• ouverture du lieu à 17h (infokiosque, gratuiterie, basket, ping-pong)
  • repas vegan à prix libre de 19h30 à 23h (l’argent en plus, s’il y en a, ira pour la caisse du GRRAIVE (réseau de récup et de redistrib d’Ivry et Vitry))
  • bar (sans alcool)
  • adresse : 51 boulevard de Stalingrad à Vitry-sur-Seine

Petite présentation du lieu

Depuis le mois de février, nous sommes une cinquantaine de personnes – précaires, sans-papiers, étudiant.e.s – à occuper une parcelle comportant trois bâtiments à Vitry-sur-Seine. Ce lieu, vide depuis moins d’un an, propriété du Val-de-Marne, était un foyer et le siège d’une société d’actionnaires fonciers du département. Nous avons choisi de l’appeler la Kunda (la communauté en Soninké).

Pourquoi le squatter ? Le squatter répond d’abord à la nécessité, pour certain.e.s d’entre nous d’avoir un logement décent et pour d’autres, tout simplement, d’avoir un logement. Nous refusons d’enchaîner les taff précaires pour payer un loyer trop cher comme nous refusons le chantage du marché immobilier et des institutions « sociales ».

Certain.e.s d’entre nous sont sans papiers, et suivent des procédures longues, qui les laissent à la rue, sans hébergement et sans possibilité de travailler. Sans le squat, c’est la rue, et tout le monde connaît les difficultés de la rue. Grâce à ces lieux, certain.e.s d’entre nous peuvent aller à l’école, avancer dans leurs démarches et avoir un lieu de vie.

Dans un moment historique où les villes et les quartiers se gentrifie à grande vitesse (grand Paris, JO) -, dans un moment où même les services et les transports ne sont pas conçus en vue d’une meilleure qualité de vie mais pour la spéculation et l’augmentation des loyers, squatter est aussi une forme de survie et de résistance collective. Si le squat est donc pour nous un moyen de répondre collectivement à la précarisation de nos vies, il est aussi l’affirmation pratique de notre opposition à la propriété immobilière et à l’ordre social actuel que nous voulons abolir. Et finalement nous squattons aussi parce que nous voulons ancrer nos réseaux de solidarité dans la durée et que cela ne peut se faire sans un lieu, et parce que nous avons besoin d’espace pour nous organiser et lutter.

Ayant ouvert juste avant le confinement et la crise du Covid-19, bien que cela nous ait bloqué dans l’ouverture de ce lieu sur l’extérieur, le fait d’avoir un espace comme celui que nous occupons nous a ainsi directement permis d’agir, en faisant de la récupération, du partage alimentaire et des distributions de masques, et d’élargir ainsi le réseau d’entraide qui existe déjà depuis quelques années dans le 94.

Depuis, nous continuons à agrandir ces dynamiques de solidarité : en poursuivant nos distributions alimentaires sur Ivry et Vitry, en faisant un marché solidaire tous les dimanches devant l’un de nos bâtiments, en proposant un espace de gratuiterie (habits, produits hygiéniques matériel électroménager), des cours de langues et des cantines. Nous voulons aussi que cet espace soit un lieu de partage de savoirs et de pratiques : nous avons une bibliothèque et un infokiosque, un espace en mixité choisie, une salle de cinéma ainsi qu’une salle de sport. Il y a aussi des espaces d’organisation ouvert aux collectifs en ayant besoin.

Ce lieu se veut bienveillant : on n’accepte aucun comportements oppressifs : sexistes, racistes, homophobes, transphobes, … !

Cet espace est ouvert à toutes et tous (un mercredi sur deux ont lieu des réunions ouvertes), n’hésitez pas à nous contacter pour l’investir, pour participer aux activités ou pour en proposer.

Contact : [email protected]

Lien : lakunda.squat.net


Article publié le 13 Sep 2020 sur Paris-luttes.info