Octobre 21, 2021
Par Rennes Info
221 visites


Rassemblement devant le tribunal administratif. Vendredi 22/10 Ă  13h30. 3,contour de la Motte

La prĂ©fecture et la mairie de Rennes sont aux abois depuis que le collectif inter-organisation de soutien aux personnes exilĂ©es a tentĂ©, lors de la manifestation du 16 octobre, de rĂ©quisitionner l’école du faux-pont au centre-ville. Chacune de ces deux institutions s’est fendue de communiquĂ©s expliquant leur position respective : On ne peut rien faire ! Puis la mairie a demandĂ© l’expulsion par la police.

La prĂ©fecture dĂšs le dimanche a imposĂ© le 115 pour certaines des familles restant au campement des Gayeulles, soit 15 jours maximum avec l’obligation de quitter les lieux le jour avec bagages et enfants, sans endroit pour se poser. DĂšs le 14 octobre, la prĂ©fecture diligentait les services de l’ARS pour Ă©valuer la situation sur le campement : le constat est alarmant. Pourtant dans la presse, la mairie affirmait qu’elle mettait tout en Ɠuvre « pour faciliter les conditions de vie Â». Or, les militant.e.s ont toujours dĂ©plorĂ© le manque de volontĂ© de la mairie pour proposer un lieu dĂ©cent Ă  tout point de vue, un bidonville dans un coin de parc pendant 4 mois restait une solution satisfaisante pour une autoritĂ© qui refusait de loger des enfants en bas Ăąge, parfois malades par les conditions de vie indĂ©centes


Le lundi 19 octobre, nous apprenions que la prĂ©fecture lançait en urgence un rĂ©fĂ©rĂ©-expulsion contre des rĂ©sidents sans droit ni titre du campement devant le tribunal administratif pour raison d’insalubritĂ©. Cette requĂȘte totalement disproportionnĂ©e mettrait des enfants Ă  la rue pour des raisons d’hygiĂšne ! La situation sanitaire a Ă©tĂ© prĂ©caire depuis le dĂ©but au Gayeulles, car la mairie n’est que rarement intervenue au campement laissant les conditions de vie se dĂ©grader sans aucune compassion. Les obligations lĂ©gales de la prĂ©fecture sont claires, il lui faut avant toute Ă©vacuation, trouver une solution pĂ©renne pour chaque personne particuliĂšrement les enfants, mĂȘme la mairie y met une condition Ă  l’expulsion.

C’est la honte qui caractĂ©rise les autoritĂ©s qui devaient depuis 4 mois hĂ©berger les personnes exilĂ©es, elle se double maintenant d’une perfidie dans les arguments, le campement maintenant qu’il est mĂ©diatisĂ© devient insalubre pour toutes et tous. Nous savons que le rĂ©fĂ©rĂ© expulsion ne vise qu’à faire disparaĂźtre le campement pour mieux effacer le vrai problĂšme, le logement dĂ©cent des personnes. Les personnes qui ont Ă©vacuĂ© le campement lors de la tempĂȘte du 2 octobre pour se rĂ©fugier dans les locaux des Eclaireurs et Eclaireuses de France Ă  ThorignĂ©-Fouillard devront bientĂŽt quitter les lieux pour se retrouver Ă  la rue. Le campement des Gayeulles ne disparaĂźtra pas il se dĂ©placera, seul un lieu sera Ă©vacuĂ© par les forces de l’ordre et les bulldozers


Le collectif inter-organisation de soutien aux personnes exilĂ©es va accompagner les personnes convoquĂ©es au tribunal administratif le 22 octobre Ă  14h pour mettre les autoritĂ©s devant leur rĂ©elle responsabilitĂ© et continuera son action. Nous ne ferons pas simplement de menacer d’action pouvant se rĂ©vĂ©ler illĂ©gale, nous les mettrons en Ɠuvre pour montrer que les militant.e.s savent qu’une politique d’accueil dĂ©cent des personnes exilĂ©es est nĂ©cessaire. Ce sont les obligations lĂ©gales de la prĂ©fecture, pas un enfant Ă  la rue.

Pour la régularisation de toutes les personnes exilées, pour un logement décent et pérenne pour tou.te.s.

Rassemblement devant le tribunal administratif. Vendredi 22 octobre 2021 Ă  13h30. 3, contour de la Motte




Source: Rennes-info.org