Depuis fort longtemps, j’accumule dans mes archives une demi-douzaine de documents à vocation pédagogique destinés à exposer de manière simple les grandes lignes de l’histoire du mouvement anarchiste, ou de sa doctrine. « L’anarchisme pour les nuls » n’en est qu’un parmi d’autres.

D’ailleurs il ne s’intitulait pas comme ça à l’origine, mais comme c’est la mode d’expliquer tout et n’importe quoi aux « nuls », alors je me suis dit que ce serait une façon d’être « in ». Quand je me parle à moi-même, j’appelle ces documents mes « momies » parce qu’elles sont là, immobiles, attendant, comme les anciens pharaons, de ressusciter.

J’en ai même qui sont écrits sur papier, du temps où je n’avais pas d’ordinateur : c’est dire que ça fait un bail.

Le plus marrant, c’est qu’un jour j’ai comparé ces documents, et je me suis aperçu qu’ils ne disent pas du tout la même chose. En fait, je pense qu’il est impossible d’expliquer l’anarchisme en 50, ou même en 100 pages, parce que si on veut faire une rapide synthèse, on est obligé de choisir un angle d’approche et d’abandonner d’autres angles d’approche, ce qui est terrible, parce que ce sont aussi des points très importants.

J’ai même une « Histoire hétérodoxe du syndicalisme révolutionnaire », un truc que j’ai écrit il y 5 ou 6 ans parce que j’avais été très énervé par les âneries que racontaient certains militants se réclamant de ce courant.

Cela dit, mon bouquin intitulé Affinités non électives pourrait faire office de « manuel d’initiation à l’anarchisme ». C’était censé être une réponse au livre d’Olivier Besancenot et de Michäel Löwy, mais en définitive je les cite très peu, j’ai préféré tout simplement dire ce que j’avais à dire.

Bref, j’ai décidé d’exhumer une de mes « momies », juste pour lui faire prendre l’air et voir ce que ça donne. Peut-être un jour me déciderais-je à en exhumer d’autres.

René Berthier


Article publié le 25 Jan 2020 sur Monde-nouveau.net