Les attaques contre les entreprises immobilières s’enchaînent à Brême. Il y a eu trois attaques en l’espace de cinq jours.

Tôt dimanche 3 novembre, un bureau de l’agence immobilière „Hansestadt Bremen Immobilien“ du quartier ‘Ostertor’ a été pris pour cible à la poubelle enflammée. Des inconnus ont bourré une poubelle de sacs et de vieux papiers qu’ils ont placée devant l’entrée de l’agence, avant d’y mettre le feu. Même si les pompiers sont rapidement intervenus, les flammes ont eu le temps de faire quelques dégâts matériels sur la porte.

Au même moment, dimanche à l’aube, mais ailleurs dans Brême, le géant de l’immobilier ‘Vonovia’ a subi une attaque à domicile. Sur un terrain clôturé à Woltmershausen, dans le Tabakquartier, neuf véhicules siglés de l’entreprise ont été détruits et endommagés par les flammes. Vers 3h du matin, les incendiaires ont forcé l’accès au parking en découpant une partie de la clôture grillagée puis ont mis le feu aux pneus des véhicules garés les uns à côté des autres. D’après la police, les dégâts s’élèvent à près de 250.000 euros.

Peu de temps après, un homme a été arrêté par les flics, mais il a été rapidement relâché en raison de manque de preuves.

Cette attaque incendiaire a été peu après suivie d’une autre attaque contre Vonovia. Dans la nuit de mercredi, des inconnus ont détruit plusieurs fenêtres du siège de la société immobilière originaire de Bochum. Des flics ont retrouvé des pavés sur les lieux. Le jour-même, « des groupes autonomes » ont revendiqué l’attaque par la publication d’un texte sur internet. On y lit notamment une référence directe à l’incendie de dimanche dernier à Woltmershausen : « Inspiré.e.s par le feu de joie sur le parking de Vonovia, nous avons démonté la façade en verre en utilisant des petits pavés […] ».

Mais les coups portés aux propriétaires de logements à Brême ne se limitent bien sûr pas aux cinq derniers jours. Début octobre 2019, les bureaux de l’association de propriétaires « Haus & Grund » ont été pourris littéralement : fenêtres souillées et démolies à coups de pierres et de marteaux, extincteurs et bouteilles de peinture. Il y en aurait eu pour 70.000 euros de dégâts. Et au cours de l’été 2019 déjà, plusieurs voitures de Vonovia avait brûlé (une autre le 30 mai). En août de cette même année, quatre agences immobilières avaient été défoncées à Findorff et Walle : tags et vitres brisées. Personne n’avait été interpellé.

Vonovia est la plus grosse entreprise immobilière en Allemagne. Au cours des neuf premiers mois de l’année en cours, elle enregistre un bénéfice net de 932,8 millions d’euros.

La société Vonovia est propriétaire de 11 381 logements rien qu’à Brême. Elle fait l’objet de nombreuses critiques de part et d’autre : des comités de locataires dénoncent le fait que Vonovia augmente régulièrement les loyers, en prétextant notamment des mesures de rénovation comme pour la consommation d’énergie mise aux normes « écologiques » dans des immeubles se trouvant dans des zones en cours de gentrification.

[Reformulé de la presse allemande. Publié le 8 novembre 2019 sur Sans Attendre Demain.]


Article publié le 19 Nov 2019 sur Fr.squat.net