Octobre 23, 2021
Par Brest Media Libre
336 visites


Les Gilets Jaunes devaient reprendre les rond-points le samedi 16 octobre 2021 partout en France. À Brest, Ă  10h Ă  Pen Ar C’hleuz. Seul un petit appel individuel de quelques lignes figurait ça et lĂ  sur Facebook
 Peut-ĂȘtre beaucoup plus d’appels en des groupes privĂ©s, messageries internes ?
 Quoi qu’il en soit : un Ă©niĂšme appel Ă  reprendre les rond-points tenant encore une fois de la pensĂ©e magique, d’un bref message incantatoire. Comme si l’histoire allait se rĂ©pĂ©ter Ă  l’identique, mĂ©caniquement, les mĂȘmes causes produisant les mĂȘmes effets. À savoir, encore une fois, un pouvoir d’achat diminuĂ© par la hausse des dĂ©penses contraintes due Ă  l’augmentation du prix d’énergies (carburant, gaz, Ă©lectricitĂ©) et de denrĂ©es alimentaires de premiĂšre nĂ©cessitĂ© (pĂątes etc.).

Et l’on voit alors souvent certains pester sur les rĂ©seaux sociaux, avec moult points d’exclamation rageurs, de type : « Bougez vous bordel !! Â». Ou autre classique, les accusant d’ĂȘtre de vĂ©ritables moutons, ceci, parfois illustrĂ© d’une image d’un troupeau de moutons, quoi de plus explicite !! Le cocasse de la situation ? Comme Ă  chaque fois, ils font comme si l’histoire repassaient les plats
 Jamais ! De plus, ils reprochaient Ă  Macron et aux institutions politiques leur manque de dĂ©mocratie. Celle-ci devrait ĂȘtre plus participative, nous devrions pouvoir agir Ă  travers le RIC, un RIP (RĂ©fĂ©rendum d’Initiative Populaire) plus accessible, voire avec l’instauration d’une Constituante ! TrĂšs bien
 Pourquoi alors n’agissez-vous pas pour vous organiser consĂ©quemment ? Ne pas juste croire Ă  l’effet magique d’auto-prophĂ©ties auto-rĂ©alisatrices, mais vĂ©ritablement Ɠuvrer pour que les gens se mobilisent ? C’est Ă  dire relancer les rĂ©seaux. Voir qui viendra vraiment le jour J. L’amener avant sur les rĂ©seaux sociaux, faire circuler l’info de RDV par tous les moyens ! Et lĂ  : rien. Comme si la dĂ©mocratie ce n’était pas d’abord s’autoorganiser, mettre le dĂ©mos, le « peuple Â» en mouvement, le faire participer Ă  sa propre mobilisation ? Bien sĂ»r cela demande du temps, du travail ! Cela, c’est sortir du spontanĂ©isme et de l’individualisme, c’est rassembler cette masse atomisĂ©e, dont chaque atome vitupĂšre sur internet, Facebook etc. Il ne suffit pas de vouloir, il faut pouvoir : compter ses forces et agir en consĂ©quence. Qui fait quoi ? Comment ? Quelle coordination, quelles alliances ? Etc.

Ceci n’est pas dit pour faire la leçon, la morale. MĂȘme s’il y a une certaine exaspĂ©ration Ă  voir que l’on revit sans arrĂȘt la mĂȘme chose, l’éniĂšme appel Ă  reprendre les rond-points, Ă  rejouer l’acte originel, mythique. Ça fait peut-ĂȘtre plaisir comme message d’espĂ©rance, de revivre, au moins en imagination, ce mythe fondateur, la prise des rond-points
 Mais encore faudrait-il se doter des moyens d’organisation, des outils pour accompagner le mouvement : AG, rĂ©unions d’action/organisation, moyens de communication et mise en rĂ©seau, inventaire des ressources/ce que chacun peut faire/avec qui et comment ? Et surtout, comment fĂ©dĂ©rer avec l’extĂ©rieur/s’ouvrir et sortir du noyau des origines Ă©galement/accueillir de nouvelles personnes.

Car du fait de la prĂ©carisation chaque jour plus avancĂ©e, la hausse des prix (Ă©nergies, denrĂ©es alimentaires etc.), nous pourrions accueillir de nouvelles personnes. Encore faudrait-il pourvoir les accueillir, qu’elles sachent oĂč nous joindre et surtout, que nous nous donnions les moyens de les faire rentrer dans le groupe. Sans que nous les perdions au bout de quelques actions/manifs. Que le lien dure, que nos structures mises en place soient pĂ©rennes. Qu’elles soient permanentes. Que nous puissions les rĂ©activer sans cesse. Qu’elles soient en lien avec tous les lieux de lutte, d’entraide, afin de mutualiser les forces. Pour cela la ligne doit ĂȘtre claire : une ligne de classes ! Sans ouvriĂ©risme pour autant, car nous pouvons agglomĂ©rer au-delĂ  d’un prolĂ©tariat (ouvriers et employĂ©s non qualifiĂ©s) Ă  30 % des actifs (E. Todd). Ouvriers et employĂ©s reprĂ©sentent environ 50 % de la population française [1] Mettons qu’idĂ©alement et abstraitement, sans trop tenir de petits intĂ©rĂȘts particuliers de classes intermĂ©diaires, nous pourrions tenter d’unir une majoritĂ© de la population contre les 1 % les plus riches et les 19 % qui les servent, notamment idĂ©ologiquement : petite bourgeoisie CPIS (Cadres et Professions Intellectuelles SupĂ©rieures), bourgeoisie culturelle qui façonne l’idĂ©ologie, notamment dans les grands mĂ©dias mais aussi dans les administrations, services publics etc.

Ainsi nous ne devons pas exclure bien Ă©videmment et marquer une ligne de dĂ©marcation franche et claire avec l’extrĂȘme droite et ceux qui la servent : conspis/confus etc ! Sur des bases Ă©galitaires et tolĂ©rantes. Amen !

Et surtout, retrouver une analyse et conscience de classe, plutĂŽt que d’hasardeux, nausĂ©abonds ou flous clivages comme ce peuple, qui serait uni, contre les mondialistes – terme de prĂ©dilection de l’extrĂȘme droite pouvant renvoyer insidieusement dans la bouche de certains aux « cosmopolites Â», aux juifs ! ; mais Ă©galement contre les musulmans, les dĂ©linquants (pauvres bien sĂ»r, c’est plus facile, pas les Ă©vadĂ©s fiscaux !
), le migrant, l’étranger etc.

S’affirmer positivement contre les vrais puissants, les capitalistes et leurs complices d’État, politiques et mĂ©diatiques.





Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands Ă©vĂ©nements et personnages historiques se rĂ©pĂštent pour ainsi dire deux fois. Il a oubliĂ© d’ajouter : la premiĂšre fois comme tragĂ©die, la seconde fois comme farce.

***

Les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement, dans les conditions choisies par eux, mais dans des conditions directement donnĂ©es et hĂ©ritĂ©es du passĂ©. La tradition de toutes les gĂ©nĂ©rations mortes pĂšse d’un poids trĂšs lourd sur le cerveau des vivants. Et mĂȘme quand ils semblent occupĂ©s Ă  se transformer, eux et les choses, Ă  crĂ©er quelque chose de tout Ă  fait nouveau, c’est prĂ©cisĂ©ment Ă  ces Ă©poques de crise rĂ©volutionnaire qu’ils Ă©voquent craintivement les esprits du passĂ©, qu’ils leur empruntent leurs noms, leurs mots d’ordre, leurs costumes, pour apparaĂźtre sur la nouvelle scĂšne de l’histoire sous ce dĂ©guisement respectable et avec ce langage empruntĂ©.



Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (1851)




Source: Brest.mediaslibres.org