Juin 18, 2020
Par Indymedia Nantes
29 visites


Bretagne : Marine Le Pen passe en coup de vent à Sein, et repart aussi vite




Mis a jour : le jeudi 18 juin 2020 à 22:20

Mot-clefs:

Racisme

Resistances

antifascisme

Lieux:

ile-de-sein

Communiqué de Visa 29 –  https://www.visa-isa.org    :

En mars 2017, le FN, en la personne de Marine Le Pen, avait tenté de réécrire l’histoire en disculpant la France de la rafle du Vel d’Hiv. Cette nuit du 16 au 17 juillet 1942 où à Paris, 4500 policiers et gendarmes français avaient arrêté plus de 13 000 juifs, qui dans leur grande majorité ont fini déportés dans les camps nazis où ils sont morts.

Aujourd’hui le FN/RN, compte célébrer l’appel du 18 Juin sur l’île de Sein. Ile où en juin 1940, la quasi-totalité des hommes en âge de combattre, avait choisi de partir rejoindre les Forces Françaises Libres en Angleterre. Décidément, de Le Pen père, et ses déclarations selon lesquelles les chambres à gaz étaient un « point de détail de l’histoire », à Le Pen fille, force est de constater que la provocation révisionniste colle aux basques du parti de la haine.

Mais après tout, pour le FN/RN un mauvais coup d’éclat reste toujours un coup d’éclat, et cette fois-ci c’est en salissant la mémoire de la résistance que le FN/RN compte faire parler de lui.

L’entreprise de dédiabolisation entamée par Marine Le Pen est un leurre. Le parti a beau essayer de se donner les apparences d’une organisation sociale et républicaine, ses prises de position d’hier et d’aujourd’hui viennent nous prouver le contraire. Le FN est, et reste un parti raciste et fascisant, fondé par les pires ennemis de l’auteur de l’appel du 18 juin.
Nous ne laisserons pas le FN/RN réécrire l’histoire de cette France qui a combattu l’horreur nazie.

Visa-fn-medium
Contre les nazi-e-s et les collabos

Le FN/RN, a maintenu sa commémoration odieuse sur l’île de Sein malgré l’opposition des ancien-ne-s résistant-e-s. Grâce à la mobilisation des sénant·es, des antifascistes, partis et syndicats progressistes, c’est en catimini et avec un jour d’avance, que Marine Le Pen et ses sbires s’y sont rendus pour déposer une gerbe sous les hués des hanbitant·es qui leur tournaient le dos. Finalement, c’est un 17 juin que le FN/RN aura tenté de récupérer un symbole de la résistance. Ce même jour, où en 1940, Pétain dira « qu’il faut cesser le combat », annonçant ainsi le début de la collaboration avec l’occupant nazi. En définitive, le parti renoue avec l’origine de nombre de ses fondateurs.

A l’instar de Génération Identitaire, à la manifestation du 13 juin contre le racisme et les violences policières, le FN/RN n’a rien trouvé de mieux que de débarquer à la dérobée en Bretagne pour faire parler de lui. Sous couvert d’un pseudo repositionnement républicain le parti de la haine veut faire oublier son racisme organique et ses liens avec l’extrême droite néonazie

Le FN/RN est passé en coup de vent. Il y aura moins de haine en Bretagne demain et nous en dormirons bien mieux.

La dédiabolisation du FN/RN est un leurre. Nous continuerons le combat contre la peste brune. Le racisme n’aura jamais sa place en Bretagne. A l’avenir, pour faire ses coups médiatiques, le FN/RN n’aura d’autres choix que de venir confidentiellement.




Source: Nantes.indymedia.org