…jusqu’à ce que nous n’ayons plus à le faire », écrivions-nous toujours. En cas de « catastrophe », cette formulation peut être complétée par un appel : « Vous devez participer !

Covid-19 envahit de plus en plus de régions du monde et il devient évident que la soi-disant catastrophe est la règle. Car là où les gens sont appelés par le soi-disant nécessaire et strict État père à « rester à la maison », tout le monde n’a pas de foyer. Comme si cela ne suffisait pas, l’État lui-même a longtemps fait augmenter le nombre de sans-abri en les expulsant. Dans le même temps, il ferme ses centres d’accueil de jour, dont les sans-abri ont besoin pour le pain de miséricorde, d’un peu d’eau et de savon. Dans son double standard effronté, il nous exhorte ensuite de façon patriarcale : « Attention à l’hygiène! »

« Évitez les contacts sociaux », nous demandent les gouvernements. Mais où les sans-papiers devraient-ils se replier lorsqu’ils sont entassés dans des camps et des prisons de déportation aux frontières extérieures de l’Europe et dans la périphérie allemande ? Avec les droits de l’homme – tels que l’asile, la liberté de mouvement et le logement – ils ont également été privés de la possibilité de se protéger efficacement contre le Covid-19.

La catastrophe dans ce pays est que même les derniers vestiges ruinés de ce système de santé ne sont pas accessibles à tous. C’est une farce sociale que d’ignorer les médecins, les ambulanciers et le personnel infirmier qui ont déclaré cet état d’urgence bien avant le Covid-19. Pour cela, il.les sont le moins et il.les méritent notre entière solidarité. Il.les devront bientôt décider – comme en Italie – qui peut vivre et qui doit mourir. Rien que cela est catastrophique.

La catastrophe s’appelle le capitalisme. Et c’est la règle.

Depuis des jours, les locataires, les associations sociales et les partis sociaux-démocrates réclament la confiscation des maisons de vacances et des logements vacants pour les mettre à la disposition des sans-abri et des sans-papiers. Alors que les appartements offrent clairement la protection la plus efficace contre le virus corona, la ville de Berlin a créé 350 places dans une auberge de jeunesse et une installation frigorifique. Vendre cela comme de la solidarité est cynique.

Dans la situation actuelle, la confiscation du logement est un devoir social.
C’est pourquoi nous allons occuper et vous devez participer !


Des groupes à Berlin: https://radar.squat.net/fr/groups/city/berlin
Des événements à Berlin: https://radar.squat.net/fr/events/city/Berlin
Stressfaktor: https://radar.squat.net/de/stressfaktor

Des groupes en Allemagne: https://radar.squat.net/fr/groups/country/DE
Des événements en Allemagne: https://radar.squat.net/fr/events/country/DE


[Publié en allemand le 28 mars 2020 sur Besetzen].


Article publié le 31 Mar 2020 sur Fr.squat.net