Septembre 16, 2021
Par Rapports De Force
309 visites


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les salariés de l’entreprise Transdev, qui assurent une partie du transport en commun par bus d’Ile-de-France (dans le secteur du Grand Melun) sont en grève depuis plus de deux semaines. Ils protestent contre la dégradation de leurs conditions de travail et la baisse de leur rémunération.

Cette soudaine dégradation est due à l’ouverture à la concurrence du réseau des bus de moyenne et grande couronne d’Ile-de-France, effective cette année. Pour remporter l’appel d’offre et présenter le dossier le plus alléchant à son client, la Région IDF, Transdev (multinationale du transport qui compte plus de 80 000 salariés) a largement rogné sur les conquis sociaux de ses salariés.

Selon Patricia, gréviste interrogée par France Bleu : « Auparavant, on était à 39 heures payées 39 et on avait 22 jours de RTT. Maintenant, on est à 37 heures et on nous a retiré 11 jours de RTT. »

Comme d’autres avant elle, la grève des bus Transdev est donc massivement suivie : près d’un conducteur sur deux était en grève ce mardi : 46% dans le secteur de Sénart, 45% dans celui de Melun, 57% à Vulaines, explique la direction de Transdev à l’AFP. Une partie du transport en commun du secteur est donc largement entravée, dont le transport scolaire.

Ce même jour, une centaine de personnes ont également manifesté devant le siège du conseil régional d’Île-de-France à Saint-Ouen et des dizaines d’autres ont bloqué le dépôt Francilien de Lieusaint, en Seine et Marne. Bien qu’exceptionnelle, la mobilisation n’a pour l’heure pas suffit à faire plier ni la Présidente de Région Valérie Pécresse ni la direction de Transdev.

Photo : CC COUVRAT Sylvain

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Source: Rapportsdeforce.fr