Novembre 8, 2021
Par Brest Media Libre
200 visites


Mesure autoritaire s’il en est, le régime dit transitoire de l’état d’urgence sanitaire se termine ce 15 novembre, levant ainsi son lot de limitation des déplacements ou d’ouverture des établissements recevant du public, ses possibles interdictions de réunions ou de manifestations…

Ce régime s’inscrit dans un mouvement d’empilement de lois et dispositifs autoritaires de contrôle et de répression (loi sécurité globale, loi Collomb, décrets de fichage, états d’urgence, couvre-feux, etc. ), et ce, sans sembler connaître de frein à leur déferlement.

Le dernier-né, le passe sanitaire, semble être le parangon de cette tendance qui se poursuivra après la fin du régime transitoire de l’état d’urgence sanitaire. Ce passe poursuit une vieille logique déjà à l’œuvre dans les politiques de surveillance et de répression : il s’agit de contrôler et de mieux exclure.

Ainsi, les politiques nationalistes de contrôle des personnes étrangères ne permettent l’octroi de titres de séjour ou de visa uniquement sur la base du respect de certains critères (âge, emploi, pays d’origine…). La police contrôlant la possession de ces titres, l’exclusion ou non du territoire peut-être prononcée par l’Etat.

Cependant, le passe sanitaire réactive cette logique de manière bien plus globale et tentaculaire : désormais, des milliers de personnes peuvent et se doivent d’être agent.e.s du contrôle, dès lors qu’ielles possèdent un smartphone avec lecteur de QR code, échappant totalement à toute assermentation comme à toute possibilité de retrait. Parallèlement, tous et toutes peuvent être contrôlé.e.s et possiblement exclu.e.s (d’un bar, d’une médiathèque, d’un train, d’un emploi…), et ce, sur l’ensemble du territoire. Ainsi se dresse la frontière entre le bon citoyen détenteur du sésame scanné et le marginal co-responsable de la pandémie.

Initialement prévu pour être abandonné le 15 novembre 2021, soit un peu plus de trois mois après sa mise en place, le passe sanitaire sera prolongé jusqu’à l’été 2022. Néanmoins, il nous semble important de célébrer pleinement la fin du régime transitoire ainsi que ce censé retrait du passe, notamment pour rappeler que ce qui a été construit peut toujours être défait.

Nous vous invitons donc à déambuler lors d’une manifestation festive aux flambeaux, le 15 novembre, à partir de la place de la Liberté à 18h30. Viens ! Bisous !




Source: Brest.mediaslibres.org