Avril 17, 2021
Par Rapports De Force
151 visites


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs mois de « concertations » et un dĂ©cret publiĂ© le 31 mars ne suffisent pas Ă  Ă©teindre la contestation d’une rĂ©forme jugĂ©e inĂ©galitaire et injuste. Remise en question dans les thĂ©Ăątres occupĂ©s, mise Ă  l’agenda des mobilisations du 23 avril et 1er mai, elle sera Ă©galement contestĂ©e devant le Conseil d’État, mĂȘme par la CFDT. Et en prime, l’Unedic n’en finit pas de donner des arguments Ă  ses dĂ©tracteurs, alors que son application est programmĂ©e au 1er juillet.

GrĂšves et manifestations

Culture contre chĂŽmage

Une centaine de lieux culturels sont toujours occupĂ©s en France pour demander le retrait de la rĂ©forme de l’assurance chĂŽmage et la mobilisation se structure peu Ă  peu. AprĂšs le dĂ©but des « Vendredi de la colĂšre », des rendez-vous locaux hebdomadaires dont chaque occupation a pu s’emparer pour effectuer des actions, une grande manifestation contre la rĂ©forme de l’assurance chĂŽmage est organisĂ©e le 23 avril Ă  Paris Ă  l’initiative de la CGT. Nul doute qu’elle trouvera Ă©galement ses dĂ©clinaisons locales.

Un 1er mai dans la rue

Contrairement Ă  2020 et son premier confinement, le 1er mai 2021 se passera dans la rue et non sur les rĂ©seaux sociaux. À Paris comme en province. Les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires se sont mis d’accord nationalement sur un appel commun centrĂ© autour des droits sociaux et des libertĂ©s. Parmi les nombreux points mis en avant, la question du retrait de la rĂ©forme de l’assurance chĂŽmage.

À Paris, les territoriaux toujours mobilisĂ©s

Mardi 13 avril, au moins un millier de territoriaux de la ville de Paris ont dĂ©filĂ© entre Bercy et l’HĂŽtel de Ville, pour une nouvelle manifestation contre la perte de 8 jours de congĂ©s liĂ©e Ă  la loi de transformation de la fonction publique. Une partie des agents du nettoyage entamait ce jour-lĂ  un mouvement de grĂšve reconductible autour de revendications supplĂ©mentaires portant sur des embauches. Une nouvelle mobilisation devrait avoir lieu Ă  Paris au mois de mai, alors que des agents territoriaux d’autres villes se mobilisent depuis quelques semaines Ă  Nantes, Toulouse ou Lorient, contre le passage aux 1607 heures annuel.

Nantes : une semaine de grĂšve Ă  la La Poste

Les salariĂ©s de La Poste ont fait massivement grĂšve durant toute la semaine, Ă  Nantes et dans plusieurs autres villes du dĂ©partement. Ils dĂ©noncent la suppression de tournĂ©es, qui entraĂźnent l’éviction d’intĂ©rimaires qui espĂ©raient ĂȘtre titularisĂ©es et augmente la charge de travail, ainsi que le projet de sĂ©paration entre colis et courriers. 5 centres sont mobilisĂ©s et un piquet de grĂšve est tenu devant la plateforme industrielle courrier. Les grĂšves d’ampleur dĂ©partementales essaiment en cette pĂ©riode Ă  La Poste : en mars une Intersyndicale appelait Ă  la grĂšve dans les Hauts-de-Seine pour la premiĂšre fois depuis 11 ans et les syndicats girondins de la CGT FAPT et de SUD PTT rassemblaient 200 grĂ©vistes sur le parvis de La Poste bordelaise.

GrĂšves reconductibles pour les livreurs

La lutte des livreurs contre les plateformes ne s’arrĂȘte jamais (voir notre article). Le week-end du 17 et 18 avril, prĂšs de 300 livreurs Uber Eats et Deliveroo devraient faire grĂšve Ă  Rennes pour rĂ©clamer une revalorisation de leur rĂ©munĂ©ration. En dĂ©but de semaine, les livreurs de Belfort se sont Ă©galement lancĂ©s dans une grĂšve reconductible.

Aveyron : À la SAM, blocage et grĂšve pour peser sur les nĂ©gociations

Ce jeudi, l’usine de la SAM Ă  Vivez (Aveyron) Ă©tait bloquĂ©e : des grĂ©vistes avaient renversĂ© des containers remplis de piĂšces produites par Renault, mais non livrĂ©es depuis le 8 avril. Les salariĂ©s entendent peser sur les nĂ©gociations entre Renault et l’État afin de trouver un repreneur pour la SAM qui accepterait de reprendre l’entreprise sur la base de 250 salariĂ©s minimum sur 357 (lire notre article).

GrĂšve massive chez les conducteurs de bus rennais

Ce 17 avril sera le troisiĂšme samedi de grĂšve consĂ©cutif pour les conducteurs de bus salariĂ©s du groupe KĂ©olis Star, Ă  Rennes. L’appel Ă  la grĂšve, lancĂ© par l’intersyndicale CGT, UNSA et CFDT, a rĂ©uni prĂšs de 370 agents, avec seulement 30 % du trafic assurĂ©, samedi 10 avril. Ils Ă©taient dĂ©jĂ  320 lors du premier samedi de grĂšve, sur un total de 600 conducteurs. Un mouvement trĂšs suivi, donc, pour dĂ©noncer la numĂ©risation de leur travail, via des applications organisant leurs plannings, itinĂ©raires, mails
 Les conducteurs souhaitent une prime de compensation de 25 euros brut par mois, dans la mesure oĂč le recours Ă  ces applications, imposĂ© par la direction, n’est possible que sur leur temps libre et leurs tĂ©lĂ©phones personnels.

Les travailleuses du sexe de nouveau mobilisées contre la loi prostitution

Une centaine de travailleuses du sexe (TDS) Ă©taient rassemblĂ©es le 13 avril, Ă  l’appel de plusieurs associations, pour dĂ©noncer la loi de prostitution de 2016. La Cour europĂ©enne des droits de l’Homme va examiner le recours dĂ©posĂ© par 260 TDS contre cette loi de pĂ©nalisation des clients. Nombre d’associations et de syndicats, dont le STRASS ou encore MĂ©decins du Monde, dĂ©noncent la prĂ©carisation et la dangerositĂ© croissantes de leurs conditions de travail depuis l’adoption de cette loi. Un rapport d’évaluation, alternatif Ă  celui prĂ©sentĂ© par le gouvernement, avait Ă  ce propos Ă©tĂ© publiĂ© par ces associations Ă  l’étĂ© 2020.

Licenciements et chĂŽmage

UnĂ©dic : un tacle peut en cacher un autre

« Je n’aime pas trop l’UnĂ©dic, parce qu’elle donne des chiffres », pourrait penser Élisabeth Borne Ă  l’instar d’un Emmanuel Macron qui n’aimait pas trop le mot « violence policiĂšre ». Depuis la publication, le 31 mars, du nouveau dĂ©cret rĂ©formant l’assurance chĂŽmage, l’UnĂ©dic sert de poil Ă  gratter Ă  rĂ©pĂ©tition au gouvernement. AprĂšs le chiffre de 1,15 million de chĂŽmeurs qui verront leurs allocations mensuelles baisser avec la rĂ©forme de l’assurance chĂŽmage, voilĂ  que l’organisme paritaire lĂšve cette semaine un autre liĂšvre, celui d’une rĂ©forme annoncĂ©e comme Ă©quitable par l’exĂ©cutif. Ni l’activitĂ© partielle ni les congĂ©s maternitĂ© ou maladie ne seront neutralisĂ©s dans le calcul du salaire journalier de rĂ©fĂ©rence. Et ainsi, ils contribueront aussi Ă  rĂ©duire les allocations des chĂŽmeurs en crĂ©ant une inĂ©galitĂ© supplĂ©mentaire.

Tout le monde dĂ©teste la rĂ©forme de l’assurance chĂŽmage

Un malheur n’arrive jamais seul. Alors que le gouvernement s’évertue Ă  convaincre que sa rĂ©forme a fait l’objet de concertations sereines, voilĂ  que la CFDT annonce jeudi 15 avril qu’elle dĂ©posera un recours en rĂ©fĂ©rĂ© devant le Conseil d’État. Et allongera de fait la liste des syndicats concertĂ©s qui contestent le dĂ©cret d’application. Un camouflet hautement symbolique pour l’exĂ©cutif : le syndicat de Laurent Berger n’avait pas contestĂ© devant le Conseil d’État la premiĂšre mouture du dĂ©cret en 2019. Quand ça veut pas !

Dans l’aĂ©ronautique : PSE bĂąclĂ©, PSE retoquĂ©

Chez le sous-traitant aĂ©ronautique AAA, le PSE colossal visant Ă  supprimer environ 500 postes sur un peu plus de 1500 Ă©tait passĂ© comme une lettre Ă  la poste. D’abord auprĂšs de Force OuvriĂšre et de la CFE-CGC, syndicats majoritaires dans l’entreprise, qui l’avaient allĂšgrement signĂ©. Puis auprĂšs de la Direccte, qui l’avait validĂ©. Mais c’était sans compter sur le recours au tribunal administratif engagĂ© un troisiĂšme syndicat de l’entreprise : la CFDT AAA. Cette semaine, le tribunal lui a donnĂ© raison en annulant le PSE de AAA. Les juges ont reconnu que « l’autoritĂ© administrative n’avait pas contrĂŽlĂ© le respect par l’employeur de son obligation en matiĂšre de prĂ©vention des risques pour assurer la sĂ©curitĂ© et protĂ©ger la santĂ© physique et mentale des travailleurs ». Tout comprendre aux PSE en lisant notre article.

357 emplois en moins dans les usines de silicium :

L’annonce a Ă©tĂ© faite aux salariĂ©s ce lundi matin lors d’un comitĂ© europĂ©en d’entreprise du groupe Ferropem. La direction a annoncĂ© qu’elle fermerait deux usines de silicium en IsĂšre et en Savoie. 357 salariĂ©s devraient perdre leur emploi.

Écologie

Contre la rĂ©intoxication du monde, une nouvelle vague d’actions

Manifestation contre l’extraction de sable en Loire-Atlantique, contre les projets inutiles liĂ©s aux Jeux Olympiques Ă  Paris, contre un projet de zoo tropical dans le Pas-de-Calais
 Dans toute la France, une vingtaine d’actions auront lieu ce 17 avril dans le cadre de l’appel Ă  agir contre la rĂ©intoxication du monde. Il s’agit d’une troisiĂšme vague d’actions, aprĂšs les Ă©ditions du 17 juin et du 17 novembre 2020. Ce mouvement, tout comme celui des SoulĂšvements de la Terre contre l’artificialisation des sols lancĂ© en mars, est nĂ© sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Ces deux initiatives, en rĂ©unissant une large palette de collectifs locaux, syndicats et ONG, espĂšrent faire grimper en intensitĂ© les fronts communs de la lutte Ă©cologiste.

L’UE responsable de 16 % de la dĂ©forestation liĂ©e au commerce mondial

Soja, huile de palme, cafĂ©, cacao, viande de bƓuf
 AprĂšs un premier rapport en janvier sur la dĂ©forestation liĂ© aux activitĂ©s agricoles dans les rĂ©gions tropicales, l’ONG WWF s’intĂ©resse cette fois aux pays importateurs de ces produits agricoles destructeurs. Autrement dit, aux premiers responsables. « Quand les EuropĂ©ens consomment, les forĂȘts se consument » titre le rapport, paru le 14 avril. En 2017, l’Union europĂ©enne Ă©tait responsable de pas moins de 16 % de la dĂ©forestation associĂ©e au commerce international. Entre 2005 et 2017, les importations de l’UE ont engendrĂ© la dĂ©forestation de 3,5 millions d’hectares.

Les eaux contaminées de Fukushima déversées dans le Pacifique

Pendant de longues annĂ©es, depuis l’accident nuclĂ©aire de Fukushima, la question du traitement des eaux contaminĂ©es suite au refroidissement des rĂ©acteurs demeurait en suspens. Le gouvernement japonais vient de trancher, le 13 avril : ces eaux seront rejetĂ©es dans l’ocĂ©an Pacifique. Le dĂ©versement de pas moins de 1,25 million de tonnes d’eau, qui ne pouvaient ĂȘtre stockĂ©es plus longtemps dans l’enceinte de la centrale, commencera dans deux ans. Cette dĂ©cision, trĂšs contestĂ©e par les ONG et les citoyens japonais, a entraĂźnĂ© une manifestation le jour de l’annonce, devant les bureaux du Premier ministre Ă  Tokyo.

Quand la Tour Eiffel empoisonne au plomb ouvriers et visiteurs

La Tour Eiffel ? Des taux de pollution au plomb 20 Ă  40 fois supĂ©rieurs aux seuils rĂšglementaires. Mais des salariĂ©s, et des visiteurs – sept millions, chaque annĂ©e –, qui n’en savent rien. Ces chiffres et ces alertes viennent d’ĂȘtre dĂ©taillĂ©s dans une enquĂȘte de Mediapart, qui retrace des annĂ©es d’omerta des pouvoirs publics. L’érosion des peintures de la Tour est Ă  l’origine de cette pollution, qui va en s’aggravant, surtout depuis un ample chantier de rĂ©novation entamĂ© en 2019. Mediapart a pu confirmer au moins six cas d’ouvriers ou autres salariĂ©s contaminĂ©s au plomb, « dont deux en janvier ». L’affaire rappelle celle qui concernait la pollution au plomb suite Ă  l’incendie de Notre-Dame, Ă©galement rĂ©vĂ©lĂ©e par Mediapart.

Migrations

500 manifestants contre les CRA Ă  Lyon

Le 10 avril, ils Ă©taient prĂšs de 500 place Bellecour, Ă  Lyon, pour dĂ©noncer la construction de nouveaux centres de rĂ©tention administrative, et exiger la fermeture de ces lieux d’enfermement des personnes Ă©trangĂšres. En plus de la cinquantaine dĂ©jĂ  existants sur le territoire, trois nouveaux CRA sont en prĂ©vision, prĂšs d’OrlĂ©ans, Ă  Bordeaux et Ă  Lyon. Durant la crise sanitaire, les conditions de rĂ©tention dans les CRA sont demeurĂ©es problĂ©matiques. En outre, le fondement lĂ©gal de l’enfermement est en question, au vu des suspensions de nombreuses lignes aĂ©riennes. Ces derniers mois, plusieurs mouvements de rĂ©volte des personnes retenues ont eu lieu, notamment des grĂšves de la faim.

Calais, Grande-Synthe : plus de 1 000 expulsions de lieux de vie en un an

GrĂące Ă  des observations quotidiennes des opĂ©rations de police Ă  Calais et Grande-Synthe, le rapport 2020 du collectif inter-associatif Human Rights Observers met des chiffres sur les violences d’État faites aux exilĂ©s. Pas moins de 1058 expulsions de lieux de vie en un an — soit prĂšs de trois par jour ! —, ont Ă©tĂ© recensĂ©es sur ces deux communes du nord de la France. Au cours de ces expulsions, prĂšs de 5 000 tentes et 1150 sacs de couchage ont Ă©tĂ© saisis par les forces de l’ordre, et parfois dĂ©truits. Au-delĂ  des actes de violences ou d’humiliations envers les personnes exilĂ©es, les entraves au travail associatif sont lĂ©gion. La Commission nationale consultative des Droits de l’Homme avait elle aussi pointĂ© ces problĂ©matiques dans un avis rendu public en fĂ©vrier.

Madama

Le tribunal administratif de Clermont-Ferrand a rejetĂ© cette semaine la demande d’annulation de l’OQTF (obligation de quitter le territoire français) prise par le prĂ©fet de Haute-Loire Ă  l’encontre de Madama. Sans solution, aprĂšs deux mois d’une Ăąpre lutte au Puy-en-Vellay, le jeune malien, arrivĂ© mineur en France, s’est enfui de chez le couple d’enseignants qui l’hĂ©bergeait et l’accompagnait depuis plus de deux ans (lire notre article).

Police, justice

Le Parlement adopte la loi sur la sécurité globale

Jeudi 15 avril, les parlementaires ont dĂ©finitivement adoptĂ© la proposition de loi sur la sĂ©curitĂ© globale. Un texte qui n’a changĂ© qu’à la marge depuis sa premiĂšre prĂ©sentation Ă  l’AssemblĂ©e nationale en novembre 2020. Et ce, malgrĂ© d’importantes mobilisations. Pour autant, de nombreuses saisines du Conseil constitutionnel vont ĂȘtre dĂ©posĂ©es avant la fin du mois. Le texte ne sera promulguĂ© qu’aprĂšs avis et Ă©ventuelle censure par les Sages de la rue Montpensier.

Minneapolis : manifestations aprĂšs la mort d’un jeune noir

Dimanche 11 avril, Daunte Wright, 20 ans, a Ă©tĂ© tuĂ© par une policiĂšre Ă  Minneapolis. Celle-ci aurait confondu son arme de service avec son taser alors qu’elle tentait d’interpeller le jeune homme noir. Alors que le procĂšs de Dereck Chauvin, policier accusĂ© d’avoir tuĂ© George Floyd, se tient actuellement Ă  Minneapolis, ce nouveau meurtre a provoquĂ© de nouveaux remous dans la ville et des manifestations Ă©maillĂ©es d’affrontements avec les forces de l’ordre ont eu lieu en dĂ©but de semaine.

Chicago : un jeune homme de 13 ans tuĂ© par la police

Quatre jours aprĂšs la mort de Daunte Wright (voir au-dessus), les autoritĂ©s de Chicago ont rendu publique, jeudi 15 avril, une vidĂ©o d’un policier abattant un mineur de 13 ans. Elle permet de mieux comprendre les circonstances de la mort du jeune Adam Toledo tuĂ© le 29 mars par un policier alors qu’il tentait de lui Ă©chapper. Les circonstances de cette mort restent troubles et une enquĂȘte est en cours.

Violences urbaines aprùs la mort d’un jeune homme à Nanterre

Deux nuits d’affrontements avec les forces de l’ordre ont eu lieu aprĂšs la mort d’un jeune homme de 21 ans Ă  Nanterre lundi soir. Ce dernier aurait percutĂ© une voiture de police avec son scooter. La police a procĂ©dĂ© Ă  l’interpellation d’une quinzaine de jeunes ĂągĂ©s de 16 Ă  22 ans.

Benalla en correctionnelle pour les agressions de la Contrescarpe

Alexandre Benalla et trois autres personnes sont renvoyĂ©s devant le tribunal correctionnel, dans l’affaire des violences du 1er mai 2018 place de la Contrescarpe Ă  Paris. Ils devront notamment rĂ©pondre de « violences volontaires en rĂ©union » sur plusieurs personnes, « port d’arme de catĂ©gorie B » et « port public et sans droit d’un insigne rĂ©glementĂ© par l’autoritĂ© publique ». L’audience de procĂ©dure est prĂ©vue le 4 mai 2021 au tribunal correctionnel de Paris.

Et aussi

DĂ©confiner, quoi qu’il en coĂ»te !

La « troisiĂšme vague » n’a pas encore amorcĂ© sa vĂ©ritable dĂ©crue qu’Emmanuel Macron souhaite dĂ©jĂ  entamer rapidement un dĂ©but de dĂ©confinement. Alors que le cap des 100 000 morts a Ă©tĂ© dĂ©passĂ© cette semaine, que les hĂŽpitaux voient toujours augmenter le nombre d’admissions et le taux d’occupation des lits de rĂ©animation, le prĂ©sident a certifiĂ© que les Ă©coles et les crĂšches rouvriraient le 26 avril. Soit dans dix jours. Le restant des 12 millions d’élĂšves reprendra le 3 mai, sans que cette dĂ©cision ne soit indexĂ©e Ă  la circulation du virus. Les commerces, les musĂ©es et les terrasses suivraient Ă  la mi-mai. MĂȘme si la vaccination patine toujours avec seulement 17,39 % des Français ayant reçu une premiĂšre dose et 6,15 % les deux.

DĂ©mantĂšlement d’EDF : Bruno Le Maire tente de convaincre sans changer son projet

AprĂšs 5 journĂ©es de grĂšves massivement suivies chez EDF, Bruno Le Maire a enfin acceptĂ© de transmettre un document de travail exposant son projet aux syndicats. Sans surprise : rien de nouveau par rapport aux informations qui avaient fuitĂ© de longue date dans la presse. Dans un communiquĂ© commun, la CGT, FO, CFE-CGC et la CFDT rĂ©unis en interfĂ©dĂ©rale se dĂ©clarent « sidĂ©rĂ©s par l’inconsistance du projet gouvernemental » et restent complĂštement opposĂ©s au projet. Des rĂ©unions bilatĂ©rales entre les syndicats, les ministres et la direction d’EDF auront lieu d’ici la fin du mois.

FO rafle la mise Ă  la RATP

Les Ă©lections professionnelles de fin d’annĂ©e Ă  la RATP approchent. Et les tractations vont bon train. Cette semaine FO RATP, non reprĂ©sentatif en 2018, a annoncĂ© un regroupement de plusieurs syndicats autour de lui. Ce nouvel assemblage devrait bouleverser les rapports de force syndicaux dans l’entreprise (lire notre article).

TrĂšs faible participation aux Ă©lections professionnelles dans les TPE

Le gouvernement avait maintenu les Ă©lections dans les trĂšs petites entreprises entre le 22 mars et le 6 avril, malgrĂ© la situation sanitaire. Les rĂ©sultats sont tombĂ©s vendredi 16 avril et montrent un recul de la participation : 5,44 % cette annĂ©e, contre 7,35 % lors du dernier scrutin. L’état des forces n’est guĂšre modifiĂ©. La CGT reste premiĂšre organisation syndicale (26,31 %, +1,19 point), suivie par la CFDT (16,46 %, +0,97 point) et talonnĂ©e par l’UNSA qui enregistre la plus forte progression (15,89 %, +3,4 points). Viennent ensuite FO (13,84 %, +0,83 point), la CFTC (5,90 %, -1,54 point), Solidaires (4,27 %, +0,77 point), la CFE-CGC (3,85 %, +0,47 point) et la CNT-SO (1,98 %, +0,17  point).

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Source: Rapportsdeforce.fr