296 visites


Dimanche 31 janvier, les franges les plus réactionnaires de la société française s’apprêtent à sortir à nouveau dans les rues de Brest. Leur étendard du moment : la lutte contre la PMA & la GPA . Qu’on ne soit pas dupes des intentions des organisateurs de « Marchons enfants », peu leur importe les enfants, ils sont là pour la défense de leur credo : l’ordre moral et le couple hétéro-patriarcal.

Émanation anti-PMA de la « Manif pour tous », « Marchons enfants » est officiellement composée de dizaines d’associations se présentant comme plus respectables les unes que les autres. En effet, même si la stratégie de « la Manif pour tous » avait déjà été de lisser son image auprès de l’opinion en ne faisant pas apparaître les franges les plus intégristes et radicales, force est de constater que le bilan avait été mitigé : d’un côté elle avait réussi à mobiliser dans la rue (dont des « réacs-modérés ») d’un autre côté elle n’avait pas pu freiner l’expression et les actions violentes des groupes intégristes et d’extrême droite (printemps français, CIVITAS, groupuscules d’ultradroite divers…).

Le résultat avait été catastrophique avec des manifestations finissant en émeutes LGBTQIphobes, xénophobes et racistes et une multiplication dramatique des agressions contre les personnes LGBTQI pendant et après les trop longs mois qu’avait duré la promulgation de la loi pour le mariage pour toutes et tous. « Marchons enfants » tente donc de contrôler son image au maximum, mais quand on y regarde de plus près sa sociologie est évidente.

Une grande partie des groupes censés en faire partie sont des coquilles vides. Les organisations animatrices du mouvement sont toujours les mêmes et en particulier Alliance Vita et la Manif pour tous. Sans oublier la présence de militant.es de la plus vieille organisation politique d’extrême-droite (royaliste et nationaliste) encore en activité : l’Action Française.

Ce sont des mobilisations pour le maintien (voire le renforcement) des inégalités de genres et d’orientations sexuelles. Au contraire nous continuerons à nous battre pour l’égalité de toutes et tous et sommes solidaires des associations LGBTQI.

Comme nous l’avions déjà fait le 10 octobre 2020, les organisations syndicales réunies au sein de Visa 29 (Solidaires29, CGT Educ’action 29, CGT Enseignement Privé Bretagne, CGT Chru Brest-Carhaix, FSU 29, CNT29), l’UL CGT Brest, L’alternative UBO, politiques : PCF, UCL, FI, NPA 29, et associatives : ATTAC, LDH, West-Up Brest, Le planning familiale de Brest, Les Détraqueers, le Collectif des brestoises pour les droits des femmes, Glory All… appellent à affirmer une nouvelle fois, et de façon toujours aussi massive et festive, leur refus de l’expression de l’intolérance et de la discrimination dans les rues de Brest le dimanche 31 janvier 2021. 

Rendez-vous  

Dimanche 31 janvier

à 14h sur le parvis de la Fac V. Segalen à Brest.




Source: Visa-isa.org