Novembre 7, 2020
Par Autre Futur
202 visites


À l’heure oĂč les obscurantismes, y compris religieux, se disputent le titre suprĂȘme de “petit maĂźtre du monde“, il est salutaire de (re)dĂ©couvrir les BD de Gotlib




NĂ© Ă  Paris en 1934, d’une famille d’immigrĂ©s Juifs hongrois, dont le pĂšre a Ă©tĂ© assassinĂ© Ă  Buchenwald, Marcel Gotlib [1] a participĂ© activement au renouveau de la bande dessinĂ©e francophone. Il y a introduit l’absurde, le cynisme, l’autodĂ©rision, une bonne dose de joviale subversion. ArmĂ© de sa dĂ©rision et de ses crayons, il lutta contre les morales ou le racisme [2] et au travers de personnages tels que Gai-Luron, le professeur Burp, Isaac Newton, la Coccinelle ou Hamster Jovial. En 1973, raillant la religion, qu’il trouvait “con” [3], il nous invitait Ă  une rĂ©union privĂ©e des Dieux :


Le “Gods’ Club”







































Source: Autrefutur.net