Avril 26, 2022
Par Sans Nom
285 visites

Stopper les wagons
traduit du russe du site anarchiste a2day, 15 avril 2022

Le 14 avril 2022, les groupes de partisans “Busly lyatsyats” [Буслы ляцяць, soit Les cigognes en vol *]  rapportent avoir mené des actions de guérilla dans les régions de Smolensk et Briansk (Russie), à une cinquantaine de kilomètres de la frontière Biélorusse, afin de ralentir le transport ferroviaire des troupes de Poutine. À la suite d’actions menées à bien, des dispositifs de signalisation, de centralisation et de blocage ont été détruits sur plusieurs tronçons ferroviaires. Plusieurs armoires de relais de signalisation sont détruites.

A cette fin, des engins incendiaires artisanaux sont installés dans les armoires-relais du système de signalisation ferroviaire, déclenchés à l’aide d’un retardateur par minuterie, avant de brûler complètement l’équipement interne des armoires.

Il y a également eu d’autres actions contre le chemin de fer russe, dont personne, à notre connaissance, n’a pris la responsabilité [à Koursk et Omel]. Il peut s’agir soit de partisans de la résistance russe ou biélorusse, soit de saboteurs ukrainiens. L’objectif est maintenant le même : arrêter l’agression et affaiblir l’État russe autant que possible, ce qui pourrait donner à la population une chance de faire une révolution sociale et de structurer la société sur des principes différents.

Récemment, on a appris la détention de trois Biélorusses pour avoir provoqué un incendie des armoires relais entre les gares de Borisov et Novosady, qui s’est produit le 25 mars. Les saboteurs sont tombés sur un groupe de troupes internes qui, pour la première fois dans l’histoire des manifestations biélorusses, ont ouvert le feu pour tuer.

Stopper les wagons

Et pourtant, malgré le danger, on signale de nouvelles attaques, la guerre du rail continue. Les membres du collectif “Останови вагоны” [Stopper les wagons, ici, dont l’un des slogans est « En sabotant les voies du chemin de fer, vous sauvez des vies des deux côtés du front !« ] publient des informations actualisées sur la circulation des trains en Russie et donnent des conseils sur les actes de sabotage. Non systématique. Fragmenté. Sans un seul centre de commandement. Dans toute la Russie !

Un énorme train de marchandises peut être arrêté par une seule personne – avec un fil de fer et des gants en caoutchouc.

Étant donné que le carburant et les munitions pour la guerre sont acheminés des dépôts militaires de toute la Russie, il est important que la résistance soit PARTOUT.

Avant tout, il est important d’arrêter le trafic ferroviaire dans les régions à partir desquelles des équipements militaires, des missiles et des bombardiers décollent vers l’Ukraine :

  • Lignes ferroviaires vers la Biélorussie
  • Toutes les lignes des croisements ferroviaires de Moscou et de Saint-Pétersbourg
  • Région de Belgorod
  • Région de Bryansk
  • Région de Volgograd
  • Région de Voronezh
  • Région de Kaluga
  • Région de Krasnodar
  • Région de Lipetsk
  • Région de Rostov
  • Région de Saratov
  • Région de Stavropol
  • Région de Crimée

Plus spécifiquement

Les chercheurs de la Conflict Intelligence Unit publient périodiquement des photographies et des rapports sur les mouvements observés des forces. Des mouvements ont déjà été enregistrés :

▪️Rostov-sur-le-Don, sur la route de Sibirtsevo (Primorsky Krai)
▪️Krasnoye Selo (Saint-Pétersbourg, district de Krasnoselsky)
▪️Maslovka (banlieue de Voronezh)
▪️Veselaya Lopan (Région de Belgorod)
▪️Selyatino (Région de Moscou, Moscou-Briansk)
▪️Kubinka-2 (région de Moscou, grand anneau du chemin de fer de Moscou)
▪️Alekseyevka (région de Belgorod)
▪️Krasny Bor (région de Smolensk)
▪️Yelnya (région de Smolensk)
▪️Novozybkov (région de Briansk)
▪️Konosha (Archangelsk Oblast)
▪️Cheryokha (région de Pskov)
▪️Volokolamsk
▪️Khabarovsk
▪️Tyumen
▪️ Tula

Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive. L’équipement, le carburant et les munitions pour la guerre sont acheminés depuis les dépôts militaires de toute la Russie. Il est donc important que la résistance agisse PARTOUT.

Des conseils simples de la part de la résistance ferroviaire :

Blocage des signaux automatiques

Si vous « court-circuitez » deux rails avec un fil, l’automatisation reçoit un signal indiquant que la voie est occupée et allume un feu rouge.

1. Utilisez n’importe quel fil épais (avec ou sans gaine isolante)
2. Enrouler les deux extrémités des fils autour des rails
3. Portez des gants en caoutchouc pour vous protéger.

Il est très important que le fil entre en contact avec les deux rails !

Rails huilés

1. Trouvez un tronçon de chemin de fer qui monte (c’est l’étape la plus difficile).
2. Lubrifiez les rails avec de l’huile (n’importe quelle huile fera l’affaire), de la graisse ou du savon liquide.
3. Veillez à graisser les DEUX rails sur au moins 200 m – cela augmentera les risques de déraillement. Cette méthode ne doit jamais être utilisée contre des civils.

Désactiver l’armoire-relais

Requis :
1. Localiser l’armoire-relais
2. Ouvrir la porte avec un pied de biche.
3. Verser un liquide inflammable (essence, kérosène) sur l’équipement
4. Mettre le feu
5. S’échapper avec succès.

S’il n’y a pas d’essence, peu importe, l’équipement peut être détruit de toute autre manière appropriée, y compris avec un marteau. Ensuite, la méthode d’action ressemble à ceci :

1. Trouver l’armoire à relais
2. Entrer
3. Détruire le matériel par tous les moyens nécessaires
4. S’échapper avec succès

Vandalisme lumineux

Détruire les feux de signalisation des chemins de fer. N’importe quel marteau, masse, pied-de-biche ou même une pierre assez lourde fera l’affaire.

Cela perturbera le trafic ferroviaire et bloquera l’approvisionnement en guerre de l’Ukraine.

Détruire un aiguillage

La première chose à faire est de le trouver. Ils sont toujours présents devant les bifurcations, particulièrement nombreuses à l’approche des villes et des grands carrefours ferroviaires. La méthode la plus « simple » consiste à utiliser 1 kg d’explosifs. Vous pouvez également utiliser une masse ou un pied de biche à la place des explosifs.

N’oubliez pas de prendre des précautions !


Note sur Busly lyatsyats et les sabotages ferroviaires :

* En décembre 2021, le groupe Les cigognes en vol (Busly lyatsyats) a été déclaré « terroriste » sur l’Etat biélorusse, accusé de la destruction de dizaines de caméras de vidéosurveillance dans la capitale Minsk, de dommages sur des véhicules et des biens des forces de sécurité, de l’incendie d’infrastructures et le blocage de voies ferrées.

Ce groupe est l’une des composantes de l’opposition au régime biélorusse nommée Supratsin (Résistance), elle-même née en mai 2021 suite à la répression qui a suivi la réélection de Loukachenko. Selon Le Monde (2 avril), «  L’organisation de ces missions nocturnes de sabotage [contre les chemins de fer] passe en partie par Bypol, un groupe d’anciens policiers biélorusses exilés à Varsovie« .

En tout cas, toujours est-il que Busly lyatsyats revendique ses sabotages dans des messages vidéos (dont les deux derniers en territoire russe avec des timers)… et que la plupart restent anonymes. Selon le Ministère de l’Intérieur biélorusse, dans une déclaration rapportée le 6 avril par un journal d’opposition  « plus de 80 attentats terroristes [auraient] été commis sur l’infrastructure du chemin de fer biélorusse« , et « une quarantaine de personnes ont été arrêtées pour suspicion de sabotage sur la voie ferrée« .

Enfin, notons que la Biélorussie a une longue histoire de sabotage ferroviaire, qui est toujours enseignée avec une fierté toute nationaliste dans les écoles et connue sous le nom de « guerre du rail ». Cette dernière est qualifiée comme  » la plus réussie des tactiques déployées par les résistants qui ont facilité la voie aux troupes soviétiques pour chasser les troupes nazies ». Lorsque l’Union soviétique a commencé à attaquer les lignes de ravitaillement des forces d’invasion allemandes à l’été 1943, les chemins de fer étaient en effet leur cible principale, et plus de 20 000 attentats ont été perpétrés rien qu’en août 1943, dont la majorité dans l’actuelle Biélorussie.


Chronologie de sabotages ferroviaires en Biélorussie
depuis le début la guerre

Journal d’opposition Nashaniva (Biélorussie), 7 avril 2022

Le 26 février, sur le tronçon Verkhi-Vereytsy dans la région de Mogilev, le dispositif d’automatisation et de télémécanique du système de signalisation (signalisation, centralisation et blocage) a été désactivé.

Le 27 février, la même chose s’est produite près de la gare de Borisov.

Le 28 février, au point d’arrêt de Sineva (service ferroviaire de Baranovichi), une armoire relais a été incendiée. En conséquence, les feux de circulation et les aiguillages de cette section ont été hors service pendant un certain temps.

Le 28 février, le même sabotage a eu lieu sur le tronçon Ostankovichi-Zherd (région de Gomel).

Le 1er mars, il y a eu des problèmes de circulation des trains sur le tronçon Mogilev-2 – Buinichi en raison d’un court-circuit de voie.

Le 14 mars, sur le tronçon Domanovo – Lesnoye (branche Brest du chemin de fer), l’armoire relais est rendue inutilisable. Le feu de circulation s’est éteint.

Le 16 mars, sur le tronçon Farinovo – Zagatya (région de Vitebsk), une armoire de relais de signalisation a été incendiée. Les feux de circulation et les aiguillages de chemin de fer dans cette zone sont temporairement tombés en panne.

Le 16 mars, à la gare Orsha-Centralnaya, six transformateurs de signalisation de type SOS2-50 ont été démantelés et retirés de l’armoire-relais. Le feu de signalisation de sortie a été défectueux pendant plusieurs heures.

Le 25 mars, sur le tronçon Borisov-Novosady, deux armoires relais ont été incendiées (sens pair et sens impair).

Le 28 mars, sur le tronçon Osipovichi-1 – Vereytsy (près du point d’arrêt Sovetsky), les feux de circulation n ° 2 (sens pair) et n ° 3 (sens impair) ont été éteints. Le dispositif de signalisation de cette zone a été désactivé en mettant le feu à deux armoires relais.

Le 30 mars, sur le tronçon Savichy-Berezina (tronçon Osipovichi-Gomel), près de l’arrêt Babina, deux armoires relais ont été ouvertes (l’une d’entre elles a été incendiée).




Source: Sansnom.noblogs.org