Un incident fâcheux est cependant à déplorer, et nous rappelle qu’il faut rester constamment vigilants.

La programmation musicale s’est construite rapidement sur les propositions émanant de plusieurs membres de la commission de préparation ou de leur entourage. Pour cette raison, pas facile pour les organisateurs de connaître tous les artistes invités et quand une seconde chorale s’est présentée sur les lieux en fin d’après midi, peu de monde a prêté attention à la composition de ce groupe hétéroclite. Cependant, l’apparition de Marie Cherrier a intrigué et quelques personnes sont allées se renseigner sur les raisons de sa présence. La chorale dite « militante » souhaitait s’imposer dans la programmation en proposant des reprises de chansons françaises. Intervenir incognito et ensuite pouvoir dire « j’y étais »…. stratégie artistique ?

Pour rappel, Marie Cherrier a donné en 2014 une interview au site Égalité et Réconciliation, le groupe du néo-fasciste Alain Soral, (lien ci dessous) dans laquelle elle déclare que ce groupe d’ultra-droite  » lui avait donné les clés pour comprendre le système  » (sic !). On ne peut être plus claire en matière d’allégeance.

Alertés et très réactifs, les techniciens du son ont signalé qu’ils refusaient, pour des raisons politiques et professionnelles, de sonoriser ce groupe.

Les organisateurs avertis des antécédents de la chanteuse, mais trop occupés pour peser sereinement les enjeux de sa présence l’ont « invitée » à se contenter du hall… Bien évidemment cela n’a pas manqué de poser des problèmes.

De nombreux militants ont été choqués de trouver ce singulier comité d’accueil et ont demandé des explications. Chanter Brassens ne suffit pas pour se refaire une image. Et ne pas regretter certaines compromissions est un choix politique. Accorder une interview à un média d’extrême droite ne peut être assimilable au versant commercial d’un métier artistique.

D’autres personnes, venues participer aux festivités, considérant que leur Marie est  » avec nous dans les luttes  » s’en sont pris agressivement à ceux qui refusaient sa présence. Qu’ils se fassent une idée des opinions de cette demoiselle en écoutant le début de l’interview et en apprenant de quoi ce site est la vitrine.

Faire grève contre les mesures économiques d’un gouvernement est un acte politique. Les organisateurs de cette soirée ne sont en aucun cas proches des membres d’Egalité et Réconciliation ou de leurs cercles et n’ont pas besoin de leur soutien ni surtout d’y être assimilés.

Et s’il fallait encore un exemple de la confusion amenée par la présence de Marie Cherrier, en voici un autre assez significatif : à l’issue du tour de chant une casquette a tourné parmi l’auditoire pour semble t-il aider à l’achat d’une guitare. Heureusement l’info a été portée aux oreilles des cheminots qui ont rappelé que tous les bénéfices de la soirée alimenteraient la caisse de grève et ont prélevé le contenu du couvre-chef.

I.M.

la vidéo de l’interview : https://www.dailymotion.com/video/x1g715k


Article publié le 17 Jan 2020 sur Demainlegrandsoir.org