Décembre 1, 2022
Par CNT-AIT
214 visites

Télécharger au format PDF Tract

Depuis plusieurs semaines, nous avons été abreuvés d’innombrables mails – et même parfois de courriers – relatifs à l’organisation des élections professionnelles. Curieusement, l’administration qui n’a pas d’argent pour régler nos urgences du quotidien, n’a aucun souci financier pour la préparation et l’organisation de ce « sondage internet ».

D’emblée soyons clairs, à la CNT-AIT, nous ne voulons pas de votre bulletin de vote: notre syndicat a  fait le choix de ne pas participer à aucune élection, sans exception.

Élections et instances gaspillent et canalisent une précieuse énergie

Les directions n’en ont rien à faire des instances, au pire elles s’assoient dessus, au mieux elles prennent ça comme une formalité, une case à cocher sur le formulaire «dialogue social». Il suffit de lire les comptes-rendus des collègues qui siègent dans les instances pour constater le faible intérêt d’y siéger. L’administration impose ses vues et les élus ne peuvent que constater leur impuissance. Tout au mieux l’administration leur accorde la «primeur» d’informations qui pourraient être aussi bien adressées directement aux agents.

Nous pourrions avoir les meilleurs élus du monde présents dans les instances qu’on ne changerait rien. Pire, l’État cherche à se servir des instances pour canaliser le mécontentement et neutraliser, voire délégitimer, toute action collective de contestation.

Sans compter qu’avec les élections et la professionnalisation du syndicalisme, s’est parfois créée une caste de permanents syndicaux professionnels qui détournent leur mandat pour leur intérêt purement personnel …

Le vote de décembre 2022 fera plaisir à certains quelques heures, peut-être quelques jours. Mais après ? Après nous en serons revenus au même point, car nos directions ne changeront leur politique, leurs manières de faire que si nous les y forçons.

Construire  un nécessaire et légitime rapport de force

En tant qu’agents, nous défendons un service public au service des travailleurs, des usagers. Nos hiérarques, chaque jour, font la démonstration qu’ils en sont les fossoyeurs. Dès lors, comment pourrait-on croire en un hypothétique «dialogue social»?

Notre capacité à faire changer les choses, à contrer les projets de notre patron – qu’est l’État – et de ses représentants, se situe ailleurs que dans les instances. Seul le rapport de force sur le terrain et la solidarité entre les travailleurs – quel que soit leur statut –  permettent d’obtenir de réelles avancées.

C’est dans les services, au quotidien, que nous avons besoin de collectifs forts et solides, organisés en assemblées autonomes. Nous ne vous proposons pas de voter mais d’être actifs et imaginatifs dans les modalités d’actions: protestations verbales, pétitions, débrayages, grèves, rassemblements, occupations, …

Vu ce que nous prépare le gouvernement sur les retraites, il est urgent que nous nous retrouvons pour en discuter et nous préparer à riposter. La réunion des travailleurs au sein de collectifs pour défendre leurs intérêts, en toute indépendance des organisations politiques, nous semble urgente.

Notre organisation anarchosyndicale, la CNT-AIT, soutient, l’assemblassiez, l’action directe et la lutte dans la perspective d’un projet émancipateur. Dès à présent, les principes de l’autogestion, de la rotation des mandats, de la démocratie directe et d’égalité sont appliqués.

Boycottons les élections,
mais organisons nous et luttons !

Intéresser pour prolonger le discussion ? Contactez-nous : CNT-AIT   7, rue St Rémésy 31000 TOULOUSE

[email protected]         http://cnt-ait.info

Pour approfondir : LES ELECTIONS PROFESSIONNELLES CONTRE LE SYNDICALISME
http://cnt-ait.info/2020/09/24/les-elections-professionnelles-contre-le-syndicalisme/




Source: Cnt-ait.info