Mai 6, 2021
Par Campagne BDS France
132 visites



image_pdfimage_print

Environ 2.500 personnes ont défilé sous une légÚre pluie, pour la journée internationale des travailleurs à Clermont-Ferrand, au départ de la Comédie occupée.

Une grosse vingtaine d’adhĂ©rent-e-s et sympathisant-e-s AFPS 63-BDSF 63 ont dĂ©filĂ© avec des drapeaux AFPS derriĂšre une banderole « Boycott Israel Apartheid », largement immortalisĂ©e par les nombreux photographes qui suivaient la manif, ainsi que par le journal La Montagne.

Un rassemblement en fin de manif a vu se succĂ©der les prises de parole, entrecoupĂ©es d’intermĂšdes de musique et de chants. La prise de parole de l’AFPS 63 (voir ci-dessous), a Ă©tĂ© suivie de celle d’un gilet jaune qui a largement Ă©voquĂ© IsraĂ«l-Palestine Ă  son tour, avant des danses sous une pluie battante en Ă©coutant le Battle de Fanfare du Collectif Culture en Danger 63.

Plus de photos ici.

Prise de parole AFPS 63 :

En ce premier mai, journĂ©e des travailleurs, nous pensons aux travailleurs palestiniens contraints de travailler en IsraĂ«l ou dans les colonies en raison de l’étouffement Ă©conomique organisĂ© de la Palestine : exploitĂ©s, sous-payĂ©s, ne disposant pas des mĂȘmes droits que les travailleurs israĂ©liens, cantonnĂ©s aux travaux les plus pĂ©nibles, ils sont totalement Ă  la merci de leur employeur de qui dĂ©pend l’obtention de leur permis de travail. Quant aux nombreux travailleurs clandestins palestiniens indispensables Ă  de nombreux secteurs de l’économie israĂ©lienne, ils sont traitĂ©s quasiment comme des esclaves que l’on jette de l’autre cĂŽtĂ© du mur quand on n’en veut plus (par exemple quand ils prĂ©sentent les symptĂŽmes du COVID) ou contre qui la police israĂ©lienne lĂąche ses chiens.

En ce premier mai, en raison de la place particuliĂšre qu’y tiennent les travailleurs de la culture, nous sommes particuliĂšrement concernĂ©s par la diffusion de la culture palestinienne, car cette culture est fortement limitĂ©e par la violence de  la colonisation et de l’apartheid israĂ©lien en Palestine, oĂč les artistes n’ont ni les moyens matĂ©riels ni la libertĂ© d’expression, alors que les artistes israĂ©liens bĂ©nĂ©ficient de gros moyen fournis par l’Etat qui veut prĂ©senter une image de pays libre et cultivĂ© et qui fait de l’appropriation culturelle un moyen d’effacement de la Palestine. ( le 27 avril L’ONG Human Rights Watch a publiĂ© un rapport dĂ©montrant que les autoritĂ©s israĂ©liennes commettent les crimes d’apartheid et de persĂ©cution, qui sont des crimes contre l’humanitĂ©, Ă  l’encontre du peuple palestinien)

En ce premier mai de pandĂ©mie on nous rebat les oreilles avec le succĂšs des vaccinations en IsraĂ«l alors que la majoritĂ© des Palestiniens sous occupation n’y a pas accĂšs, alors qu’IsraĂ«l disposait de doses en excĂšs il a prĂ©fĂ©rĂ© les envoyer dans d’autres pays, pratiquant ainsi un vĂ©ritable apartheid vaccinal : colons israĂ©liens vaccinĂ©s d’un cĂŽtĂ© d’une route, villageois palestiniens privĂ©s de vaccin de l’autre. Sans parler d’infrastructures de dĂ©pistage dĂ©truites par l’armĂ©e d’occupation.

En ce premier mai qui est une journĂ©e oĂč s’expriment les revendications et les aspirations des travailleurs il est essentiel de rappeler notre attachement Ă  la libertĂ© d’expression mise Ă  mal par le gouvernement français. Depuis plus d’un an, le gouvernement s’est engagĂ© dans un processus visant Ă  restreindre les libertĂ©s au motif de renforcer la sĂ©curitĂ©. Ces menaces concernent directement les militants de la cause palestinienne, notamment les amalgames avec l’antisĂ©mitisme visant Ă  faire taire toute critique de l’État d’IsraĂ«l, et Ă  criminaliser les appels au boycott visant l’État d’IsraĂ«l et sa politique.

En ce premier mai nous devons rĂ©affirmer notre attachement aux libertĂ©s publiques menacĂ©es par l’attirance de nos dirigeants pour le modĂšle sĂ©curitaire israĂ©lien : des hommes politiques et des mĂ©dias n’hĂ©sitent pas Ă  Ă©voquer l’exemplaritĂ© des mĂ©thodes israĂ©liennes dans sa rĂ©pression du peuple palestinien qui rĂ©siste Ă  la colonisation et les verraient bien s’appliquer aux « rebelles Â» dans notre sociĂ©tĂ©. Nous dĂ©nonçons le poids que cet Etat colonialiste et raciste exerce en France : on a pu voir dimanche dernier des manifestations contre la justice de la RĂ©publique au cours desquelles ont Ă©tĂ© brandis des drapeaux israĂ©liens mais aussi des drapeaux de l’extrĂȘme droite raciste israĂ©lienne, manifestations complaisamment relayĂ©es par les grands mĂ©dias français dont la plupart n’ont pas dit un mot des ratonnades perpĂ©trĂ©es quelques jours avant par des militants de cette mĂȘme extrĂȘme droite Ă  JĂ©rusalem.

Restons mobilisés pour la défense des libertés ici et en Palestine occupée.

Previous post

Toujours voir grand ? Les Palestinien.ne.s ne voient que l’apartheid sponsorisĂ© par PUMA




Source: Bdsfrance.org