Round Robin / mercredi 15 juillet 2020

Mercredi 2 juillet, Ă  13h, au tribunal de Brescia, aura lieu le procĂšs en appel contre Manu. ArrĂȘtĂ© en mai 2019, dĂ©tenu en prison jusqu’en mars 2020 et aujourd’hui aux arrestations domiciliaires, Manu a Ă©tĂ© condamnĂ© le 22 novembre dernier Ă  3 ans et 2 mois, car accusĂ© d’avoir aidĂ© Juan pendant sa cavale. Tout en crĂ©ant un prĂ©cĂ©dent farfelu mais grave, le Parquet ne l’a pas accusĂ© seulement d’« aide Ă  se soustraire Ă  une peine Â», mais aussi de « complicitĂ© Â» avec la circonstance aggravante de « terrorisme Â», parce que Juan, au vert Ă  cause d’un certain nombre de condamnation dĂ©finitives, liĂ©es surtout Ă  la lutte contre le Train Ă  haute vitesse en Valsusa, a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© aprĂšs plus de deux ans de cavale, accusĂ© d’avoir attaquĂ© le siĂšge de la Lega Ă  TrĂ©vise, une affaire judiciaire, celle-ci, dont personne (ni Juan, ni encore moins Manu) pouvait ĂȘtre Ă  connaissance. Si, ces derniĂšres annĂ©es, il est arrivĂ© trĂšs rarement que quelqu’un qui offre de hospitalitĂ© ou de l’aide Ă  un fugitif soit arrĂȘtĂ©, c’est la premiĂšre fois qu’à l’accusation de « complicitĂ© Â» on ajoute la circonstance aggravante de « terrorisme Â», dans ce cas avec un saut logique assez pĂ©rilleux. Il s’agit d’une attaque bien prĂ©cise contre la solidaritĂ©, d’un avertissement Ă  quiconque, par l’avenir, dĂ©cide de donner un coup de main aux recherchĂ©s, aux fugitifs, aux clandestins, en opposant Ă  la lois la pratique de l’entraide, les rĂšgles, vieilles comme le monde, d’une communautĂ© qui s’ouvre sans demander de papiers d’identitĂ©, l’élan gĂ©nĂ©reux qui unit ceux qui dĂ©fient l’autoritĂ© et ses injustices. Étant donnĂ© que tant de personnes pourraient se trouver dans la situation de Juan – tout comme le sont dĂ©jĂ  des millions d’ĂȘtres humains, qui, pour diffĂ©rentes raisons, vivent et se dĂ©placent traquĂ©s par la police parce qu’ils n’ont pas dans leur poche un certain papier, le fait de rĂ©affirmer que la solidaritĂ© est quelque chose de juste n’est pas seulement un geste de soutien envers Manu (et Juan), mais aussi un Ă©lĂ©ment d’autodĂ©fense collective.

Ce « monde souterrain Â», oĂč les lois et la police n’arrivent pas Ă  entrer, est justement le substrat Ă©thique qui a Ă©crit les pages les plus belles de l’humanitĂ© rebelle, qui a permis (et permet encore, aux quatre coins de la planĂšte) aux mouvements rĂ©volutionnaires de tenir le coup. Dans cette « histoire hors la loi Â» est encore Ă©crit notre avenir.

Pour ces raisons, et d’autres encore, nous invitons compagnonnes et compagnons, amis et solidaires Ă  une prĂ©sence en soutien devant le tribunal de Brescia, mercredi 22 juillet Ă  partir de 12h30.

anarchistes


Article publié le 19 Juil 2020 sur Attaque.noblogs.org