Novembre 17, 2016
Par Le Chat Noir Emeutier
242 visites


Ercolano [près de Naples, Italie; NdT], le matin du 15 novembre. Six militants de Casa Pound [micro-parti néofasciste italien; NdT] étaient en train de s’opposer à une expulsion locative dans la rue Resina, où quelques familles squattaient un bâtiment appartenant à l’Église.

Pendant leur rassemblement, une voiture avec 6 fascistes a essayé d’attaquer le Spazio Anarchico Vesuviano [espace anarchiste de la région du Vesuvio; NdT], qui n’est pas loin. Quelqu’un, armé de bâton, les a frappé, les envoyant à l’hosto.

Ça ne nous intéresse pas de savoir qui c’était, nous sommes du côté de ceux qui pratiquent l’action directe, laissant les fachos à terre.

Suite à cela, nombreux Carabinieri, policiers, flics de la DIGOS, militaires et policiers municipaux sont arrivés devant le Spazio Anarchico Vesuviano ; à l’intérieur étaient barricadés plusieurs compagnons anarchistes.

Les flics étaient en train d’essayer d’identifier les personnes qui étaient à l’intérieur, essayant de mettre en relation les compagnons anarchistes avec le tabassage de fascistes.

Après plusieurs heures à être barricadés dans le local, les compagnons ont décidé d’ouvrir le portail et de forcer les lignes de flics dehors, déterminés à ne pas se laisser identifier. Pendant l’échauffourée, de nombreux compagnons et habitants du quartier ont aidé les compagnons qui étaient à l’intérieur à s’enfuir et un flic a été blessé. Un habitant du quartier, deux compagnons du Spazio Anarchico Vesuviano et un compagnon solidaire ont été arrêtés.

L’un d’entre eux est passé en comparution immédiate ce matin 16 novembre et a été condamné à du sursis pour résistance à l’encontre d’officier de police.

Le Spazio Anarchico Vesuviano a été dévasté par les flics et il est momentanément sous scellés pour les nécessités de l’enquête.

Le plan que l’État et ses flics ont établi depuis longtemps nous parait clair : ils cherchaient une excuse pour fermer un espace anarchiste qui se situe dans un territoire « difficile » tel cette banlieue et est considéré comme gênant par les autorités. Cette utilisation de la force ne nous surprend pas, déjà l’hiver dernier, à plusieurs reprises, ils avaient essayé de mettre leur nez dans un lieu que nous considérons comme chez nous. Ils n’ont jamais réussi à y accéder, car ils ont été chassés avec détermination.

En tant qu’anarchistes, nous ne nous plierons jamais, toujours en train de pratiquer et revendiquer fièrement notre anarchisme et les pratiques qui nous appartiennent, sans médiation ni récupération.

Nous sommes aux côtés de nos compagnons du Spazio Anarchico Vesuviano.

Nous envoyons une forte accolade a Carlo, notre compagnons anarchiste de Gênes qui a été condamné le 15 novembre à 14 mois de prison [avec suspension de la peine; NdT] pour apologie de délit, à la suite d’un écrit en solidarité avec l’action des compagnons Alfredo et Nicola [c’est à dire les tirs dans la jambe du ponte du nucléaire Roberto Adinolfi, le 11 mai 2013; NdT]

Quelques anarchistes en Campania

[Traduit de l’italien de Croce Nera Anarchica, 16 novembre 2016]




Source: