Comite-nantes-carnet-1-medium

Comite-nantes-carnet-2-medium

Depuis le dernier weekend du mois d’août, une occupation s’est installée sur les berges ensauvagées au sud de l’estuaire de la Loire. Sous couvert de projets de compensations capitalo-écologiques, cette zone naturelle protégée, réservoir de biodiversité, est promise à la bétonisation de plus de 110 ha incluant la destruction de 51 ha de zone humide et menaçant plus de 116 espèces protégées.

Plus aberrant encore, les investisseurs potentiels ne sont même pas connus : on commence par tout bétonner, on verra ensuite ce qu’on fait. C’est ce que les macronistes nomment “projet clé-en-main” : en gros, tu réduis de trois mois le délai d’obtention du permis de construire en court-circuitant les protocoles environnementaux et l’opération est facilitée ! YARA du biff à s’faire !

YARA’l’bol ! Le site est déjà envahi par les industriels les plus rigolos, comme ENGIE, GENERAL ELECTRIC, TOTAL, CARGILL ou YARA, premier producteur français d’amonitrate (tu sais, c’est cette molécule qui a provoqué la destruction d’un pan entier de la ville de Beyrout, et dont on prévoit qu’au Carnet, il y aura trois fois la quantité de stockage).

Ces industriels là, la métropole de Nantes en a besoin pour rayonner, mais elle ne veut pas les voir tout près de chez elle. En fait, ce qui se joue au Carnet, c’est l’instrumentalisation _ des espaces ruraux _au profit de la métropole_et lorsque les porteurs du projet se vantent de vouloir construire un parc “écotechnologique”, ce qu’il veulent dire, c’est qu’ils vont détruire une zone humide pour y produire toujours plus d’énergie pour une consommation accrue d’électricité pour plus d’objets inutiles connectés, des villes toujours plus grandes et toujours plus inhumaines.bonjour la transition énergétique !

Le Carnet a été de 1974 à 1997 le théâtre d’une lutte finalement victorieuse contre l’implantation d’une centrale nucléaire (n’oublions.pas que EDF a toujours 200 ha de terrains sur le site, disponibles pour un EPR éventuel en cas de fiasco industriel…). Il est temps de recommencer mais cette fois ci, il nous faudra pointer l’impasse du développement économique sans fin, de la création d’emplois inutiles alors que le confinement pour cause de Covid19 à montré quels emplois étaient réellement utiles pour la société, à répartir de chacun selon ses capacités à chacun selon ses besoins. L’occupation et les autres actions ont pour but d’empêcher les travaux préliminaires à la construction du site. Viens poser tes valises pour bloquer les machines ou mobilise toi au sein du comité de soutien local. Comme dans la lutte contre l’aéroport, seule la multiplication des actions de tous types, partout dans le département et ailleurs, pourra faire reculer la logique de la metropolIsation et de la course inlassable aux profits.,à l’œuvre dans ce projet mortifere .


Article publié le 22 Sep 2020 sur Nantes.indymedia.org