Avril 8, 2021
Par Sans Nom
238 visites


Face Ă  face avec l’ennemi. Un aperçu d’une annĂ©e d’attaques contre le pouvoir en France (2020-2021), en anglais, 20 pages, avril 2021

Une traduction de l’introduction :

La domination a acquis un rythme de mutation Ă©blouissant. Le voile des avancĂ©es technologiques est en train de recouvrir le monde tel que nous le connaissions. Le dĂ©sastre Ă©cologique n’est pas « en train d’arriver Â», il est dĂ©jĂ  lĂ . Tandis que le progrĂšs industriel avance triomphalement, l’instabilitĂ© Ă  tous les niveaux (social, politique, Ă©conomique, Ă©cologique) est croissante. Un dĂ©fi difficile pour ceux qui vont continuer Ă  lutter pour la libertĂ© comme totalitĂ©, et pas comme nĂ©gociation sur la longueur de nos chaĂźnes. Les vieux modĂšles d’intervention rĂ©volutionnaire sont en train de disparaĂźtre en mĂȘme temps que presse l’urgence de nouvelles perspectives.

Il y a un siĂšcle, des anarchistes des rives du Rio de la Plata en AmĂ©rique du Sud dĂ©claraient la guerre au pouvoir et en vinrent « Face Ă  face avec l’ennemi Â». Ils allĂšrent le dĂ©nicher dans ses repaires avec des mouvements offensifs. Ils firent exploser des banques, des stations de police, des institutions, en s’approchant toujours plus prĂšs de l’ennemi. Avec l’anarchie au cƓur et le pistolet en main, ils sont allĂ©s de l’avant, sans attendre la masse ou la construction d’un large mouvement. Et chaque bombe qu’ils mettaient rĂ©sonnait avec les nombreuses publications qu’ils diffusaient. Action et idĂ©e allaient de pair, main dans la main.

Aujourd’hui, comment pouvons-nous venir « face Ă  face avec l’ennemi ? Â» OĂč se cache-t-il, oĂč pouvons-nous le frapper ? Alors que la domination vogue vers de nouveaux modĂšles, anarchistes et rebelles Ă©largissent aussi leurs vues. Au cours de la derniĂšre annĂ©e, au milieu d’un confinement sans prĂ©cĂ©dent au nom de la santĂ© collective, beaucoup sont sortis dans la nuit pour en venir face Ă  face avec l’ennemi. Pendant que des attaques se produisaient contre de nombreuses cibles liĂ©es Ă  la rĂ©pression, comme les commissariats, les prisons et les institutions Ă©tatiques, une vague de sabotages prenait pour cible les artĂšres de la domination : ses rĂ©seaux de tĂ©lĂ©communication, de transport et d’énergie.

Il y a quelques dĂ©cennies, un critique de l’industrialisme Ă©crivait : « Il ne faut pas ĂȘtre surpris que le Complexe du Pouvoir soit mis considĂ©rablement sous pression dans plusieurs domaines. Quoiqu’immunisĂ©s contre toute attaque frontale, sauf celle rĂ©alisĂ©e par un autre systĂšme de pouvoir d’une mĂȘme taille, ces gĂ©ants sont particuliĂšrement vulnĂ©rables Ă  des attaques locales de guĂ©rilla et des incursions hostiles, contre lesquelles ses structures massives sont aussi dĂ©munies que l’était Goliath avec sa lourde armure contre un David agile qui n’avait pas choisi les mĂȘmes armes et n’attaquait pas la mĂȘme partie de l’anatomie. » Aujourd’hui, c’est plus que jamais un dĂ©fi pour les anarchistes. Lutter en petits groupes, sans aucune centralisation, en frappant l’ennemi sans trĂȘve avec tous les moyens et la crĂ©ativitĂ© que nous avons Ă  disposition, en apprenant Ă  laisser hors de nos vies et de nos cercles le plus de nuisances technologiques possibles, en nous soutenant et en nous aidant les uns les autres de toutes les maniĂšres possibles pour continuer les hostilitĂ©s dans un monde qui tend Ă  rĂ©duire toujours plus d’espaces. Sans aucune garantie que ces parcours mĂšneront le monde Ă  l’anarchie, mais sachant que cette vie vaut certainement la peine d’ĂȘtre vĂ©cue.

[introduction traduite de l’italien de infernourbano, 5 avril 2021]

Let’s block ads! (Why?)




Source: Sansnom.noblogs.org