Janvier 24, 2022
Par Campagne BDS France
122 visites

Les Palestiniens demandent instamment aux auteur·es arabes et du monde entier qui ont une conscience de se retirer du festival de littérature parrainé par la dictature des Émirats arabes unis (EAU). Ce festival vise de toute évidence à blanchir les atrocités commises par les EAU en matière de droits humains tout en normalisant leur alliance avec le régime israélien d’apartheid.

Date d’origine : 07/01/2022
Auteur : PACBI

La Campagne Palestinienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (PACBI) appelle tou·tes les auteur·es arabes et du monde entier qui ont une conscience à se retirer du « Festival de Littérature 2022 de la compagnie aérienne Emirates » qui doit commencer le 3 février. 

Ce festival, parrainé de façon prédominante par la dictature des EAU, y compris la police et le gouvernement de Dubaï, vise de toute évidence à blanchir ses violations brutales des droits humains. En invitant – avec tambours et trompettes – les Israéliens qui s’opposent ouvertement aux droits fondamentaux des Palestiniens reconnus par le droit international, le festival cherche également à normaliser l’alliance militaire et sécuritaire du régime avec le régime israélien de colonialisme de peuplement et d’apartheid.

Non seulement ce festival cherche à normaliser[1] Israël dans un pays arabe et pour un public arabe, mais il est indissociable de la politique du régime des EAU consistant à utiliser l’art et le sport pour blanchir ses crimes de guerre au Yémen, et de son effrayant bilan national en matière de droits humains, qui inclut l’oppression criminelle des travailleurs migrants, venus principalement des pays d’Asie du Sud, et une discrimination systémique envers les femmes. 

PACBI, élément essentiel du mouvement BDS pour les droits des Palestiniens, s’associe aux organisations et aux défenseur·es des droits humains dans le monde entier pour demander à toutes les personnes invitées au festival d’Emirates Airlines ou à des évènements similaires parrainés par le régime des EAU de prendre leurs distances par rapport à ces tentatives de blanchiment.

Plus d’un an après avoir signé les « accords d’Abraham », prônés par Trump, avec des dictatures arabes aux EAU, à Bahreïn, au Maroc et au Soudan, Israël n’a fait qu’exacerber la militarisation, la surveillance de masse et les violations impitoyables qui sévissent dans ces pays. L’écrasante  majorité des hommes et des femmes de la région arabe, ayant une longue expérience de l’agression et de l’occupation militaire israéliennes, ainsi que du soutien israélien aux régimes autoritaires, ont rejeté ces accords de normalisation et lancé un appel à de larges boycotts contre toutes les entités et activités qui en font la promotion.

Il est temps d’exercer une pression sur le régime des EAU pour qu’il cesse ses trop nombreuses violations des droits humains et mette fin à ses relations avec Israël et à ses efforts éhontés pour normaliser l’anormal. Il est temps de boycotter tous les évènements parrainés par le régime des EAU en solidarité avec les peuples yéménite et palestinien, et avec la majorité des habitants des EAU, notamment les travailleurs migrants.

[1] On peut donner comme exemple de projet de normalisation boycottable un évènement conjoint conçu explicitement pour rassembler des Palestiniens/Arabes et des Israéliens afin qu’ils présentent leurs récits ou points de vue respectifs, ou pour agir en faveur de la réconciliation sans s’attaquer aux causes profondes des injustices. Cependant, un projet conjoint n’est pas boycottable : (a) si le participant israélien au projet reconnaît l’ensemble des droits des Palestiniens en vertu du droit international (ce qui correspond aux 3 droits figurant dans l’appel de BDS) ; et (b) si le projet/l’activité porte sur une « co-résistance » à l’oppression et non sur une “coexistence” dans un contexte d’oppression.

Traduction SM pour BDS France




Source: Bdsfrance.org