Avril 4, 2020
Par Campagne BDS France
348 visites



image_pdfimage_print

Par la Campagne Palestinienne pour le Boycott AcadĂ©mique et Culturel d’IsraĂ«l, 25 mars 2020

La Campagne Palestinienne pour le Boycott AcadĂ©mique et Culturel d’IsraĂ«l (PACBI) confirme son appel au boycott du Jerusalem Quartet Ă  cause de sa complicitĂ© dans le blanchiment par l’art du rĂ©gime israĂ©lien d’extrĂȘme droite d’apartheid, d’occupation et de colonialisme de peuplement contre le peuple palestinien.

Le Jerusalem Quartet est une institution culturelle israélienne qui ne reconnaßt pas au peuple palestinien la totalité de ses droits fondamentaux selon le droit international et qui est réguliÚrement partenaire du gouvernement israélien dans ses programmes de propagande.

Le Jerusalem Quartet fait rĂ©guliĂšrement des tournĂ©es sur des initiatives financĂ©es, parrainĂ©es ou autrement organisĂ©es par le ministĂšre israĂ©lien des Affaires Ă©trangĂšres et les missions diplomatiques israĂ©liennes. De Croatie et d’Ukraine aux Etats Unis, y compris l’annĂ©e derniĂšre Ă  Boston, le Quartet a utilisĂ© sans hĂ©siter sa musique pour blanchir par l’art les crimes bien rĂ©pertoriĂ©s commis par le rĂ©gime d’extrĂȘme droite israĂ©lien contre les Palestiniens. Un Ă©vĂ©nement Ă  Houston en 2018 « a cĂ©lĂ©brĂ© le 79Ăšme Anniversaire d’IsraĂ«l, tandis que les Palestiniens commĂ©moraient les 70 ans de nettoyage ethnique et de dĂ©possession.

Il est par consĂ©quent boycottable selon les lignes directrices du boycott culturel international d’IsraĂ«l, qui Ă©tablissent spĂ©cifiquement les deux exigences – inspirĂ©es de la lutte anti-apartheid d’Afrique du Sud et acceptĂ©es par la sociĂ©tĂ© civile palestinienne – que les institutions culturelles israĂ©liennes doivent respecter pour ne pas ĂȘtre boycottables :

a. ReconnaĂźtre publiquement les droits inaliĂ©nable du peuple palestinien tels que consacrĂ©s dans le droit international (dont les trois droits fondamentaux de l’appel BDS de 2005) et

b. Mettre fin à toute forme de complicité dans la violation des droits des Palestiniens comme stipulé dans le droit international, dont les politiques et pratiques discriminatoires ainsi que divers rÎles dans le blanchiment ou la justification des violations par Israël du droit international et des droits fondamentaux des Palestiniens.

Le mouvement BDS ne cible pas les individus sans son boycott, comme le prouve sans aucune ambiguĂŻtĂ© son palmarĂšs. Les boycotts d’Afrique du Sud au temps de l’apartheid Ă©taient des boycotts sans discrimination, y compris le boycott culturel, et Ă©taient trĂšs largement soutenus. Mais BDS cible strictement les institutions (et les corporations), y compris les institutions culturelles, qui ont une complicitĂ© dans l’apartheid.

Le Quartet a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1994 sous les auspices du Centre Musical de JĂ©rusalem et de la Fondation Culturelle AmĂ©rique-IsraĂ«l qui ont financĂ© les Ă©tudes de ses musiciens et il a Ă©crit plus tard : « Nos bĂ©nĂ©ficiaires servent d’ambassadeurs culturels d’IsraĂ«l dans le monde entier. »

En 2003, on a appris Ă  propos du Quartet que : « Quand ils ont terminĂ© leur service militaire il y a trois ans, ils ont changĂ© leur statut en Musiciens DistinguĂ©s des FDI [Forces de DĂ©fense IsraĂ©liennes] et continuent de jouer pour les troupes trois fois par semaine quand ils sont en IsraĂ«l. » En mars 2006, le violoncelliste du Quartet, Kyril Zlotnikov, a dit Ă  un journal australien qu’ils Ă©taient heureux qu’on les appelle « meilleurs ambassadeurs d’IsraĂ«l ».

Le violoniste du Quartet dirige, au Centre Musical de Jérusalem, un programme qui « soutient des ensembles constitués de Jeunes Musiciens Remarquables dans les FDI » et est en lien direct avec les FDI ».

Le trĂšs ancien partenariat du Quartet avec le gouvernement israĂ©lien d’extrĂȘme droite fait partie du programme de la Marque IsraĂ«l qui consiste Ă  blanchir ouvertement les crimes de guerre par la culture.

Comme l’a admis l’un des hauts responsables du ministĂšre israĂ©lien des Affaires Ă©trangĂšres, « Nous voyons la culture comme un outil de premier rang de hasbara [propagande] et je ne fais pas de diffĂ©rence entre hasbara et culture. » Un autre a dit : « Nous enverrons Ă  l’étranger des romanciers et des Ă©crivains, des troupes de thĂ©Ăątre, des expositions
 Vous montrez ainsi le meilleur profil d’IsraĂ«l, et on ne nous perçoit alors pas exclusivement dans le contexte de la guerre. »

Les dĂ©fenseurs internationaux des droits de l’Homme, dont Ă  Edimbourg, Brighton, Londres, Birmingham, Rotterdam, Lisbonne, en Californie, Kentucky, Ă  Toronto et en Nouvelle ZĂ©lande, ont protestĂ© contre la complicitĂ© flagrante du Jerusalem Quartet avec le rĂ©gime d’oppression israĂ©lien d’extrĂȘme droite.

Nous appelons Ă  des manifestations crĂ©atives pacifiques en relation avec les concerts internationaux du Jerusalem Quartet, et Ă  ce que les salles refusent d’accueillir le Quartet et Ă  ce que les amateurs de concert douĂ©s de conscience refusent d’y assister.

– PACBI est un membre fondateur du mouvement Boycott, DĂ©sinvestissement et Sanctions pour les droits des Palestiniens.

Traduction : J. Ch pour BDS France

Source : PACBI

Previous post

Pétition : Non aux drones tueurs israéliens pour contrÎler les frontiÚres européennes!

Next post

This is the most recent story.




Source: Bdsfrance.org