarts de ses 3 km de long. Voyons le bon côté des choses, peut-être qu’un jour les chiffres de la police seront exacts sur le nombre de manifestant·es.

Si de nature, vous pensez n’avoir rien à cacher, sachez que les prochaines lois sécuritaires envisagent d’autoriser et de généraliser la vidéo-surveillance algorithmique, qui repère les comportements suspects automatiquement. Marcher au milieu de la route, traverser au rouge, ou rester statique pendant plus de 300 secondes (= “maraudage”), c’est suspect, non ? Un jour, ils produiront automatiquement des listes de gens qui participent aux manifestations. Alors adoptez les bons réflexes : en cette période où le covid n’est pas encore éteint, pensez à porter le masque.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Note : la carte inclus uniquement les caméras qui surveillent la voie publique, et ne prend donc pas en compte les caméras privées (transports, bouches de métros, magasins, banques, parkings…).

Note 2 : La non-présence de caméras n’implique pas qu’un espace ne soit pas surveillé. De même, la présence d’une caméra ne veut pas nécessairement dire qu’il y a quelqu’un derrière. Toutes ne sont pas connectées, mais la surveillance repose aussi sur la dissuasion par la présence de l’objet caméra.

🔍 Sources :

• Lille Sous-Surveillance (⚠ pas actualisé depuis 2017) : https://lille.sous-surveillance.net/

• La Quadrature du Net et sa campagne Technopolice : https://laquadrature.net/2022/03/23/quest-ce-que-la-videosurveillance-algorithmique/

La Brique N°64 : https://labrique.net/index.php/thematiques/brique-brother/1222-lille-surveillance-et-malveillance





Source: Lille.indymedia.org