Février 16, 2021
Par Le Monde Libertaire
266 visites


LA PLÉNITUDE DES CENDRES

Conception, texte et mise en scène Yan Allegret
Avec Hacine Chérifi, champion du monde WBC, catégorie poids moyen
Jean-Baptiste Epiard, comédien

Dans le cadre de LA FABRIQUE DES ÉCRITURES un évènement réservé aux professionnels, nous avons pu assister au Théâtre de l’Étoile du Nord – 16, rue Georgette Agutte 75018 PARIS – à une représentation de LA PLÉNITUDE DES CENDRES de Yan Allegret qui met en scène Hacine Chérifi, champion du monde de boxe WBC, catégorie poids moyen et Jean-Baptiste Epiard, comédien.

Yan ALLEGRET a découvert le théâtre et la boxe en même temps. Le parallèle entre l’espace du ring et celui du plateau a déterminé son d ésir de confrontation entre le théâtre et la boxe.

En tant que dramaturge, il aurait pu créer un personnage de boxeur mais il a éprouvé la nécessité de rencontrer un boxeur en chair et en os. Hacine Chérifi s’est imposé à lui. Au delà du champion de monde des poids moyens le 10 Mai 1998 à Villeurbanne, le seul après Marcel Cerdan, c’est un homme qui lui a parlé et c’est cette parole « dans sa simplicité » à qui il a voulu offrir l’espace d’un plateau.

Que se passe t-il dans la tête d’un boxeur pendant un combat ? Quel est l’impact de la présence du public sur ces acteurs sur scène qu’ils soient comédiens ou sportifs ? Le public est l’inconnue majeure . Sur scène, ceux sont toujours l’intime et le collectif qui se font face à face.

« J’ai retrouvé dans sa parole la même solitude que celle de l’acteur de théâtre, la même lente préparation souterraine, la même nécessité d’être au présent, le même vertige face au public et les mêmes cendres après la confrontation » nous dit Yan Allegret.

La mise en scène est très épurée. Nous assistons à une véritable chorégraphie où les gestes de combat de deux hommes, l’un boxeur, l’autre comédien, leurs réponses sollicitent la perception de l’autre, le désir d‘aller à sa rencontre . Lâcher prises, attaques deviennent des leitmotivs d’un langage corporel qui induit une volonté de communication et de partage des différences.

L’un est boxeur, avant d’être comédien, l’autre est comédien avant de se retrouver boxeur. Chacun peut s’enrichir de l’expérience de l’autre. Cela n’est pas dit mais se vit sur scène .

Ce spectacle devait faire l’objet d’une tournée. Nous avons été heureux de le découvrir parce qu’il exprime ce que nous attendons en priorité du théâtre, l’ouverture de notre imaginaire pour sonder nos rêves et leur apporter des réponses . Il y a cette émotion particulière que peut ressentir tout public, celle du tract avant d’assister à une représentation parce qu’il sait que les artistes jouent à l’instant présent.

Le théâtre sollicite toujours notre présence d’un point de vue intime et collectif.

Paris, le 15 Février 2020

Evelyne Trân




Source: Monde-libertaire.fr