A Bobigny :

Le Parisien / jeudi 24 septembre 2020

Il leur a faussĂ© compagnie alors que son jugement allait ĂȘtre prononcĂ©. M. K. 25 ans, jugĂ© pour infraction Ă  une interdiction de sĂ©jour et refus de communiquer son code de tĂ©lĂ©phone, s’est Ă©chappĂ© ce mercredi soir du tribunal de Bobigny. Selon nos informations, il lui avait Ă©tĂ© signifiĂ© plus tĂŽt dans la journĂ©e par le parquet que son sursis d’un an dans une autre affaire allait ĂȘtre rĂ©voquĂ©, et qu’il allait donc ĂȘtre condamnĂ© Ă  de la prison ferme.

« Il Ă©tait environ 23 heures et le prĂ©venu venait d’ĂȘtre remontĂ© dans le box pour le dĂ©libĂ©rĂ©, raconte une source policiĂšre. Comme il est de rigueur, ils sont toujours dĂ©menottĂ©s quand ils entrent dans le box ». Il se trouvait en prĂ©sence d’un autre homme, prĂ©venu dans autre affaire. Selon nos informations, la prĂ©sidente avait dĂ©cidĂ© de les faire remonter tous les deux et demandĂ© au policier postĂ© Ă  la sortie de la salle d’audience de venir prĂȘter main-forte Ă  ses collĂšgues du box qui avaient donc deux prĂ©venus Ă  escorter. La salle d’audience s’est ainsi retrouvĂ©e sans surveillance extĂ©rieure et sans obstacle au niveau de la porte de sortie.

« A peine a-t-il Ă©tĂ© dĂ©menottĂ© qu’il a pris son Ă©lan sur le banc du box et a sautĂ© par-dessus la paroi vitrĂ©e, puis il est sorti de la salle d’audience, a remontĂ© l’escalier qui mĂšne Ă  la sortie du palais de justice et une fois sur le parvis il a pris la direction de la Passerelle Marie-Claire. Il a ensuite disparu. Il Ă©tait en jogging-baskets et n’avait pas tout notre Ă©quipement sur le dos. Il Ă©tait aussi beaucoup plus jeune et plus rapide », raconte un policier qui s’est Ă©lancĂ© Ă  sa poursuite et qui dĂ©nonce les sous-effectifs permanents, la nuit, au dĂ©pĂŽt de Bobigny.

Selon une source judiciaire, M. K., qui a finalement été condamné ce mercredi à trois mois de détention avec mandat de dépÎt, compte plus de 20 mentions au bulletin B1, le plus complet, de son casier judiciaire.

*****

A Lorient (Morbihan) :

Le Télégramme / mercredi 23 / septembre 2020

Un adolescent de 16 ans s’est Ă©vadĂ©, mercredi, par une fenĂȘtre du palais de justice de Lorient. Il comparaissait devant le juge des enfants aprĂšs une sĂ©rie de vols par effraction dans des habitations de Larmor-Plage et Lorient.

Ce mercredi 23 septembre, un mineur, ĂągĂ© de 16 ans Ă©tait prĂ©sentĂ© au juge des enfants au Palais de justice de Lorient. InterpellĂ© lundi, il avait reconnu plusieurs vols commis de nuit dans des maisons d’habitation de Larmor-Plage et Lorient, en aoĂ»t et septembre. L’adolescent avait utilisĂ© le mĂȘme mode opĂ©ratoire, en dĂ©robant du numĂ©raire et des documents d’identitĂ©, avant de partir avec les vĂ©hicules prĂ©sents sur les lieux des vols.

Au regard de la multiplicitĂ© des faits et des antĂ©cĂ©dents de l’intĂ©ressĂ©, le parquet requĂ©rait, outre sa mise en examen, son placement en dĂ©tention provisoire, en Ă©tablissement adaptĂ© aux mineurs.

Lors de sa prĂ©sentation devant le juge des enfants, alors qu’il venait apparemment d’ĂȘtre mis en examen et que le juge lui apprenait les mesures de sĂ»retĂ© qui allaient suivre, le mineur s’est Ă©vadĂ© « soudainement par une fenĂȘtre, dans des circonstances exactes restant Ă  prĂ©ciser Â», indique StĂ©phane Kellenberger, le procureur de la RĂ©publique de Lorient. Une nouvelle enquĂȘte a Ă©tĂ© ouverte Ă  ce sujet. Le mineur, lui, est activement recherchĂ©.


Article publié le 26 Sep 2020 sur Attaque.noblogs.org