MalgrĂ© les restrictions, les feux d’artifices ont Ă©tĂ© au rendez-vous pour ce 14 juillet. Et c’est la police qui en a fait les frais.

S’il n’y a pas eu de cĂ©rĂ©monies officielles, les feux d’artifices ont tout de mĂȘme resplendi dans diffĂ©rents quartiers, comme un peu partout en France. Les Ă©clats multicolores, souvent soulignĂ©s par les lueurs orangĂ©es des flammes, ont assurĂ© le spectacle. Et cette fois, ils n’ont pas Ă©tĂ© tirĂ©s en vain, perdus dans les airs, mais utilisĂ©s Ă  bon escient, visant la police.

La soirĂ©e du 13 juillet a commencĂ© sur les chapeaux de roue. Dans les quartiers de la Petite Hollande et de Citadelle Ă  MontbĂ©liard, les festivitĂ©s ont commencĂ© Ă  23h pour se terminer Ă  4h, quelques voitures ont brĂ»lĂ©. Au Buis, Ă  Valentigney, c’est entre 23h et 3h que le quartier a Ă©tĂ© agitĂ© par les mutlitudes colorĂ©es. Aux Champs Montants Ă  Audincourt, la soirĂ©e a Ă©tĂ© plus courte, et quelques voitures ont brĂ»lĂ© entre 22h30 et 0h30. La rĂ©action ne s’est pas fait attendre, la maire de MontbĂ©liard mettant en place au couvre-feu du 14 au 31 juillet entre 22h et 7h.

Si à Dijon aussi la nuit a été illuminée aux quatre coins de la ville, on retient surtout cette scÚne qui se déroule à Quetigny et qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux.

La nuit suivante, c’est dans les quartiers de la Toison d’Or, des GrĂ©silles et de Fontaine d’Ouche Ă  Dijon, du BelvĂ©dĂšre Ă  Talant et du Mail Ă  ChenĂŽve que la soirĂ©e a Ă©tĂ© agitĂ©e. Des poubelles et des voitures ont Ă©tĂ© incendiĂ©es pour attirer la flicaille qui a Ă©tĂ© abondamment arrosĂ©e de tirs de mortiers. Le pantalon d’un condĂ© ayant mĂȘme pris feu.

À Besançon, c’est dans les quartiers de Planoise et de Viotte que la police a Ă©tĂ© la cible de tirs de feux d’artifices. Sept voitures et quinze poubelles ont brĂ»lĂ© et cinq panneaux publicitaires ont Ă©tĂ© Ă©clatĂ©s.


Article publié le 17 Juil 2020 sur Dijoncter.info