Le 14 juillet, Alfoussen est atteint à la joue à Villeneuve-la-Garenne. Ce tir lui vaudra 30 points de soutures. Le lendemain, ce sont Joachim à Lyon, et Maxime à Grenoble qui ont été éborgnés par la police.

Ces trois mutilations s’ajoutent à la longue liste des personnes tuées et blessées par l’usage d’armes soit-disant« non-létales » par la police. Ils auraient tous trois porté plainte.

Le « collectif face aux armes de la police » cherche à leur faire parvenir ce message.