Novembre 27, 2019
Par Rennes Info
8 visites


Le 29 novembre, à l’occasion de la grande messe consumériste du « Black Friday » et de la quatrième grève mondiale pour le climat, nous organisons une action de désobéissance civile non-violente afin de perturber le système économique productiviste qui pille notre planète et dérègle le climat.

Si les samedis sont désormais jaunes et les vendredis verts, animés par les grèves pour le climat, les grandes enseignes de distribution ont choisi quant à elles, suivant les modes en vigueur outre-Atlantique et chez nos voisins britanniques, de transformer le dernier vendredi du mois de novembre en l’expression la plus débridée du productivisme : le ’Black Friday’.

Le productivisme, résultat de décennies de politiques ultra-libérales partout sur la planète, se voit pousser à son paroxysme lors de cette journée exceptionnelle du « Black Friday ». Cette vaste opération commerciale, qui n’a, rappelons-le, d’autre but que de liquider les stocks restant des enseignes pour mieux refaire le plein avant les fêtes de fin d’année, met en lumière la production à outrance de produits inutiles qui ne répondent à aucun besoin. Nous ne blâmons pas les individus, réduits au simple statut de consommateur. Ce sont les proies d’un système prédateur qui les rackette par le biais de la publicité, de l’obsolescence programmée et de l’usage unique.

Les conséquences environnementales du productivisme sont désastreuses. Particulièrement prisé, le prêt-à-porter est l’une des industries les plus carbonées du monde, responsable en 2016 de plus de 8% (3, 99 milliards de tonnes de CO2eq) des émissions mondiales de CO2 [1]. C’est plus de 4 fois les émissions du secteur aérien [2]. Ce constat alarmant ne se limite malheureusement pas au secteur du prêt-à-porter. Selon l’Ademe [3], chaque français possède en moyenne 99 équipements électriques et électroniques, grâce au concours du marketing et de l’obsolescence programmée, un vrai pillage de ressources et un désastre climatique. Par exemple, un téléviseur moyen (30 à 40 pouces) émet sur son cycle de vie plus de CO2 (374 kgCO2eq) qu’un aller-retour Paris-Nice (env. 350 kgCO2eq).

Ces quelques chiffres et constats, gouttes d’eau dans le capitalocène, sont largement inconnus du grand public et ignorés de nos dirigeants. Ils constituent pour nous français.es une part ce que l’on pourrait qualifier d’atteintes environnementales « invisibles ». Invisibles car, tous ces produits vendus lors d’orgies commerciales telles que le « Black Friday » sont fabriqués loin, très loin de chez nous. Leur production échappe ainsi complètement à notre conscience. Les pollutions locales engendrées par les industries dont nous, riches européen·ne·s, sommes les client.es, nous sont imperceptibles. En outre, la production et le transport des produits émettent massivement des gaz à effet de serre. Si nous n’agissons pas maintenant, le changement climatique qui en résulte provoquera l’effondrement généralisé du système actuel.

Dans le rapport spécial du GIEC sur les impacts du changement climatique sur les sols et l’agriculture paru en août 2019, il est établi qu’au-delà de 3°C à 4°C de réchauffement moyen par rapport à la période pré-industrielle, nous devrions connaître des perturbations durables de l’approvisionnement alimentaire à l’échelle mondiale. En suivant le scénario RCP 8.5 du GIEC [5], scénario « du pire » malheureusement corrélé au prolongement des tendances d’émissions de GES observées ces dernières années, de telles augmentations de température se manifesteront dès 2050. En clair cela signifie que si nous n’inversons pas la tendance, il y aura des migrations massives et des émeutes de la faim partout sur la planète. Puisque ventre creux n’a pas d’oreille, comment ne pas y voir la promesse d’une plongée en abîme des civilisations actuelles ?

Résolu·e·s à s’opposer au système qui nous mène droit à l’effondrement écologique et à la catastrophe climatique, nous organisons une action de blocage d’un haut lieu de la consommation à Rennes en ce vendredi 29 novembre. Ce jour sera pour nous le ’Block Friday’. A l’action de blocage qui paralyse les grandes enseignes viennent se greffer les grévistes et manifestant.es qui marchent pour revendiquer des mesures justes et équitables à la hauteur de l’urgence climatique. Ce blocage est l’occasion de sensibiliser la population à l’urgence de la catastrophe bioclimatique, mais aussi de promouvoir d’autres façons de s’équiper et de se vêtir, en privilégiant le troc, le don et la réparation.

Parce que nous ne souhaitons pas que notre monde s’effondre pour les profits de quelques ultrariches, nous attaquons le portefeuille de grandes enseignes, partout en France. Cette action ’Block Friday’ est reproduite simultanément dans plus d’une vingtaine de villes en France : Marseille, Nantes, Paris ou Toulouse pour n’en citer que quelques-unes.

Le ’Block Friday’ est ouvert à toutes et tous, quel que soit le degré d’implication et d’engagement. Toutes les personnes qui appartiennent à un mouvement ou collectif militant sont invitées à venir avec leurs couleurs. Cette action est non-violente. Aucune atteinte à l’intégrité physique ou morale des personnes ne sera tolérée. Aucune dégradation pérenne des infrastructures ne sera engagée.

SIGNATAIRES : Extinction Rebellion Rennes, ANV COP21 Rennes, Youth for Climate Rennes

1] https://quantis-intl.com/wp-content…

[2] https://theicct.org/sites/default/f…

[3] http://multimedia.ademe.fr/infograp…

[4] https://www.ipcc.ch/site/assets/upl…

[5] https://ar5-syr.ipcc.ch/topic_futur…




Source: Rennes-info.org