DĂ©cembre 18, 2020
Par Attaque
256 visites


94 citoyens / jeudi 17 décembre 2020

Un homme de 30 ans, soupçonnĂ© d’ĂȘtre l’un des auteurs des coups sur des policiers en marge de la manifestation parisienne du 28 novembre contre la loi SĂ©curitĂ© globale, a Ă©tĂ© interpellĂ© jeudi matin Ă  Cachan (Val-de-Marne) et placĂ© en garde Ă  vue.

L’enquĂȘte avait Ă©tĂ© ouverte le 29 novembre pour “violences sur personnes dĂ©positaires de l’autoritĂ© publique en rĂ©union” et confiĂ©e Ă  la sĂ»retĂ© territoriale de Paris, oĂč l’homme a Ă©tĂ© placĂ© en garde Ă  vue.

Les enquĂȘteurs ont passĂ© au crible les multiples vidĂ©os circulant sur les rĂ©seaux sociaux et les images de vidĂ©osurveillance montrant une colonne de policiers prise Ă  partie par un groupe d’individus sur la place de la Bastille, envahie par des fumĂ©es de gaz lacrymogĂšne.

A partir de ces vidĂ©os, les enquĂȘteurs sont parvenus Ă  isoler un des auteurs prĂ©sumĂ©s des violences contre les forces de l’ordre et Ă  l’identifier, a appris l’AFP de source proche du dossier. Cet homme, connu pour des faits de violences contre les policiers, notamment lors d’une manifestation des “gilets jaunes” en 2019, fait partie selon cette source de “la mouvance antiĂ©tatique” [c’est nouveau ça
 keufs et journaflics vont s’y retrouver, entre « ultragauche Â», « mouvance anarcho-autonome Â» et maintenant ça ? NdAtt. ].

Les enquĂȘteurs ont reconstituĂ© son parcours lors de cette manifestation grĂące aux images qui, selon cette mĂȘme source, le montrent jeter des projectiles sur les forces de l’ordre, des pierres, des bouteilles en verre, une planche de bois. Des investigations techniques [Le Parisien dĂ©taille « un travail technique important, notamment d’écoutes tĂ©lĂ©phoniques Â»] ont permis ensuite de le localiser Ă  Cachan dans une ancienne caserne de gendarmerie, squattĂ©e par des membres du mouvement “Extinction Rebellion”.

L’homme a Ă©tĂ© interpellĂ© Ă  6H00 et les enquĂȘteurs ont saisi des vĂȘtements, prĂ©sentĂ©s comme ceux qu’il portait lors de la manifestation du 28 novembre, a-t-on ajoutĂ© de source proche du dossier. Il a Ă©tĂ© placĂ© en garde Ă  vue pour “violences volontaires sur personne dĂ©positaire de l’autoritĂ© publique aggravĂ©es”, a-t-on appris auprĂšs du parquet de Paris.

Lors de cette manifestation contre le texte de loi “SĂ©curitĂ© globale” et contre les violences policiĂšres, des policiers avaient reçu des projectiles et un homme les avait frappĂ©s avec une barre de fer. L’un des fonctionnaires de police Ă©tait tombĂ© Ă  terre puis avait Ă©tĂ© rouĂ© de coups par plusieurs personnes, avant d’ĂȘtre relevĂ© par l’un de ses collĂšgues.

Au total dans toute la France, 98 policiers et gendarmes avaient été blessés lors de ces manifestations. Les organisateurs avaient dénombré 500 000 participants dont 200.000 à Paris.
Samedi dernier, les manifestations ont rassemblĂ© 133.000 personnes dont 46.000 Ă  Paris, selon le ministĂšre de l’IntĂ©rieur.




Source: Attaque.noblogs.org