Janvier 1, 2022
Par Marseille Infos Autonomes
382 visites


Nous reproduisons dans une série d’articles la brochure Capitalisme + Came = Génocide dans sa version de 2017.

En 1969, l’ex-toxicomane et membre du Black Panther Party, Michael Cetewayo Tabor écrivait Capitalisme + Came = Génocide, un texte devenu depuis lors incontournable sur les ravages de la drogue, en particulier de l’héroïne, dans les ghettos noirs de New York.

En 2015, nous avions publié une première édition de ce texte inédit en France et relativement oublié même outre-Atlantique. L’intérêt provoqué par la redécouverte de ce texte a conduit des compas mexicains à le rééditer, en y ajoutant quelques nouveaux éléments sur la lutte menée durant ces années-là à New York contre le fléau de l’héroïne, notamment au sein de la communauté portoricaine. Au vu de la déferlante des drogues industrielles un peu partout dans le monde, et à l’heure où l’argent qu’elle génére graisse l’ensemble des rouages sociaux et économiques, les réflexions qui ont traversé les mouvements révolutionnaires portoricains et afro-américains dans les années soixante et soixante-dix restent plus que jamais d’actualité.

C’est la raison de cette nouvelle édition : réfléchir de nouveau sur cette contre-insurrection cachée, et pouvoir tirer du passé quelques outils pour comprendre et affronter la situation actuelle, en se réappropriant notamment les savoir-faire et les usages nécessaires à l’émancipation de nos corps et de nos esprits. Que ces textes, réunis au gré des amitiés et des solidarités internationales, puissent susciter de nouvelles idées et s’enrichir de nouveaux partages.

Sommaire :

Plate-forme et programme du Black Panther Party. Ce que nous voulons. ce que nous croyons

1. Nous voulons la liberté. Nous voulons le pouvoir de déterminer nous-mêmes la destinée de notre communauté noire.

Nous croyons que les Noirs ne seront libres que lorsqu’ils pourront déterminer eux-mêmes leur destinée.

2. Nous voulons le plein-emploi pour notre peuple.

Nous croyons que le gouvernement fédéral a la responsabilité et l’obligation de donner du travail ou un revenu garanti à chaque homme. Nous pensons que si les hommes d’affaires blancs ne peuvent garantir le plein-emploi, alors les moyens de production devront leur être retirés par la communauté afin qu’elle s’organise pour employer tous ses membres et leur assurer un haut niveau de vie.

3. Nous voulons que cesse le pillage de la communauté noire par les Blancs.

Nous croyons que ce gouvernement raciste nous a volés et aujourd’hui nous exigeons qu’il paie ses dettes. Quarante acres et deux mules, c’est ce qu’on nous a promis il y a un siècle, en réparation du travail des esclaves et du meurtre massif du peuple noir. Nous acceptons de recouvrer cette dette en argent, que nous répartirons entre nos nombreuses communautés. Les Allemands aident actuellement les Juifs en Israël en compensation du génocide du peuple juif. Les Allemands ont tué six millions de Juifs. L’Américain raciste a participé au massacre de plus de 50 millions de Noirs. Nous estimons donc que notre demande est modeste.

4. Nous voulons des logements décents, conçus pour des êtres humains.

Nous croyons que si les propriétaires blancs ne donnent pas de logements décents à la communauté noire, les terrains et les logements devront être gérés par des coopératives, afin que notre communauté, avec l’aide du gouvernement, puisse construire des logements décents pour les siens.

5. Nous voulons pour notre peuple une éducation qui expose la véritable nature de cette société américaine décadente, qui nous enseigne notre véritable histoire et notre rôle dans la société d’aujourd’hui.

Nous croyons en un système éducatif qui permette à notre peuple de se connaître lui-même. Un homme qui ignore tout de lui-même et de sa position dans la société et dans le monde a peu de chance de s’ouvrir à quoi que ce soit d’autre.

6. Nous voulons que tous les Noirs soient exemptés du service militaire.

Nous croyons que les Noirs ne devraient pas être obligés de se battre pour défendre un gouvernement raciste qui ne les protège pas. Nous ne combattrons pas et ne tuerons pas d’autres peuples de couleur qui, comme les Noirs, sont victimes du gouvernement blanc raciste des États-Unis. Nous nous défendrons par tous les moyens nécessaires contre les violences de la police et de l’armée racistes.

7. Nous exigeons l’arrêt immédiat des brutalités policières et des meurtres de Noirs.

Nous pensons pouvoir mettre fin aux brutalités policières dans la communauté noire en créant des groupes d’autodéfense noirs protégeant la communauté noire de l’oppression et de la brutalité de la police raciste. Le deuxième amendement de la Constitution américaine garantit le droit de porter des armes. Nous pensons donc que tous les Noirs devraient s’armer pour se défendre.

8. Nous voulons la libération de tous les Noirs détenus dans les prisons fédérales, d’État, de comté et municipales. Nous croyons que tous les Noirs devraient être libérés des nombreuses prisons car ils n’ont pas été jugés de façon juste et impartiale.

9. Nous voulons que tous les Noirs traduits en justice comparaissent devant des jurys composés de leurs pairs ou de membres de leur communauté, conformément à la Constitution.

Nous croyons que les tribunaux doivent respecter la Constitution américaine afin de permettre aux Noirs d’être jugés équitablement.

Le quatorzième amendement de la Constitution stipule qu’un homme a le droit d’être jugé par ses pairs. Un pair est une personne qui a des origines économiques, sociales, religieuses, géographiques, environnementales, historiques et raciales similaires. Pour cela, la cour devra sélectionner des jurés issus de la même communauté que l’accusé. Nous avons été et sommes toujours jugés par des jurys composés uniquement de Blancs qui n’ont pas la moindre idée de ce que pense ou ressent l’homme noir « moyen ».

10. Nous voulons de la terre, du pain, des logements, de l’éducation, de quoi nous vêtir, la justice et la paix. Notre principal objectif politique est la mise en place, sous l’auspice des Nations unies, d’un référendum ouvert seulement aux sujets de la colonie noire, afin que le peuple noir puisse décider de son destin en tant que nation.



Retrouvez la brochure complète imprimable ici :



Traduit par les Éditions Premiers Matins de Novembre et le Collectif Angles Morts

[email protected] + [email protected]

« Capitalism plus dope equals genocide », 1969

Edition méxicaine : [email protected]

http://www.bboykonsian.com/palante/Capitalismo-Droga-Genocidio_a36.html

Des éditions dans d’autres langues et d’autres pays sont en discussion. N’hésitez pas à nous contacter.

Illustrations de couverture et d’intérieur : Helios Figuerola Garcia [email protected]




Source: Mars-infos.org