Cédez à celles et ceux qui voudraient que nous soyons éteint-e-s, exilé-e-s ou oublié-e-s : nous avons peut-être peu de sens, mais notre imagination est infinie !
Aujourd’hui, le XM24 réouvre un endroit fermé et abandonné depuis des décennies. Ce qui était autrefois la caserne Sani commence une nouvelle vie en tant que lieu d’autogestion, de solidarité et d’agrégation. Nous nous opposons à l’abandon des espaces publics, à la réappropriation des espaces dont nous avons besoin pour vivre et respirer.
Depuis 17 ans, XM24 produit de la socialité et de la culture autogérée au 24 rue Fioravanti, un espace public autogéré qui a également été le point de départ des luttes sociales qui ont traversé Bologne et le pays tout entier. Un lieu où de nombreuses activités ont pu échapper à la logique du profit, un lieu d’expérimentation humaine et politique.

Un choix radical, libertaire, partisan, qui a rendu impensable la pratique quotidienne de l’autogestion, en donnant vie d’en bas à des expériences et des ateliers en dehors de la soi-disante « normalité » et autrement inconcevable. Cours de langue italienne, gymnase, atelier de vélo, salle de répétition, projections, espace de contre-information, concerts et festivals de musique indépendante, d’illustration et des arts les plus divers qui n’auraient peut-être jamais vu ailleurs : une forge d’imaginaires contre le Rien qui avance.

Aujourd’hui, dans un quartier attaqué par la gentrification et la spéculation, nous ne sommes pas prêt-e-s à abandonner un espace autogéré antifasciste, antisexiste, antiraciste et anticapitaliste.

L’expulsion

Le 6 août, la junte a utilisé un bulldozer « démocratique » pour évacuer le XM24, obtenant l’appui embarrassant de Matteo Salvini. Face à la résistance créative et déterminée des militants et des sympathisants, et pour remédier aux dommages causés à l’image par l’aval de Salvini, le conseiller Matteo Lepore a signé une feuille dans laquelle il s’engage à trouver, au plus tard le 15 novembre, une nouvelle maison (« un espace adéquat ») à XM24, parmi 4 espaces déjà identifiés.

L’Odyssée de l’espace

Au cours des négociations, réunion après réunion, cependant, l’administration a écarté chacun des lieux proposés, sans même donner de raisons adéquates. « Une enquête dans chaque espace ? Ce n’est pas ça, l’enquête est à moi ! dit le conseiller. Ainsi, sur papier (celui signé le 6 août), l’administration a reconnu « l’importance de l’aménagement politique, social et culturel de l’espace public XM24 », mais en pratique a fait une seule et unique proposition : un espace en Via Zanardi 378, à 50 minutes à pied de Fioravanti 24, où XM24 ne se préoccupe pas « trop de ceux qui vivent en ville ». (donc, mot pour mot, conseiller Lepore).

Une proposition qui démontre la volonté de ne pas répondre aux besoins réels de XM24 ; un « daspo » que nous avons immédiatement considéré comme inacceptable : les milliers et les milliers de personnes qui ont franchi XM24 – et qui ont manifesté avec et pour XM24 le 29 juin – sont pleinement habilitées à faire expulser et « daspare » les personnes qui vivent en ville, et non – comme le pense le gouvernement, les corps étrangers à celle-ci.

Nous aimerions également rappeler qu’il n’y aurait pas eu de question XM24 si l’ancien marché – un bâtiment qui était et qui est dans la pleine disponibilité de la municipalité – n’avait pas été autorisé par la volonté de cette administration sous le prétexte de l’habitation communautaire.

Aujourd’hui

Les espaces publics sont en fait là, même à Bologne. Mais ils font souvent l’objet de chantage en se faisant passer pour des appels d’offres. D’autres fois, ils sont pris en otage par de faux chemins participatifs qui ignorent l’importance des expériences existantes. La lutte pour les espaces est collective, elle va bien au-delà de Bologne et elle est large et profonde. Avec l’Autre Ville, nous considérons cette bataille comme faisant partie d’une bataille globale, plongée dans la  » crise  » mondiale sociale, économique et écologique, contre les ports fermés, le populisme, le néolibéralisme, la peur et la répression.

Occupant aujourd’hui nous construisons à partir d’en bas une réalité possible, sans premier ni dernier, dans laquelle le marché ne définit pas ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, fait d’égal et libre, sans hiérarchies ou autorité.

A partir de cette occupation, nous recommençons collectivement, contre toute distinction entre les pratiques vertueuses et non vertueuses, nous reprenons possession non seulement d’un espace mais de la pratique de l’emploi. Une pratique diabolisée par les décrets de sécurité, écrite spécifiquement pour faire taire les luttes sociales. Nous décidons d’occuper non pas par ambition rebelle, mais parce que, en ce moment historique, nous répondons à un processus dégénératif et répressif d’expériences autogérées. Nous remettons ici en cause la junte du PD, qui n’a pas voulu reconnaître les besoins d’une grande partie de la ville, à laquelle elle doit des réponses.

Aujourd’hui, une communauté forte et en expansion montre qu’elle n’a pas besoin d’une reconnaissance officielle : notre existence même et l’occupation de l’espace est un acte politique légitime en soi.

Nous avons besoin d’espaces pour vivre, expérimenter et socialiser en dehors de la logique du marché et contre l’isolement. Des lieux pour imaginer et construire ce qui n’est pas là et pour chercher ce dont nous avons besoin. Espace pour l’autodétermination, pour la construction, la peinture, etc.


XM24 a une nouvelle maison

Nous sommes aujourd’hui le 15 novembre, jour de la date limite fixée par la municipalité elle-même pour trouver un nouveau logement à XM24 après l’expulsion d’août dernier. Compte tenu de l’échec des négociations avec la Ville, le centre social a décidé de respecter la date limite indépendamment et ce matin a occupé l’ancienne caserne Sani Via Ferrarese 199.
Devant le bâtiment se trouve un ressaemblent où les gens défient la pluie en écoutant de la musique, en buvant du thé chaud et en mangeant des gâteaux apportés par les activistes eux-mêmes.

XM24 fait revivre l’ancienne caserne Sani

Propriété de la Cassa Depositi e Prestiti, l’ancienne caserne Sani était abandonnée depuis un certain temps. C’est aussi l’un des bâtiments que le centre social a amené à la table des négociations avec l’administration municipale, qui n’a cependant pas voulu examiner la proposition, soulignant que la structure n’est pas sa propriété.
Les négociations entre XM24 et la municipalité se sont vite avérées difficiles. Après la signature, le même jour de l’évacuation du 6 août dernier, d’un document contenant l’engagement de trouver un nouvel emplacement convenable pour le 15 novembre et portant la signature du conseiller municipal Matteo Lepore, il est vite apparu que la municipalité voulait exclure un espace public des emplacements possibles pour le centre social.

La seule et dernière proposition présentée par l’Administration concernait un hangar à Via Zanardi, dans la zone de Noce, dans la banlieue extrême, à environ un kilomètre de Trebbo di Reno, un hameau de Castel Maggiore.
Les militants et les militants ont refusé l’offre en raison de la situation extrêmement marginale et des grandes difficultés pour se rendre sur place, car la distance du centre à pied est considérable, il est très dangereux pour les vélos de parcourir une route à grande vitesse et les lignes de bus ne fonctionnent pas le soir.

Premiers rendez-vous

« Nous avons rendu un espace à la ville pour faire de la culture, des ateliers, toutes nos activités et peut-être même plus, puisque la structure est très grande », commente Andrea de XM24 sur nos micros.
Le premier rendez-vous est d’ores et déjà fixé à 18h00 cet après-midi, date à laquelle se tiendra une réunion municipale pour présenter le nouvel espace et décider comment l’animer. D’autres rendez-vous sont déjà prévus et seront communiqués sous peu.


XM24
Via Ferrarese 199
Bologna
xm24 [at] ecn [point] org
https://squ.at/r/5em
http://www.ecn.org/xm24/

Des squats en Italie: https://radar.squat.net/fr/groups/country/IT/squated/squat
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) en Italie: https://radar.squat.net/fr/groups/country/IT
Des événements en Italie: https://radar.squat.net/fr/events/country/IT


[Textes publiés en italien le 15 novembre 2019 par XM24 et Radio Città Fujiko.]


Article publié le 15 Nov 2019 sur Fr.squat.net