Besançon : sur l’incarcĂ©ration d’un compagnon anarchiste

(Initialement publié sur Indymedia Nantes, le 5 octobre 2020)

Le 27 mars 2020, une antenne-relais Ă©tait incendiĂ©e au Fort de BrĂ©gille Ă  Besançon, dans le Doubs. Le 10 avril, deux autres antennes distantes de plusieurs dizaines de mĂštres et implantĂ©es sur le Mont Poupet au-dessus de Salins-les-Bains, dans le Jura, partaient en fumĂ©e. Ce ne sont pas les premiĂšres Ă  connaĂźtre une fin chaleureuse, puisque plus d’une centaine de ces structures de la domination ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© sabotĂ©es depuis deux ans, dont plus d’une vingtaine rien que pendant le confinement de printemps -soit quasi une tous les deux jours- et une soixantaine au total depuis le dĂ©but de l’annĂ©e. Et ce ne sont pas les derniĂšres, puisque la lutte contre les cages technologiques continue de plus belle, sans attendre l’arrivĂ©e de la 5G pour s’en prendre aux relais de tĂ©lĂ©phonie mobile ou Ă  la fibre optique, tant leur nuisance en terme de contrĂŽle, de surveillance, d’aliĂ©nation, de dĂ©possession ou de restructuration de l’économie a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© identifiĂ©e par beaucoup.

Mardi 22 septembre Ă  l’aube, trois personnes ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©es et perquisitionnĂ©es Ă  Besançon pour les attaques au Fort de BrĂ©gille et Ă  Salins-les-Bains, par les pandores de la Section de recherches (SR) de la gendarmerie de cette ville et par les flics de la Direction interrĂ©gionale de police judiciaire (DIPJ) de Dijon, agissant pour le compte d’une juge d’instruction de Nancy. Si deux d’entre elles ont Ă©tĂ© relĂąchĂ©es au bout de 24h aprĂšs avoir donnĂ© leur ADN, la troisiĂšme personne a par contre Ă©tĂ© mise en examen pour « destruction par moyen dangereux Â» puis envoyĂ©e Ă  la prison de Nancy-MaxĂ©ville.

Cette troisiĂšme personne, accusĂ©e de destructions d’antennes pendant le confinement, est un compagnon anarchiste de Besançon, B., qui a depuis longtemps l’amour de la libertĂ© et la haine de toute autoritĂ© solidement chevillĂ©s au corps. Il est dĂ©sormais incarcĂ©rĂ© en prĂ©ventive sous mandat de dĂ©pĂŽt renouvelable de quatre premiers mois. Par ailleurs, dans le cadre de cette instruction, il est au moins certain que la flicaille cherche Ă  faire matcher des ADN, s’intĂ©resse Ă  la taille d’éventuels suspects, et ne s’est pas non plus privĂ©e de lĂącher plusieurs noms d’autres camarades locaux pour les soumettre aux gardĂ©s-Ă -vue. Elle s’est Ă©galement penchĂ©e sur les cartes IGN ou sur la brochure anarchiste traduite de l’allemand, BrĂ»ler les foyers du virus technologique, rencontrĂ©es lors des perquisitions. Aux premiĂšres nouvelles, le compagnon est toujours aux arrivants de la prison de Nancy, dans le cadre de l’isolement automatique covid-19, il a reçu un premier mandat pour cantiner et garde la pĂȘche.

Que chacun.e, de la maniĂšre qu’il estime la plus adĂ©quate, s’oppose au terrorisme d’Etat et au totalitarisme dĂ©mocratique, dont le meilleur des mondes technologique constitue assurĂ©ment un des piliers. Et comme il est bien connu que la solidaritĂ© c’est l’attaque
 Ă  chacun.e son antenne !

Des anarchistes complices et solidaires

4 octobre 2020


Tract sans titre des potos et potesses de B.

(DistribuĂ© dans les rues et locaux de Besançon suite Ă  son arrestation ; reçu par mail)

Le soir du mercredi 23 septembre, nous apprenions l’incarcĂ©ration en dĂ©tention provisoire de notre compagnon et ami B. au centre pĂ©nitentiaire de Nancy-Maxeville en Lorraine. AprĂšs avoir Ă©tĂ© perquisitionnĂ© Ă  son domicile tout comme son frĂšre et un autre compagnon, B. a Ă©tĂ© conduit en garde Ă  vue au commissariat de Besançon dans le cadre d’une enquĂȘte portant sur l’incendie de plusieurs antennes relais dans le Doubs (27 mars) et dans le Jura (10 avril).

Nous Ă©changeons et entretenons des liens serrĂ©s avec sa famille, afin de les soutenir dans cette Ă©tape difficile qu’est l’incarcĂ©ration d’un proche, mais Ă©galement dans le but d’apporter un soutien des plus complets Ă  notre ami et compagnon. Ce soutien est inconditionnel et nous approuvons les actes dont il est accusĂ©, qui visent Ă  dĂ©truire un monde qui nous dĂ©truit, qui vise Ă  combattre des technologies mortifĂšres, autant d’un point de vu sanitaire et social qu’environnemental, et qui vise Ă©galement Ă  affirmer la volontĂ© de vivre dĂšs maintenant et partout, en dehors de l’emprise et du contrĂŽle de l’Etat et de ses alliĂ©âˆ™es capitalistes.

Nous assemblons nos voix Ă  la sienne, aujourd’hui muselĂ©e par l’institution carcĂ©rale, afin de dĂ©noncer les dĂ©rives autoritaires et humiliantes qui s’imposent chaque jour davantage dans nos sociĂ©tĂ©s. Nous profitons de ce qu’il nous reste de libertĂ© pour crier notre dĂ©gout vis Ă  vis de ces cachots qui enferment aujourd’hui notre compagnon et ami aux cotĂ©s de dizaines de milliers d’autres personnes dĂ©tenues. Nos critiques des lieux d’enfermement ne peuvent en effet que s’amplifier quand nous connaissons les conditions d’incarcĂ©rations actuelles aggravĂ©es par les mesures COVID : isolement, interdiction de parloirs, privation d’activitĂ©s, visioconfĂ©rences


Pour le soutenir, vous trouverez des caisses dans plusieurs villes que nous vous communiquerons dĂšs que possible. Une caisse est d’ores et dĂ©jĂ  en place Ă  la libraire l’Autodidacte, Ă  Besançon, place Marulaz. L’argent servira aux frais de justice ainsi qu’aux frais de dĂ©placements de sa famille entre Besançon et Nancy. Le mandat en prison ainsi que sa cantine seront pris en charge par la caisse de solidaritĂ© Kalimero. Pour l’instant nous ne disposons pas des Ă©lĂ©ments de l’enquĂȘte, mais au vu des accusations qui le concernent, B. risque plusieurs annĂ©es de prison.

Notre communiquĂ© porte aujourd’hui sur l’incarcĂ©ration de notre compagnon et ami, mais nous n’oublions Ă©videmment pas toutes les autres personnes dĂ©tenues ou poursuivies dans le cadre de cette lutte acharnĂ©e contre l’implantation des nouvelles technologies de la pseudo information et de la communication, qui ne servent que l’intĂ©rĂȘt des dominant∙e∙s. Soutien Ă  elleux.

Mercredi 30 septembre,

Des Potos et potesses bisontin.es Ă  B. !

JPEG - 222.4 ko

Article publié le 10 Oct 2020 sur Manif-est.info