Juillet 13, 2017
Par Rebellyon
217 visites

Pour s’assurer des accords d’entreprise en faveur des patron·nes, rien de plus simple que de s’attaquer directement à la représentation des salarié·e·s. En affaiblissant le rôle des syndicats, le gouvernement fait un cadeau en or à nos exploiteur·euses.

Les principales instances représentatives du personnel sont aujourd’hui le CHSCT (Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail), le CE (Comité d’Entreprise) et les DP (Délégués du Personnel).

Macron a d’ores et déjà décidé de fusionner ces instances qui veillent respectivement à la question de la protection de la santé et de la sécurité des travailleur·euses, la gestion de l’entreprise et la défense des droits individuels et collectifs.

Les trois instances actuelles de représentation des salarié·e·s œuvrent dans des champs tout à fait distinct, leur fusion contraindrait les représentant·e·s à s’occuper indistinctement de la gestion économique de l’entreprise comme de la sécurité des salarié·e·s ou de leur défense.

Il sera donc plus difficile de défendre convenablement l’intérêt des travailleur·euses sur des questions aussi variées. A terme il s’agit d’affaiblir voir de faire totalement disparaître les moyens de défense des salarié·e·s face à leur patron·ne !

Le Front Social est une coordination composée de syndicats, associations, collectifs, groupes politiques, de militant·e·s, de femmes et d’hommes construisant la convergence des luttes et la riposte face aux attaques capitalistes.




Source: