Mai 25, 2016
Par Indymedia Lille
228 visites


Nous sommes encore bien trop gentils.

Face à l’intense propagande, au mépris de classe, aux matraques et aux lacrymos, face à la morgue de circonstance de l’un et aux haussements de menton virils de l’autre, face à la médiocrité de ces sous-ministres et à l’agressivité des « faiseurs d’opinion », nous faisons preuve d’une patience excessive.

Maintenant, il faut qu’ils aient peur.

Pour écouter les témoignages, le MP3 => http://www-radio-campus.univ-lille1…

Pour gagner la première bataille, le retrait de cette loi scélérate, il faudra vaincre le vrai blocage, le blocage psychologique.

Pris en tenailles entre leur volonté de s’y mettre, et la résignation et la trouille distillées à fortes doses par tous les canaux médiatiques, trop de travailleurs hésitent encore. Les grèves, les manifs, ils voient ça de l’extérieur, en spectateurs. Ils attendent.

C’est à leur attention que les postures de fermeté et de sang-froid du pouvoir s’étalent sur les écrans. Il faut maintenir cette idée que rien ne va changer, que rien ne peut changer. Cette position est finalement très fragile. Et l’idée qu’on peut gagner fait son chemin.

Encore un petit effort. C’est l’heure de l’mettre !

(Ce mercredi vous entendrez la rue, celle qui parle, à Lille, dans la manif de jeudi dernier, et surtout le piquet installé au dépôt pétrolier de Douchy. Ce jour-là, en plus de tous les résistants présents, on a eu la visite de Philippe Martinez . Nos micros, jamais fatigués, ont tout pris)

Source : http://www.campuslille.com/index.php/entry/blocage-psychologique




Source: