Mai 17, 2021
Par Le Poing
177 visites


Plusieurs syndicats biterrois appellent à un rassemblement de solidarité face à la répression du mouvement lycéen. La journée de mobilisation des jeunes le 5 mai, contre le maintien de certaines des épreuves du BAC, a vue des policiers mettre en joue des lycéens au LBD, et s’est soldée par trois mises en examen.

Dans un communiqué, la CGT, la FSU et l’Union Syndicale Solidaires crient leur indignation face à la répression du mouvement lycéen biterrois.

Le 5 mai, les lycéens de l’établissement Henri IV manifestent contre le maintien de certaines des épreuves du BAC 2021. On peut lire à ce sujet cet entretien du Poing avec des élèves mobilisés au lycée Jean Monnet de Montpellier. Ils feront face à une présence policière massive et menaçante. Certains jeunes sont mis en joue au LBD. La journée se solde par trois gardes à vue de 48h. Les élèves concernés sont sous le coup de mesure de contrôle judiciaire, en attendant leur procès.

« Notre jeunesse a perdu des milliers d’heures de cours, elle a besoin d’être rassurée », clament les syndicalistes dans leur communiqué. « Les jeunes ont le droit d’exprimer leur indignation et leur colère sans qu’on leur envoie des escadrons de policiers à la moindre manifestation. Le gouvernement est entièrement responsable de cette dislocation généralisée »

Les syndicats demandent à ce que « la lumière soit faite sur les conditions d’un tel déploiement de policiers armés devant le lycée Henri IV », interpellant le préfet à ce sujet. Le gouvernement quant à lui est sommé d’ouvrir des négociations avec les organisations lycéennes et les fédérations syndicales de l’enseignement.

En attendant, le rassemblement solidaire se tiendra ce mardi 18 mai à partir de 12h15 devant la sous-préfecture de Béziers.




Source: Lepoing.net