Juillet 7, 2021
Par Sans Nom
300 visites


2 juillet 2021, Eglise flambée près de New Hazelton (Colombie-Britannique) sur le territoire autochtone de Gitwangak.

Scandale des pensionnats pour autochtones au Canada : une dizaine d’églises brûlées et vandalisées
AFP, 4 juillet 2021

Au moins dix églises ont été endommagées ou incendiées dans l’ouest du Canada et deux statues de la monarchie ont été déboulonnées. Les dégradations ont été commises lors de la fête nationale du Canada, après la découverte de plus d’un millier de tombes anonymes près d’anciens pensionnats pour autochtones. Ces actes ont été condamnés par le Premier ministre canadien Justin Trudeau ainsi que par le chef national de l’Assemblée des Premières nations, Pierre Bellegarde.

Nuit du 1er juillet, Début d’incendie dans la co-cathédrale Saint-Patrick à Yellowknife

Le Canada est sous le choc depuis le mois dernier, date de la découverte des restes de 215 enfants aux abords d’un ancien pensionnat pour enfants métis, inuits, ou membres des Premières nations. Plus d’un millier de tombes ont depuis été exhumées partout dans le pays, à chaque fois près de ces établissements gérés par l’Eglise, et pour moitié par l’Eglise catholique. Près de 150 000 enfants autochtones seraient passés par ces écoles jusque dans les années 1990, et 4 000 d’entre eux y seraient morts. Des survivants racontent y avoir été victimes d’abus physiques et psychologiques.


Petit bilan provisoire
(extrait de Radio canada, 6 juillet 2021)

Le matin du 21 juin, l’église Sacred Heart, située sur les terres de la Première Nation de Penticton, avait été ravagée par des flammes et, quelques heures plus tard, un feu s’était également déclaré dans l’église Saint-Gregory située à Oliver, sur les terres de la communauté autochtone d’Osoyoos.

Quelques jours plus tard, les églises Chopaka et Sainte-Anne, situées respectivement sur les terres des nations autochtones de Lower Similkameen et Upper Similkameen ont aussi été réduites en cendre.

Plus récemment, le 1er juillet, l’église anglicane située sur les terres de la Première Nation Gitwangak, près de New Hazelton, a été incendiée pour la seconde fois en quelques jours. Cette fois, la destruction de l’église était complète.

Le même jour, un incendie s’est déclaré dans une église anglicane de Tofino et a endommagé un mur, mais a pu être éteint avant de faire plus de dommages.

30 juin, extérieur cramé de l »église St. Kateri Tekakwitha, de la Première nation Sipekne’katik, à soixante-cinq kilomètres au nord-est d’Halifax

Selon la Gendarmerie royale du canada (GRC), tous les agents sont au courant de la situation, mais qu’elle n’a pas les moyens d’augmenter sa présence devant chaque lieu de culte de la province. « Il y a trop d’églises et beaucoup de nos policiers travaillent à Fairy Creek ou à Lytton alors ça prendrait trop de policiers pour les stationner à chaque église« , souligne le responsable des communications de la Gendarmerie royale du Canada, le sergent Chris Manseau.


Au Canada, des manifestants déboulonnent les statues des reines Victoria et Elisabeth d’Angleterre
AFP, 3 juillet 2021

Statues monarchiques renversées, une dizaine d’églises dégradées à la peinture rouge et incendiées : des actes de vandalisme ont entaché jeudi 1er juillet la fête nationale du Canada. L’élan de colère se poursuit dans le pays après la découverte fin mai d’un millier de tombes anonymes près d’anciens pensionnats pour autochtones.

À Winnipeg, une statue représentant la reine Victoria, datant de 1904, a été recouverte de peinture rouge devant l’assemblée législative du Manitoba (centre) avant d’être renversée. Elle a ensuite été laissée au sol, sous un drapeau canadien sur lequel était inscrit en anglais «Nous étions des enfants», selon Radio Canada. Sa tête aurait été arrachée et lancée dans une rivière, selon cette même source. Une autre, représentant la reine Elizabeth II a également été renversée. À Calgary (Alberta, ouest), au moins dix églises ont été vandalisées, avec de la peinture orange et rouge.

«Les empreintes de mains, le nombre ‘215’ et d’autres marques suggèrent que le vandalisme était une réponse aux tombes trouvées récemment dans d’anciens pensionnats», a commenté la police, qui enquêtait à ce sujet. En outre, huit églises ont été incendiées depuis la découverte fin mai de 215 tombes anonymes près d’un ancien pensionnat autochtone en Colombie-Britannique. Ces découvertes ont ravivé le traumatisme vécu par quelque 150.000 enfants amérindiens, métis et inuits, coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture et enrôlés de force jusque dans les années 1990 dans 139 de ces pensionnats à travers le pays.

«C’est inacceptable et injuste que des actes de vandalisme et incendies criminels aient lieu à travers le pays, y compris contre des Églises catholiques», a fustigé Justin Trudeau lors d’un point presse. «Ce n’est pas ça la solution», a-t-il insisté. Le premier ministre a par ailleurs dit comprendre «qu’il y ait de la colère, contre le gouvernement fédéral, contre des institutions comme l’Église catholique».




Source: Sansnom.noblogs.org