C’est face à Roland Veuillet qu’Emmanuel Macron déclare le 27 mai 2016 à Lunel : “La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler”.

Ce mardi 29 septembre à la cour d’appel de Nîmes comparaissait Roland Veuillet, gilet jaune, syndicaliste et militant anticapitaliste, incarcéré depuis quatre mois suite au non-respect d’une interdiction de manifester.

Son histoire est celle d’un acharnement policier et judiciaire. En juin 2019, le sexagénaire passe une première fois au palais de justice de Nîmes pour participation à une manifestation interdite. Le procès vire au fiasco : l’ancien métallo proteste contre le report de l’audience et est placé en garde à vue. Rebelote en novembre 2019 : nouveau procès, toujours pour manifestation interdite, nouveau report, nouvelle expulsion du tribunal. S’enchaîne quelques jours plus tard une perquisition, mais le gilet jaune n’est pas chez lui. Confiant, il dépose plainte pour effraction, et finit en garde à vue. Libéré pour vice de procédure, il reporte plainte contre un policier pour menace.

Interpellé dans la rue, il finit en détention provisoire le 12 décembre 2019 pour port d’arme (un tournevis), outrage, entrave à la circulation, participation à un groupement interdit, intimidation, et dénonciation calomnieuse, du fait de sa plainte contre un policier. L’infatigable militant entame aussitôt une grève de la faim. Libéré le 26 décembre avec une interdiction de manifester, il est de nouveau incarcéré le 31 mai après s’être mobilisé pour des sans-papiers, ce qui équivaut à une rupture de son contrôle judiciaire. Condamné le 2 juillet à un an de prison dont six mois ferme, il interjette appel depuis sa cellule.

À la barre, comme à son habitude, il assure seul sa défense, n’hésitant pas à invectiver la juge Anne Camugli et le procureur Pierre Couttenier. Il parle d’un « procès politique », d’une « cabale », de « méthodes dignes de Vichy », et demande des explications : « Pourquoi tant de policiers mobilisés ? On parle de Carlos, Mesrine, Ben Laden ? Non, c’est Roland Veuillet ». Il conteste tout, dans le détail, avec force, malgré une mine éreintée par la détention. Les magistrats, agacés par ces trois heures de procès, lui coupent la parole. Alors il se couche, littéralement.

Lors de son arrivée, Roland Veuillet a scandé « Macron démission ! »

Parmi la cinquantaine de personnes venues le soutenir, certains s’inquiètent : Roland Veuillet ne ferait-il pas mieux de faire des concessions ? C’est mal le connaître confie l’un de ses camarades de Solidaires : « Il ne renonce jamais, ne baisse pas les yeux ». Entre 2003 et 2012, alors conseiller principal d’éducation, Roland Veuillet court 40 000 kilomètres et entame plusieurs grèves de la faim, dont une de cinquante jours, pour protester contre une sanction professionnelle. Même en prison, Roland Veuillet milite : le 17 juillet, en cour de promenade, il refuse de réintégrer sa cellule et fédère à sa cause une quarantaine de détenus, avant que la mutinerie ne soit dispersée au bout de trois quarts d’heure, ce qui lui vaudra des placements à l’isolement.

Au final, la peine requise est similaire à celle prononcée en première instance : un an ferme dont six mois avec sursis (avec un abandon des poursuites pour port d’arme). Une libération est donc envisageable dans le courant du mois d’octobre, voire début novembre s’il ne bénéficie d’aucune remise de peine. Verdict le 29 octobre.

Parmi ses soutiens, des gilets jaunes, des syndicalistes de Solidaires et des militants du NPA (dont il est membre), de Lutte ouvrière ou bien encore du POI.
L’Internationale, « On est là », « Contre la répression, pour ta libération, Roland, tes camarades sont là » : ses soutiens ont donné de la voix

Article publié le 29 Sep 2020 sur Lepoing.net