Juin 13, 2021
Par Le Monde Libertaire
179 visites


A force de regarder les murs sous toutes leurs coutures dans la rue, lors de manifestations et dĂ©ambulations diverses, ça me dĂ©mangeait de plus en plus de mettre moi aussi quelques petits messages et illustrations pour essayer d’égailler le quotidien.
J’avais vu que Black Lines organisait quelque chose le 12 juin, rue Henri Noguùres à Paris 19ùme.
Je ne savais pas si le rendez-vous Ă©tait toujours d’actualitĂ© car il n’y avait pas d’évĂ©nement et d’horaire attachĂ© Ă  l’information sur face de bouc. Apparemment l’évĂ©nement aurait Ă©tĂ© supprimĂ© par ce rĂ©seau « social » suite aux menaces de la LDJ de s’en prendre aux artistes la prochaine fois qu’ils sortiraient, suite Ă  leur fresque sur la Palestine… MystĂšre, en tout cas, pour une fresque sur le thĂšme libertĂ© d’expression, ça commence bien.

Donc, dĂ©cidĂ© Ă  aller y faire un tour, je me suis prĂ©parĂ© toute la semaine, j’ai fait mon petit dessin

et rassemblĂ© le matĂ©riel nĂ©cessaire pour faire la version murale, des trucs simples mines graphite et gros marqueurs dripsticks pour commencer, je laisse les bombes pour les pro, il faut que je m’entraĂźne avant.

Samedi matin, sac prĂȘt je dĂ©cide de me rendre sur les lieux pour 11 heures, mĂ©tro ligne 5 destination JaurĂšs.
J’arrive un peu avant 11 heures, je fais un premier passage dans la rue, c’est trĂšs calme, quelques graffeurs prĂ©parent des pans de mur avant de commencer leur travail, mais apparemment ce n’est pas le groupe que je cherche. Au bout de la rue je vois quelque personnes devant une dizaine de mĂštres de mur peint en blanc. Je suis peut-ĂȘtre sur la bonne voie… Allez on se motive et on y va.

Je me dirige vers une personne en combinaison de travail noire mouchetée de peinture blanche.
– Bonjour.
– Bonjour.
– C’est bien ici le rendez-vous du collectif Black Lines, pour une fresque sur la libertĂ© d’expression ?
– Oui, c’est ici, bienvenue.
– VoilĂ , si c’est possible et si je suis bien dans le thĂšme, je suis venu pour essayer de faire un de mes petits dessins sur la fresque.
– Pas de problĂšmes il te faut combien de place ?
La confiance rĂšgne, mais, je sors quand mĂȘme la photocopie de ma prĂ©paration pour lui montrer.
– Ok pas de problĂšme, c’est bien dans le thĂšme, je te roule combien de mĂštres ?
– … !!! Heu je sais pas, tu sais c’est une premiĂšre pour moi, je ne travaille que sur papier le truc le plus grand que j’ai fait c’était un dessin pour une banderole de 1,5 x 1 mĂštre.
– Il faut au moins que ça fasse la hauteur du mur.
– Heu, houai et il faut combien de haut le mur.
– Quatre mĂštre environ, pour peintre le haut, j’ai une Ă©chelle, pas de problĂšmes elle est Ă  disposition de tous.
– Ha, houai quand mĂȘme… J’ai le trac.
Allez, on se lance, fĂ©brile je sors mon mĂštre pliant, pour calculer le facteur d’échelle pour faire tenir mon dessin sur Ă  peu prĂšs la hauteur en gardant une petite marge pour ĂȘtre sĂ»r de ne pas avoir un morceau qui sorte du support, pas ramenĂ© de parpaing pour rehausser le mur en cas de plantage.
– Allez on part pour trois mĂštres de large.

Roulage et sĂ©chage du mur, on Ă©change un peu avec les personnes prĂ©sentes, l’ambiance est dĂ©contractĂ©e, le trac du dĂ©butant commence Ă  disparaĂźtre.
Midi environ, mur sec, c’est parti, on prĂ©pare le dessin Ă  la mine graphite 6B. Tiens, un mur ce n’est pas aussi lisse que du papier. Pas grave on s’adapte.
Merci au CRML qui m’a motivĂ© Ă  travailler mon dessin en me publiant depuis plus d’un an, grĂące Ă  ça la technique est Ă  peu prĂšs en place, il faut donner de l’ampleur au tracĂ©. Premiers traits hĂ©sitants, prises de mesures sur dessin et sur le mur pour travailler correctement sur les proportions.
La confiance vient, mon dessin papier est scotchĂ© sur le mur pour avoir en vue le modĂšle de rĂ©fĂ©rence, mais fini les prises de cĂŽtes, la libertĂ© d’expression est lĂ , le crayon file sur le mur.
Esquisse finie, on passe Ă  l’encrage. Une premiĂšre encore, jamais utilisĂ© mes marqueurs, un petit essai dans un coin pour avoir une idĂ©e du touchĂ© de l’outil et de l’épaisseur du trait, cool ça marche super bien… Je recommande.
Je commence par le haut, comme ça je me dĂ©barrasse en premier du haut pendant que l’échelle est libre. Ça va beaucoup plus vite que je ne pensais, en trois heures, esquisse et encrage bouclĂ©, un peu de recul, houai, pour une premiĂšre, ça le fait plutĂŽt pas mal.
Quelques hachurages pour donner un peu d’ombre et de relief au dessin et signature, lĂ  un dernier moment de trac, je pose le marqueur je commence mon trait et merde grosse dĂ©goulinade… Vite un chiffon, un peu de peinture blanche, attente du sĂ©chage, on se concentre… C’est bon c’est fini…

Dans le feu de l’action, pas mangĂ© pas bu
 trop concentrĂ© et super content d’avoir franchi le cap.

Je remercie toutes les personnes prĂ©sentes pour leur accueil et pour l’ambiance dĂ©contractĂ©e de cette journĂ©e. Bon tout petit comitĂ© pour ma premiĂšre, trois artistes, si j’ose me compter dedans. Pas mal d’artistes Ă©tait sur une inauguration d’un site Ă  la Courneuve Berlin 93.
Mais plus mal pour moi, j’aurai eu vraiment trop la pression avec des pro du graff.

Images sur le facebook du collectif :
https://www.facebook.com/profile.php?id=100063716103021




Source: Monde-libertaire.fr