Octobre 3, 2019
Par Marseille Infos Autonomes
5 visites


Envoyer des mandats et aider au niveau judiciaire les inculpéEs coûte cher au quotidien, et comme la répression ne fait que s’accentuer… on se rencarde pour soutenir la Legal team et renflouer les caisses, dimanche 6 octobre à Manifesten à 13h pour une cantine maxi solidaire à prix libre et à 15h30 à 5 balles par équipe, on tape le carton.

Spécial big up à l’équipe de meufs de 20 piges qui mis la pâtée à tout le monde en mai dernier !

En cas de question concernant l’antirep, écrivez à [email protected]

Tout d’abord, c’est quoi la legal team ?

La legal team de Marseille a d’abord été crée pour répondre collectivement à la répression de la lutte contre les politiques de la ville qui mettent tout en place pour faire plus belle la vie aux riches en écrasant les pauvres (pourrissement des logement à Noailles, gentrification à la Plaine …).

Pour empêcher que ces mouvements ne s’organisent, la mairie ne tarde pas à réprimer (interpellations, violences policières, procès) pour isoler, dissuader et couper court à la lutte. Il s’agit donc d’accompagner toute personne visée par la répression de la lutte. Il s’agit aussi de rassembler les fonds levés indépendamment par des initiatives de soutien pour payer les frais de justice des inculpé.es. Quand une personne passe en procès, c’est tout le mouvement qui est inculpé…

Début décembre, les manifestations contre les politiques urbaine rejoignent celles des gilets jaunes, des lycéen.nes, avec quelques émeutes à la clé. Là encore, la réponse judiciaire est au service de la volonté de stopper le mouvement social.

La legal team prend alors en charge la solidarité des manifestants arrêtés pendant les manifestations qui ont lieu à Marseille.

Bilan de la répression – Marseille

La répression du mouvement des gilets jaunes est à la hauteur de la menace qu’il représente. Certaines des personnes de la legal team, ayant déjà pris part à d’autres collectif de soutien, ont pu observer comment la répression a changé en quelques mois, en termes de lourdeur des peines, facilité par un arsenal juridique mis en place depuis plusieurs années.

La répression est différente selon les villes, en fonction de l’importance de la mobilisation… mais on retrouve globalement des traits communs : violences policières, arrestations massives, beaucoup de peines de prison distribuées à l’issu de procès aux chefs d’inculpations lourds et aux dossiers vides…

Lire la suite ici :




Source: Mars-infos.org