C’est une première en France. Jeudi 6 fevrier, la plateforme de livraison de repas Deliveroo a été condamnée pour travail dissimulé à la suite de la requalification du contrat de prestation de service d’un de ses coursiers en contrat de travail.

Un livreur à vélo ayant travaillé pour Deliveroo à partir de 2015 demandait la requalification de son contrat de prestation de service en contrat de travail. « Cela a été un très long combat, engagé en 2016 », a affirmé son avocat Me Kevin Mention.

A Lyon, 120 chauffeurs Uber ont saisi les prud’hommes pour “demander une requalification de la relation contractuelle entre les chauffeurs et la société Uber en un contrat de travail”. Pour eux aussi : “il ne s’agit ni plus ni moins que d’une relation de travail déguisée.”

Le statut d’indépendant des coursiers de Deliveroo et de ses concurrents est contesté dans de nombreux pays, et plusieurs décisions de justice ont déjà donné raison aux livreurs.

En Belgique, la plateforme de livraison est accusée de ne pas payer de cotisations sociales pour les milliers de coursiers qu’elle fait travailler dans le pays.

En Espagne, la justice a estimé que Deliveroo a fait passer comme indépendants des centaines de livreurs qui auraient dû être déclarés comme salariés, évitant ainsi de payer 1,2 million d’euros de cotisations sociales.

Travailleuse et travailleur de ces sociétés unissez vous et défendez vous !


Article publié le 09 Fév 2020 sur Rebellyon.info