Contexte historique

En avril 1992, l’offensive des forces serbes contre la République de Bosnie-Herzégovine a causé la mort de 100’000 personnes, dont 30’000 dans le nord-est du pays, y compris les 8370 victimes du génocide de Srebrenica.

En mai 1995, les dirigeants des USA, de France et de Grande-Bretagne ont décidé d’abandonner la « zone de sécurité » de Srebrenica, ce qui a donné le feu vert à l’offensive des forces serbes.

Le 11 juillet, les autorités de Srebrenica ont ordonné aux femmes, enfants et seniors de se réfugier à la base des Casques bleus de Potocari, à côté de Srebrenica.

Le même jour, une colonne de 14’000 hommes est partie de Srebrenica en direction de Nezuk. Plus de la moitié des hommes de la colonne ont été tués par des bombardements, embuscades et exécutions de masse. Les victimes enfouies dans des charniers ont été identifiées par l’ADN.

Seuls 6’000 hommes ont survécu en traversant les lignes de front, dont 4’000 à Nezuk.

Les tribunaux internationaux (TPIY, CPI) ont reconnu ces faits comme « génocide ».

Risque de reprise du conflit à cause du projet de sécession des dirigeants de la République serbe, qui contrôle le 49% du territoire de la Bosnie-Herzégovine, dont la région de Srebrenica qui leur a été donnée par les Accords de Dayton de fin 1995.

Srebrenica était la principale source de richesse des rois de Bosnie (XII-XVIème siècle) avec ses mines d’argent et est devenue une ville d’eau.

Il est donc important que les citoyens de nos pays viennent sur place pour connaître les Bosniaques qui vivent au long des 80 kilomètres du « Chemin de Paix » et les citoyens des deux communautés qui vivent ensemble à Srebrenica.

La Marche pour la Paix ou Marš Mira :

La Marche se déroule dans le sens du retour par rapport à la colonne de juillet 1995, en 3 étapes de 26 kilomètres. Départ de Nezuk le 8 juillet. Passage par Snagovo, Liplje, la vallée de Kamenica, le pont de Glodi, la montée ombragée du mont Udric, Cerska, la vallée de Pobudje. Arrivée le 10 juillet au Mémorial de Potocari, où a lieu le 11 juillet la Commémoration du génocide de Srebrenica.

La Marche a d’abord été organisée dans le cadre de l’Association des survivants de Srebrenica en Suisse, entre Yverdon et Berne, de 2000 à 2004, avant d’être transférée en Bosnie en 2005 sous l’égide d’un comité d’organisation de la région de Srebrenica, qui assure la gestion de la Marche pour la Paix avec des volontaires locaux, des équipes de secouristes, police, eau, transport de personnes en difficulté et même un hélico.

En 2005, nous étions 500. En 2015, plus de 8000 marcheurs (en majorité des jeunes) participaient, dormant sous des tentes montées par des volontaires de l’armée et par une vingtaine de municipalités.

Participation à la Marche pour la Paix

Chacun peut bien sûr participer à cette Marche individuellement. Cependant, l’association Solidarité-Bosnie (sans but lucratif) organise chaque année un groupe pour faciliter la participation de marcheurs internationaux. Elle s’occupe du transfert depuis l’aéroport de Tuzla, du transport des bagages entre deux étapes et du logement chez l’habitant (4 nuits).

Le Chemin de Paix (d’avril à octobre)

  • Marche en petit groupe en mai et en septembre/octobre.
  • Logement en chambres d’hôte. L’accueil est chaleureux et vous découvrez les habitants et les mets du pays.
  • 4 étapes de 15 km + visite de Sarajevo, Mostar, Herzégovine.

Information détaillée sur la Marche

« Guide du Chemin de paix » : Textes explicatifs, adresses en Bosnie, photos couleur.

Pour tout renseignement et inscription


Article publié le 10 Juin 2019 sur Renverse.co