FĂ©vrier 18, 2021
Par La Brique
311 visites


Carkill Habourdin PSELe lundi 13 janvier 2020, les employĂ©.es de l’usine Cargill Ă  Haubourdin dĂ©marrent un important mouvement de grĂšve, dirigĂ©, entre autre, par la CGT. Tonnelles, barbecue et palettes occupent dĂ©sormais la place de l’Eglise, accompagnĂ©s de jeux, de pĂ©tards et de fumigĂšnes qui rythment les journĂ©es de grĂšve. Le site a prĂ©vu un « Plan de sauvegarde de l’emploi Â» (PSE), une grosse opĂ©ration de licenciement qui pourrait mettre sur la touche jusqu’Ă  183 employĂ©.es sur 330. PremiĂšre Ă©tape d’un projet Ă  long terme de dĂ©structuration de l’usine.

Cargill, c’est un peu l’entreprise que tout le monde cĂŽtoie, mais sans le savoir. Nous voudrions prĂ©senter cette entreprise, dont le chiffre d’affaire (CA) est plus de deux fois supĂ©rieur Ă  celui de Coca Cola et MacDonald’s rĂ©unis, d’une maniĂšre un peu originale.

Ouvrez le placard dans la cuisine la plus proche de vous, prenez n’importe quel produit transformĂ© (gĂąteaux, plats cuisinĂ©s, nourriture pour bĂ©bĂ©s) et cherchez « maltodextrines Â» ou « sirop de glucose Â» dans les ingrĂ©dients… Nous vous prĂ©sentons (roulement de tambour) : Cargill !

Carkill, tueur d’emplois

Vous avez probablement entendu parler de Bayer-Monsanto (sur votre produit, les logos de « Mondelez International Â» ou « Unilever Â»). Cargill, qui travaille avec cette derniĂšre, est un empire d’origine amĂ©ricaine bien plus puissant et perfide. Dans son palmarĂšs : dĂ©forestation de l’Amazonie, implantations d’usines trĂšs polluantes dans des zones sensibles, spĂ©culations sur la crise alimentaire de 2008, l’exploitation de travailleur.ses mineur.es (1), et tout ça sans avoir besoin d’ĂȘtre cotĂ©e en bourse. Ce qui veut dire qu’elle a rĂ©ussi Ă  se dĂ©velopper pour atteindre plus de 100 Mds de CA sans recours Ă  des investisseurs ou autres actionnaires. Pas mal. Ce genre d’entreprises consanguines (pour ne pas dire familiales) sont bien connues dans le Nord, avec pour Ă©quivalent les Mulliez (2).

Haubourdin, c’est lĂ  qu’est produite depuis 1856 une partie des ingrĂ©dients de l’objet que vous avez peut-ĂȘtre encore entre les mains (vous pouvez le dĂ©poser, la dĂ©monstration est terminĂ©e). En 2002, Cargill a rachetĂ© l’usine qui appartenait Ă  CĂ©restar. Les employĂ©.es nous expliquent que le travail y est rĂ©parti dans plusieurs bĂątiments immenses. L’amidonnerie humide est le secteur qui fabrique de l’amidon maĂŻs et l’amidonnerie sĂšche transforme les surplus en d’autres produits (dĂ©rivĂ©s de carton). Il y a le secteur « atomisĂ© Â», oĂč l’amidon est transformĂ© en poudre, puis vendu Ă  d’autres entreprises qui l’utiliseront comme ingrĂ©dient pour des produits alimentaires ou pharmaceutiques (3).

L’amidonnerie Ă©tant trop peu rentable, il est possible qu’elle s’arrĂȘte et que 80 employĂ©.es passent Ă  la trappe.

« Regarde les cheminĂ©es : pas de production sans fumĂ©e Â»

Si on voit les ouvrier.es dans la rue depuis quelques semaines dĂ©jĂ , leur mouvement se durcit par une grĂšve suivie par beaucoup d’employĂ©.es depuis le 13 janvier. Ce qui est complexe, c’est que l’indemnitĂ© de dĂ©part est dĂ©terminĂ©e en fonction du salaire des six derniers mois, donc Ă  trop faire grĂšve, le personnel risquerait d’ĂȘtre trop pĂ©nalisĂ© en cas d’Ă©chec de la lutte. Pourtant, une partie importante des ouvrier.es a tenu, contre vents et marĂ©es devant l’usine, pendant toute la semaine, avec un piquet de grĂšve (non bloquant) : les camions peuvent encore passer, mais l’activitĂ© de l’usine est bien interrompue.

Dans les revendications, outre le retrait du plan social, ils et elles demandent des compensations Ă  l’effet psychologique liĂ© Ă  l’annonce du PSE : une partie des ouvrier.es ignorent oĂč ils seront dans 6 mois. « On commençait Ă  s’emballer avec ma femme. Faire un deuxiĂšme gosse, acheter une maison, piscine… En quelques mois, ils ont dĂ©truit de vrais projets familiaux. Â» C’est lĂ  que se dessine le lien avec la rĂ©forme des retraites : Ă  Cargill comme ailleurs, ĂȘtre licenciĂ©.e, malgrĂ© de grosses primes, revient Ă  ne plus marquer ses « points Â» pendant un temps. L’avenir des salariĂ©.es est en jeu.

Cargill CGT

L’employeur a l’obligation lĂ©gale de mettre en place une ligne de soutien psychologique pendant un PSE, ce qui a Ă©tĂ© fait uniquement par la pression des employĂ©.es. Un autre confirme : « Au dĂ©but il y avait un numĂ©ro qui n’avait personne au bout. AprĂšs deux semaines, ça a Ă©tĂ© activĂ©. Beaucoup de gens appellent Â».

Ce laxisme dans les procĂ©dures n’est pas anodin : chaque vice de procĂ©dure retarde un peu le PSE, ce qui rallonge les mobilisations, parfois difficiles Ă  tenir. Pourtant, Ă  Cargill, on sait que « tout s’est gagnĂ© dehors. Les congĂ©s payĂ©s, les salaires minimum… Â» Donc nous les retrouvons Ă  Lille, chaque semaine, aux cĂŽtĂ©s des cheminot.es et des autres rĂ©voltĂ©.es de la casse sociale gĂ©nĂ©ralisĂ©e. Si la rĂ©pression syndicale pointe souvent le bout de son nez, la rĂ©pression policiĂšre existe aussi. Jeudi 16 janvier Ă  Lille, pendant une manifestation contre la rĂ©forme des retraites, un grĂ©viste de Cargill a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© pour « dissimulation du visage Â».

Dans cette lutte qui durera jusqu’au 27 fĂ©vrier (fin des nĂ©gociations du PSE) (4), tout soutien est le bienvenu. Alors n’hĂ©sitez pas Ă  venir prendre un cafĂ© avec elles et eux Ă  Haubourdin, devant ou dans l’usine.

À suivre…

1. Voir le documentaire Cargill, la faim justifie les moyens de S. Quillet et P. Brito Da Fonseca (2015).

2. C’est d’ailleurs lĂ  la seule origine au clichĂ© sur la consanguinitĂ© dans le Nord. VĂ©ridique.

3. Les partenaires de Cargill sont Bayer, NestlĂ©, Danone, Bailey’s… Que du bon !

4. L’histoire montre que cette lutte dure beaucoup plus longtemps car plus d’un an aprĂšs, rien n’est fini. Lire « Cargill, un an de lutte Â» dans La Brique, n°63 (automne 2020).

â–ș Lire aussi :

– « Cargill / Carkill, une usine menacĂ©e Ă  deux pas de Lille Â», par Lille InsurgĂ©e, fĂ©vrier 2020.

– « Haubourdin, l’industrie au nez des salariĂ©.es Â», dans La Brique n°61, « On en remet une couche Â», hiver 2020.

– « Cargill, fleuron de l’industrie française ? Â», dans La Brique n°62, « IndĂ©boulonnables Â», Ă©tĂ© 2020.

« Cargill, un an de lutte Â» dans La Brique n°63, « Poulets partout, justice nulle part Â», automne 2020.

Let’s block ads! (Why?)




Source: Labrique.net