L’assemblée générale de lutte contre toutes les expulsions a officialisé l’ouverture d’une maison située au 86 cours Caffarelli le mardi 8 mars à 16h30. Cette annonce a été diffusée sur les réseaux sociaux, à l’attention de la presse et publiquement par des tracts. Pour cette maison comme pour les autres, cette officialisation a été précédée de deux semaines d’occupation.

Au soir du 8 mars, la police, accompagnée de M. Papineau, directeur de la sécurité publique, est venue constater l’occupation et a pris des photos du monde attroupé et des noms sur la boîte aux lettres (une dizaine de personnes peut en témoigner, et une facture fait foi de l’occupation). La police est revenue le lendemain matin.

Ce jour, nous apprenons que la police est venue arrêter un camarade et trois habitants du lieu au prétexte hallucinant d’une effraction flagrante. Nous nous étonnons que les services de police soient si peu au courant de leurs propres activités.

Il s’agit d’une instrumentalisation grossière des médias (qui ont eu connaissance de l’ouverture mardi dans leurs mails) pour accentuer encore plus la répression déjà délirante observée samedi dernier : dispersion d’une 40aine de personnes qui voulaient diffuser des tracts par une centaine de policiers en tenue anti-émeute.

D’éventuelles poursuites seraient sans fondement, nous exigeons que ces menaces cessent.

Un communiqué plus long suivra.

[Publié le 10 mars 2016 sur le site Sous la cendre.]


Expulsion du squat de la Presqu’île ce matin

Ce jeudi 10 mars, au matin, le squat officialisé mardi dernier et déjà occupé depuis deux semaines, situé sur la Presqu’île, a été expulsé par la police. Des interpellations ont eu eu lieu.
Une assemblée générale extraordinaire est appelée aujourd’hui à 14h au squat Saint-Ouen (46, rue Saint-Ouen).

[Publié le 10 mars 2016 sur le site de l’AG contre les expulsions.]