La lutte anticapitaliste est une lutte intersectionnelle. Liebig34 en fournit un exemple parfait. Dans leur lutte contre le capitalisme, le patriarcat et le logement en tant que marchandise, iels ont été le symbole du féminisme queer radical pendant 30 ans. Aujourd’hui, le projet est confronté à la menace d’une expulsion. Le projet de Liebig34 est précieux et inspirant, il ne peut être supprimé. Liebig34 reste ! Cette interview permet de se rendre compte de l’immense valeur de Liebig34 et espère encourager l’action et la solidarité.

Quelle est l’histoire de l’origine de la Liebig34, qu’est-ce que c’est, et quels sont ses principaux principes, valeurs et objectifs ? Quels ont été les plus grands changements de ces 30 dernières années ? Et qu’est-ce qui a maintenu Liebig en vie et active pendant tout ce temps ?

La Liebig34 a été squattée à l’origine le 30 juin 1990, l’été qui a suivi la chute du mur de Berlin, où de nombreux bâtiments sont restés vides. La maison se trouve à l’angle de la Rigaer Straße, un endroit particulièrement connu pour son histoire d’occupations. En 1999, la Liebig34 s’est ensuite transformée en un espace réservé aux femmes et aux lesbiennes. Au fil des ans et en s’adaptant à son époque, Liebig34 est devenue plus inclusive envers les personnes non binaires et trans. Nous la définissons maintenant comme un projet de maison anarchique et auto-organisé, vivant sans cis-men, mais toutes les autres identités de genre (a-) sont les bienvenues. Donc, pour faire plus simple, plus de conneries du TERF tolérées dans notre maison ! Liebig34 est l’une des rares hausprojekts (le nom des squats légalisés en Allemagne) où les cis-men ne dominent pas la conversation de notre espace de gauche. C’est un espace où nous nous donnons les moyens de nous donner les un-es aux autres avec une mentalité de bricoleu-se. La Liebig34 est auto-organisée tant politiquement que pratiquement, qu’il s’agisse de projets ou d’entretien, et elle apprend des autres en ayant des conversations politiques et en acquérant de nouvelles compétences. Il n’était pas nécessaire d’être déjà intégré dans la scène de gauche berlinoise pour rejoindre le collectif, et c’est pourquoi, malgré l’exclusion des cis-men dans notre maison, il a été sans doute l’un des hausprojekts les plus inclusifs pour cette raison. La Liebig34 a vu tant de générations vivre dans ses murs, avec des milliers de personnes d’origines, de langues et de cultures différentes. Plus important encore, la Liebig34 a servi de refuge à des personnes souhaitant vivre en dehors des limites de notre société capitaliste patriarcale. Le simple besoin d’un tel espace est la raison la plus importante pour laquelle elle est restée en vie pendant toutes ces années.

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées par la Liebig34 dans le passé et quelles sont les difficultés actuelles ? Surtout récemment avec la menace d’expulsion, mais aussi comment COVID-19 a-t-il affecté la Liebig et leurs événements ?

Lorsque Berlin a pratiquement fait faillite lors de la crise économique de 2008, elle a cherché à vendre les hausprojekts qui lui appartenaient à ce moment-là, et si les résidents n’étaient pas en mesure d’acheter leur propre maison, celle-ci était alors vendue à des investisseurs immobiliers. Dans le cas de la Liebig34, cet investisseur est Padovicz, un célèbre seigneur des bidonvilles de Berlin, qui possède environ 200 bâtiments rien qu’à Friedrischain. Notre contrat avec lui a pris fin le 31 décembre 2018, et depuis lors, nous vivons dans une situation incertaine, avec une menace de raid ou d’expulsion surprise à tout moment, et de nombreuses dates de procès. Notre maison, à cause de la présence constante des flics et des menaces de raids et de fouilles aléatoires dans la « zone dangereuse » de la Rigaer Strasse, ne peut plus être un lieu sûr pour les gens, ce que nous étions autrefois fièr-es de pouvoir faire. Nous n’avons plus notre chambre d’hôte, qui était l’un des rares endroits dans les hausprojekts de Berlin encore aussi ouverts aux personnes dans le besoin. Nous travaillons maintenant en permanence à la préparation de notre date d’expulsion, qui est le 9 octobre.
Nous n’avons malheureusement pas pu organiser de fêtes de solidarité dans notre bar depuis COVID-19, qui était notre principale source de soutien financier pour les frais juridiques et de répression. Nous avons recommencé à faire des dîners kufa (cuisine pour tou-tes) de manière à ce que les gens puissent sortir par la fenêtre de notre bar sans risque de Covid. C’est important pour la communauté, non seulement pour rassembler les gens et fournir des repas chauds à celles et ceux qui ne peuvent pas se le permettre autrement, mais aussi pour permettre aux gens de nous soutenir par des dons.

Comment la menace d’expulsion s’est-elle manifestée ? Quelles sont les luttes qui l’accompagnent ? Et comment la Liebig34 y a-t-elle résistée jusqu’à présent ?

Notre date d’expulsion est maintenant le 9 octobre, et nous travaillons sans relâche et très dur pour le compte à rebours. Nous ne nous laisserons certainement pas abattre sans nous battre ! Nous passons maintenant la plupart de notre temps à préparer notre date d’expulsion, et quand on est dans ce mode de survie, cela laisse peu de place à une communauté pour s’épanouir. Cependant, nous nous assurons toujours qu’il y a de la place pour se soutenir mutuellement sur le plan émotionnel, et nous aimons toujours nous réunir pour les repas, les projets et les célébrations. Après tout, c’est notre maison, et nous voulons maintenir un certain degré de confort avec nos derniers moments à l’intérieur, expulsion ou non.

En ce qui concerne la menace d’expulsion, mais aussi de manière générale, quel rôle jouent les flics et comment la Liebig34 gère-t-il cela ?

Comme brièvement mentionné ci-dessus, la Rigaer Strasse a été déclarée « zone dangereuse » en 2015, ce qui donne à la police plus de liberté sur les droits des personnes dans la zone, où elle peut fouiller et détenir les gens à sa guise. Les flics se présentent toujours sur la Dorfplatz (place du village) juste devant notre maison, souvent en tenue d’émeute pour un petit événement ou un rassemblement. En 2019, l’opération « Nordkiez » a mis en place une unité spéciale de flics volontaires pour ce type de « zones dangereuses ». L’unité de police chargée des violences de rue à motivation politique (PMS) est également allée dans la rue pour surveiller les espaces anarchistes avec des flics en civil qui patrouillent dans la zone. Ils espionnent constamment dans la rue et les collectifs, nous qualifiant de terroristes de gauche radicale comme une tactique pour justifier la violence qu’ils imposent à la communauté.

En tant que projet antifasciste avec des habitants internationaux, comment Liebig a-t-il été affecté par les fascistes ?

La maison a été soumise à de nombreuses tentatives d’attaques nazies au fil des ans, et chaque fois qu’il y a une manifestation fasciste, de nombreuses menaces sont dirigées contre la Liebig34. L’événement majeur le plus récent à Berlin a été le rassemblement des fascistes et des négationnistes de la COVID-19 venus de tout le pays le 29 août, et une fois que la manifestation de 20 000 personnes a été dispersée, nous avons su qu’il fallait protéger la maison. Ce qui était agréablement inattendu, c’est l’impressionnante participation de la communauté, qui est venue nous soutenir sur la Dorfplatz et nous savions que nous n’étions pas seul-es.

Avec toutes les luttes auxquelles la Liebig34 est confrontée, reçoit-elle le soutien de sa communauté locale et quelle est sa relation générale avec la communauté ?

Bien que l’un de nos nombreux slogans autoproclamés soit « Loud and Dirty », de nombreuses personnes de la communauté locale reconnaissent et apprécient notre maison comme un symbole de résistance contre la gentrification. Nous représentons plus qu’un collectif vivant, mais le véritable Berlin que les investisseurs essaient activement de nettoyer et d’éliminer. Entre la lutte passée de Berlin contre Google et la lutte actuelle de Berlin contre Amazon, Liebig a servi de symbole de la résistance à la gentrification ces dernières années. (Nous n’incluons pas les complexes d’appartements de luxe sur Rigaer dans la communauté, mais il est évident qu’ils ne nous aiment pas).

Quelles sont les relations de la Liebig34 avec les autres squats de Berlin ?

Nous disons souvent la phrase « Une lutte, un combat » lorsque nous parlons des espaces autonomes souvent en danger à travers Berlin. Et depuis cette année, il y a eu tellement d’attaques institutionnelles contre ces espaces que le temps de se réunir a été beaucoup plus important. Syndikat, Potse, Drugstore, Meuterei, Rigaer 94, DieselA et Kopi ne sont que quelques-uns des espaces qui ont fait l’objet de raids, d’expulsions ou qui sont gravement menacés depuis un an seulement. Bien sûr, il y a parfois des querelles politiques et personnelles entre les différents espaces, mais nous savons que notre ennemi commun est la police et l’État, qui veulent que nous soyons divisé-es et que nous nous sentions seul-es. Nous partageons ce combat commun pour défendre nos espaces.

Plus globalement, comme la Liebig34 a participé si activement à la politique radicale queer et féministe ces 30 dernières années : pourquoi les combats queer et féministes sont-ils si importants pour la lutte anticapitaliste ?

Comme beaucoup d’entre nous le savent, le patriarcat et le capitalisme sont des structures oppressives qui travaillent ensemble pour rendre la vie des femmes et des personnes queer particulièrement difficile. Cette maison a toujours été anticapitaliste depuis 1990, mais le besoin de son identité féministe et queer a été décidé par ses habitants parce que les espaces de gauche peuvent perpétuer et perpétuent encore la misogynie, l’homophobie et la transphobie. Nous savons que le féminisme et le capitalisme ne peuvent pas coexister, même si la culture populaire tente d’intégrer les deux. Cependant, quelle que soit l’hégémonie économique, nous devons tous travailler constamment à désapprendre les conneries que le patriarcat, le colonialisme et les autres hégémonies culturelles nous ont inculquées.

Et enfin, en ces temps difficiles, comment les gens peuvent-ils soutenir la Liebig34 et d’autres projets de logement ? Les gens de Berlin et d’ailleurs.

Si vous êtes à Berlin, il y aura plusieurs manifestations et événements avant le jour X, et une manifestation la nuit du 9 octobre et probablement aussi le jour suivant. Tenez-vous au courant et consultez notre blog ! Si vous ne pouvez pas vous rendre à Berlin ou nous soutenir physiquement, gardez notre combat dans nos pensées et dans vos conversations politiques comme un espoir de poursuivre ce mouvement quel que soit le nombre d’endroits qu’ils tentent d’expulser ! Combattez le sexisme, le racisme, l’homophobie, la transphobie, etc. dans toutes vos réseaux engagés ! « La Liebig34 reste » ne consiste pas seulement à essayer de garder notre maison, mais à maintenir l’esprit de nos objectifs et idées politiques dans le cœur des générations à venir.

Tenez-vous au courant de la lutte de la Liebig34!

Liebig34
Liebigstraße 34, 10247 Berlin
liebig34 [at] riseup [point] net
https://squ.at/r/4u9p
http://liebig34.blogsport.de/
https://defendliebig34.noblogs.org/


Des groupes à Berlin: https://radar.squat.net/fr/groups/city/berlin
Des événements à Berlin: https://radar.squat.net/fr/events/city/Berlin
Stressfaktor: https://radar.squat.net/de/stressfaktor

Des groupes en Allemagne: https://radar.squat.net/fr/groups/country/DE
Des événements en Allemagne: https://radar.squat.net/fr/events/country/DE


Green Anti-Capitalist Front, le 25 septembre 2020 https://greenanticapitalist.org/interview-with-liebig34-squat-in-berlin-as-it-resists-eviction/


Article publié le 26 Sep 2020 sur Fr.squat.net