Février 14, 2021
Par Le Poing
354 visites


Environ 200 personnes se sont retrouvées en face du théâtre municipal de Béziers pour exiger la libération de Max, incarcéré depuis deux semaines suite au traquenard policier du 30 janvier.

Le 30 janvier, une manifestation contre la loi sécurité globale, sonorisée avec l’appui des teuffeurs qui ont rejoint le mouvement depuis le 16 janvier, défile dans le calme. En fin d’après-midi, un groupe de six personnes se rend à l’Intermarché du coin pour y rendre le camion de location qui aura servi à transporter la sono. Le tout a été autorisé par la sous-préfecture.

Pourtant, un groupe de policiers de la BAC accoste le groupe, et commence à procéder à une saisie, visant camion et matériel son. Sans montrer ni autorisation officielle, ni carte de police… La situation dégénère suite à une violente bousculade provoquée par l’un des policiers. Plusieurs manifestants sont tabassés, matraqués, insultés, selon des témoins avec lesquels Le Poing a pu s’entretenir. Et un des policiers prend dans la mêlée un coup au visage.

Placé en garde à vue, Max se verra directement déféré en comparution immédiate, pour une dramatique condamnation : neuf mois de prison ferme, neuf autres avec sursis…

Depuis, le soutien s’organise. Si la manifestation prévue le 6 février n’a pas pu avoir lieu faute d’autorisation préfectorale, environ 200 personnes auront répondu présentes ce 13 février. Parmi les soutiens, de nombreux groupes et syndicats partie prenante du mouvement contre la loi sécurité globale, et des collectifs de musique techno, comme Dubeatatif. Le soutien massif du mouvement techno n’était toutefois pas au rendez-vous… Notons qu’une manif contre la loi sécurité globale était prévue à la même heure à Montpellier.

Des nouvelles de l’incarcéré ont pu être données à tout un chacun. Depuis deux semaines qu’il a atterri en prison, il n’a toujours pas pu changer d’habits, se plaint de vives douleurs suite à son interpellation sans avoir pu faire d’examens ni de radios… Mais garde le moral !

Une plainte pour violences policières a été déposée par des personnes molestées le soir du 30. Et les autorités se retrouvent interpellées sur le thème suivant : par qui et dans quel cadre légal a été ordonné cette saisie de matériel d’autant plus absurde que le camion s’apprêtait à être rendu au moment des faits ?

Plusieurs interventions sont revenues sur les graves dérives autoritaires du gouvernement Macron ces dernières années, et la pressante nécessité de les combattre. Loi sécurité globale et loi confortant les principes républicains en tête. Notons, en pleine période d’intenses débats sur la question dans de nombreux collectifs contre les lois sécuritaires, et alors qu’à l’image de celui de Montpellier beaucoup de collectif contre la loi sécurité globale refusent de se positionner fermement contre l’ancienne loi séparatisme, les intervenants de cette matinée du 13 ont insisté sur leur caractères de lois jumelles.

Quoiqu’il en soit, la bataille pour la libération de Max ne fait que commencer. Une cagnotte est lancée pour les frais de justice, des discussions ont lieu autour d’une grande manifestation régionale : les pistes envisagées sont multiples, et on ne devrait pas tarder à entendre à nouveau parler de cette affaire !




Source: Lepoing.net