Manifestation à Bilbao.
En Espagne, le 8 mars dernier fut marqué par une grève générale historique. C’est à l’appel des organisations féministes et des syndicats que 5,9 millions de personnes se sont mobilisées pour la journée internationale des luttes des femmes. En plus des multiples manifestations qui se sont tenues un peu partout à travers le pays, il y a eu grève du métro et des trains ainsi que plusieurs piquets devant de grandes chaînes commerciales. Cette action appelait à ne pas consommer afin de ne pas obliger vendeuses et caissières à travailler. Plus de 300 trains ont été bloqués lors de cette journée. Des femmes employées à domicile, ne pouvant délaisser les personnes âgées et les enfants dont elles s’occupent, ont accroché symboliquement des tabliers aux balcons. 
Ces mobilisations avaient pour but de défendre l’égalité salariale et de dénoncer le harcèlement, la violence machiste et le patriarcat. Rappelons qu’en Espagne, les femmes sont payées en moyenne 14,2% de moins que les hommes. Selon les syndicats espagnols, elles occupent 62 % des contrats de travail à durée déterminée et 74 % des emplois à temps partiel.
Carte recensant les différentes manifestations du 8 mars en Espagne.

À Bilbao.

Manifestation arrêtée devant de La Casa Milà à Barcelone.

Manifestation à Malaga.
Rassemblement à Séville.
À Barcelone.
À Madrid.

Source: http://ucl-saguenay.blogspot.com/2018/03/breve-espagne-greve-generale-feministe.html -